Publié le 28 Mai 2012

Aujourd’hui quand je parle d’amour

L’herbe tend l’oreille

Mémoire des corps

Désirs et mouvance

Battements de mots

Murmurés ou criés

Larmes d'envie et d'abandon.


L'herbe recèle nos soupirs

pour écouter encore cette étrange musique

de nos pas enlacés.



(28/05/12)



Pour Papier libre: découvrez le thème de Juliette

"Aujourd'hui quand je parle d'amour

l'herbe tend l'oreille..." extrait du livre d'Herta Muller "Animal du coeur"

http://papierlibre.over-blog.net/article-nouveau-theme-de-juliette-105715539.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 10 Mai 2012

Bonjour à toutes et tous,

 

La mer m'appelle encore, cette fois-ci du côté de Noirmoutier pour une dizaine de jours. Je me dénude d'une partie de mon matériel d'expression et en premier mon ordinateur.

 

Dans ma besace, un mini bureau de poche :

Nécessaire de correspondance, cahier, bloc, notebook au cas où j'écrirais une nouvelle ou en terminerais une, deux ou trois livres de poésie principalement, un ou deux magazines plutôt littéraires.

 

Et pourtant si vous saviez! Tous mes trésors en arrivant seront posés dans un endroit propice au coeur d'un gîte que je ne connais pas encore. Me  connaissant, si le temps m'y invite je marcherais à la découverte de la vie, aux aguets des couleurs, des oiseaux, des parfums...de la poésie manifeste,  attirée par la côte, ses plages et ses chemins douaniers. 

 

Je me suis temporairement désinscrite à vos newsletters et articles et vous retrouverai avec bonheur.

 

En mon absence, n'hésitez pas à circuler dans mon blog. Les catégories de textes sont variées. Jamais je n'ai autant développé mon écriture depuis sa création.

J'ajoute que j'aime beaucoup participer aux défis d'écriture de quelques communautés parce qu'ils m'ouvrent de nouvelles et parfois insolites perspectives de textes  et que je cultive les instants où je vous commente et vous réponds souvent tardivement à vos commentaires.

Je vous remercie de votre intérêt pour l'ensemble de mes écrits et pour l'échange si nourrissant que nous entretenons mutuellement.

Cordialement.

Suzâme
(10/05/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 5 Mai 2012

Je suis heureuse de vous proposer cette étonnante chanson de cet artiste (conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur) d'origine belge, né en 1936.

Il y avait trop longtemps que je ne l'avais écouté. Je l'ai découvert avec Léonard Cohen notamment, probablement à la fin de mon adolescence lorsque je croyais être sur le tremplin de ma vie, des poèmes plein mes poches.

Beaucoup d'imagination, utopiste souvent, Nombreux sont ses textes engagés tel un idéaliste pacifique et dont certains préfigurent un monde plus écologique.

"...Julos est, avant tout, un chanteur rêveur qui veut faire de l'utopie un combat politique. Senisible au monde, à l'écologie en particulier, Beaucarne a mis en musique, avec une voix au timbre si particulier, des textes de poètes comme Victor Hugo, Guillaume Apollinaire, Charles Beaudelaire, Paul Verlaine, Paul Eluard...." 
(extrait: http://www.concerts.fr/Biographie/julos-beaucarne-2)

 

   

Avant de partir en voyage
Très loin en Extrême-Orient
J'ai voulu prendre en mes bagages
Un parmi vos baisers troublants
Dans une boite je l'enferme
Mes baisers sont volages, dites-vous
{x2:}
Mais celui-là vous sera fidèle
Vous l'emporterez avec vous

Le soir, couchant dans les auberges
Avec précaution je posais
La boite à baiser près d'un cierge
Courtoisement je devisais
Pour que toute inquiétude dorme
Je posais ma tête dessus
{x2:}
Et sur cet oreiller, en somme
Je faisais des rêves goulus

Mais une nuit, j'entends qu'on cogne
Le baiser me crie "Ouvre-moi
J'en ai assez de ma besogne
Je veux m'envoler de chez toi
Et parcourir toute la Terre
Dans cette cage, je mourrai"
{x2:}
Pauvre baiser, quelle misère
Je ne pourrai donc te garder

J'ouvre la boite, elle s'envole
Ma colombe, mon Saint-Esprit
Finie ma pentecôte-luciole
Je suis condamné à l'oubli
C'est la Toussaint dedans mon âme
Novembre enterre les amours
{x2:}
Comme Monsieur Seguin sa chèvre
Mon baiser part au point du jour

Va-t'en courir dans les montagnes
Va-t'en rencontrer d'autres loups
Si le cœur vous en dit, Madame
Pensez quelquefois à nous
Sitôt fini le tour de France
Après celui de l'univers
{x2:}
Peut-être qu'après ses errances
Sera moins fier.

 

Site : http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Julos_Beaucarne/Le_baiser
Son site officiel : http://users.skynet.be/julos.beaucarne/index.html

L'écouter : http://www.musicme.com/#/Julos-Beaucarne/titres/Le-Baiser-t79666.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Musique, chansons

Repost 0

Publié le 5 Mai 2012

Noir.     Verrous.            Lueur.

Comme dans une penderie.

 

Comme dans une penderie.

Ne suis pas perdue ni pendue.

 

Noir.     Nuit.      Pliée.   Blême.

Ne suis ni vivante ni morte

Comme dans une penderie.

 

Noir.     Repliée.             Battements de tête.  

N’ai pas de sexe ni d’âge.

 

Suis folle du silence

Plus de regard ni de voix.

 

Qui m’isole dans sa géôle ?

Qui se fait mal et m’esseule ?

Qui me nie sans jamais me nommer ?

 

 

Comme dans une penderie

Noir.     Lit.         Couleurs.           Battements de corps.

 

 Qui prend ses habits un par un, chaque jour

Sans me voir, sans m’entendre ?

Jusqu’à quand ?

 

 

Noir.     Vie.       Couloir.              Battements de ton coeur...

 

Il se peut que nulle autre que votre âme n’ait été prisonnière dans la parenthèse d’un instant au goût de mort et d’infini, à ce point, isolée.

 

Suzâme

 

(5/05/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0

Publié le 4 Mai 2012

29-04-2012-18-41-25.jpg
Couverture de mon carnet actuel


Bonjour à toutes et tous,

Avez-vous conservez vos cahiers, carnets et blocs d'écriture?

Pas toujours des journaux intimes mais des lieux personnels, recueils de vos pensées, sentiments états d'âme, ils ont grandi avec vous depuis parfois l'enfance, ont accompagné, supporté votre adolescence et ont été soudainement abandonnés aux premiers événements de l'âge adulte.

Aucune vérité dans mon observation parce qu'il est possible au contraire que vous ayez mûri avec vos écritures consignées, empilées dans vos tiroirs.


29-04-2012-18-49-34.jpg

 Mon carnet actuel ouvert


Pour témoigner en faveur de l'écriture "manuelle", je vous donne l'exemple de ce manuscrit, un vrai "torchon" hum, plutôt brouillon, n'est-ce pas?
Et alors? Pourquoi castrerai-je ma plume sous prétexte que mon écriture est illisible, perturbée, émotive, j'y renoncerais?

Il est évident que si je devais adresser une proposition à un éditeur, elle serait "tapuscrite". Mais pour soi, protéger cette intimité de l'acte d'écrire à même la feuille, n'est-ce pas important! Pourtant, ce devrait être naturel. Je sais que beaucoup d'entre nous ont laissé le manuscrit, ne supportant plus râtures et bavures et sont en osmose avec leur clavier et l'écran qui met tout propre, les semences de notre esprit créatif.

Aujourd'hui je lutte contre ma tentation de saisir autrement mes instants.
En marchant, j'ai découvert l'usage de mon téléphone portable et de ses notes actives. D'une main, en tenant la laisse de mon chien, je pense et sauvegarde en textoésies des instants poétiques, des idées de nouvelles et autres.
Je me l'accorde.

Chez moi, je privilégie le stylo, hélas rarement la plume mais j'accumule des archives que je considère, moi, illustre inconnue, comme la "génèse de mes écrits".
Je vous encourage à sourire.
En fait, ils sont seulement important pour moi. Souvent nés, précoces, frileux ou fièvreux, instables, noirs et bleus, vifs, impatients, mes poèmes sont là où nul à part moi-même, je vous le dis, n'irait les chercher sans pour cela qu'ils soient cachés.

J'aimerais tant que dans vos commentaires, vous me parliez de vos habitudes et préférences en matière d'écriture.

Très cordialement.

Suzâme
(04/05/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 2 Mai 2012

artemisia-temp-dd952

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Artemisia, artiste internationale - Naples - 1593/1654

 

 

Bonjour à toutes et tous,

 

    Sortir avec Hauteclaire (*) que ce soit pour une promenade ou une visite d'exposition est un rendez-vous que je désire et que j'attends avec beaucoup d'impatience. Et quand vient l'heure de la rencontre, c'est toujours un beau jour d'amitié.

 

Comment partager mon vertige sur ma rencontre éblouissante avec Artemisia...

Il y avait du monde, trop peut-être pour avoir une distance suffisante et propice à la contemplation des chefs d'oeuvre d'une artiste-peintre dont je n'avais pas assez entendu parler. 


Ses compositions magnifiques représentaient souvent des femmes très déshabillées et parfois nues, de quoi nous écarquillés les yeux.   Voici une de ses lumières "La Vierge à l'enfant"

 

  artemisia-gentileschi-vierge-allaitant-1616-18

 

mais encore d'autres personnages l'ont inspirée ou lui ont été commandés.

 

450px-Lucretia_by_Artemisia_Gentileschi.jpg

 Lucrecia


cleopatra2.jpg
Cléopâtre

       
Incroyable ! Elle a été célèbre de son vivant "et s'est imposé dans le milieu artistique napolitain"* grâce à une première commande :"Naissance de Saint Jean-Baptiste".

imagesCAETUM1C.jpg

 

 

  mais aussi avec d'autres thèmes inspirés par la Bibled'une violence bouleversante :

Artemisia-2.jpg

Judith et Holopherne - 1612


Je ne retracerai pas ici sa biographie que je vous laisse découvrir sur le site du Musée Maillol :

 

link

 

 ou sur cet article du journal Le Monde du 22 mars dernier 
  link
     Wikipedia :http://fr.wikipedia.org/wiki/Artemisia_Gentileschi
   

et sur d'autres qui vous parleront de cet être exceptionnel qui malgré les difficultés pour obtenir la présence de modèles féminins, a su défier et surtout convaincre son milieu culturel.
 
Sisyphe.org : link
   
France inter : link

 

    Pour le partage encore, vous donnez un aperçu de mes représentations préférées :

imagesCAQ3RVNP.jpg

Allégorie de  la Rhétorique (1650)


73763260.jpg

Autoportrait de l'allégorie de la peinture (1638/39)

Je suis repartie remplie de beauté... même sans une connaissance essentielle de l'art, à ma manière je m'en suis nourrie. 
Cependant j'en conviens,
ce lien amoureux qui m'attache à l'art n'est point suffisant pour transmettre une page culturelle.   Alors, pourvu qu'elle vous incite à visiter l'exposition si vous habitez la région parisienne ou y séjournez et à compléter les sources proposées.

 

Un bel échange plein d'amitié avec Hauteclaire  link à une terrasse parisienne conclua cet après-midi miraculeux.

 

Suzâme

(21/04/12)

Pour enrichir ma publication, je vous transmets le commentaire très éclairé envoyé à ma demande par mon amie Arthémisia, professeur d'arts plastiques et artiste  link :

"Comment quand on parle de la peinture d'Artémisia ne pas évoquer la puissance de la lumière, des contrastes de lumière et d'ombre (le caravagisme) qui donne à voir avec violence ce que l'artiste ose montrer, la chair nue, la chair qui attire, ou répulse, la violence du crime, le sang qui coule et la grimace du monstre...l'Homme dans une vérité dévoilée sans afféterie ni coquetterie.

 

 


    Voilà aussi ce qui nous la rend précieuse cette magnifique peintresse, qui a dû lutter contre les préjugés de son époque et même probablement encore de la nôtre...qui (veulent) voulaient qu'une femme ne doit pas peindre des corps mais se cantonner aux charmants bouquets de fleurs et autres paysages plus compassés les uns que les autres.


    Montrer, voilà ce que fit la belle, diriger l'éclairage sur ce qu'il faut voir, sur ce qu'il faut montrer. Et avec quelle virtuosité!


    Ce qu'elle peignait c'était bien sûr ses toiles mais aussi et surtout s(l)a marche en avant des femmes dans l'Art, son droit à la reconnaissance en tant qu'artiste, en tant que femme-artiste, et en tant que personne humaine dont le travail et le regard font fortement sens.


 Mes meilleures pensées à toi Suzâme que j'envie d'avoir pu visiter cette expo.  


Arthémisia
(30/04/12)


N.B. Je vous invite à visiter, dans le cadre du "Tableau de la semaine", le blog d'Hauteclaire et sa publication sur Artemisia :


http://hauteclaire.over-blog.com/article-le-tableau-du-samedi-arthemisia-103781968.html

      

(*)brochure de l'exposition du Musée Maillol

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Promenades, rencontres

Repost 0

Publié le 1 Mai 2012

images

 

Bête à Bon Dieu

As-tu des yeux?

De quelle couleur

est mon coeur?

 

Suzâme

(01/05/12

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #instantanés poétiques

Repost 0

Publié le 1 Mai 2012

prod_photo1_3925_1212757013.jpg

 

-          Eh ! montre-toi ! parle-moi un peu !

Pour unique réponse : silence de l’escargot.

-          Bon, admettons ! Et si je te dis qu’elle est belle ton écorce.

Toujours rien de la part de l’escargot. Au même d’insister :

-           Là, le lieu est tranquille, montre-moi au moins tes yeux !

escargot-559080.jpg

Enfin une réponse aussi sourde que laconique :

-          Fous-moi la paix, vermisseau !

-          Quelle injure ! Je suis limace  

Beau et belle

Mâle et femelle

Et toi que fais-tu sous ton chapeau ?

L’escargot se livre un peu :

-          Pardi! j’évite de me promener nu,

de m’exposer comme un débile…

La limace à peine vexée :

-          Mais qu’est-ce que tu es dur avec autrui !

-         Que veux-tu je me protège!

-          Tu as donc si peur de la vie !

-         Non, c’est justement parce que je l’aime.

La limace révélant son désir :

-          Alors tu prendras bien un peu d’amour.

Vois partout ces feuilles mouillées, elles seront notre lit !…

-          Mais voyons, moi aussi je suis belle, je suis beau

Tantôt femelle, tantôt mâle... oh que de maux !

A la limace de persister :

-          Mignon, mignonne, qu’importe ! que fais-tu de l’amitié ?

Alors l’escargot sort sa tête trop pensive, son corps alourdi et …    lui donne un baiser.

 

Suzâme

 

(01/05/12)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #petits dialogues ordinaires

Repost 0

Publié le 1 Mai 2012

d2b79d1140e5ebae2074fb33372a6260.jpg
de Séraphine Louis (1864-1942)


Bonjour,

 

A l'occasion de ma visite au Musée Maillol avec Hauteclaire, en plus de l'oeuvre grandiose d'Artemisia, nous avons découvert quelques belles peintures de Séraphine dont j'avais fait la connaissance grâce au film de Martin Prévost avec Yolande Moreau:

 

http://www.dailymotion.com/video/x8iltk_bande-annonce-film-seraphine-yoland_shortfilms


Lors de sa diffusion, j'étais seule face à son personnage et apprécia progressivement cette exclusivité. Il s'agissait une biographie dont on peut comprendre qu'elle soit contreversée par des érudits, histoiriens et autres professeurs qui, selon moi, mit bien en valeur la personnalité, le comportement et la recherche minutieuse, exigente, de la forêt à la toile, de cette femme peintre à l'origine tâcheronne chez des familles bourgeoises de l'Oise.

Seraphine-de-Senlis---Les-Grappes-de-Raisin.jpg
"Les grappes de Raisin"

Elle travaillait dur et modestement et parlant à peine, consciencieuse et occupée à ne faire que son travail. Puis rentrée chez elle après un détour dans les bois environnants afin de recueillir les éléments de son inspiration à base de matières et de couleurs, elle passait des heures à composer un tableau que pendant longtemps elle fut seule à connaître jusqu'à une rencontre propice: Wilhelm Uhde, critique et marchand d'art. Mais je vous laisse découvrir sur les sites ci-après les informations essentielles si Séraphine vous intéresse.

http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/seraphine-louis-l-ange-au-plumeau_574725.html

http://www.musees-senlis.fr/Dossiers-thematiques/seraphine-louis-dite-seraphine-de-senlis.html

seraphine.jpg

Séraphine était autodicdate et trouvait son inspiration dans la nature et par des voix mystiques qu'elle seule entendait. Combien j'ai aimé l'imaginer poursuivre sa quête d'une beauté qui allie la réalité à travers sa végétation à tous les étapes, de sa naissance à son déclin, à l'esprit si enfoui que le silence s'en trouve complice. Combien j'ai appréhendé sa passion, puis ses excès et enfin sa folie à chaque fois qu'elle se donnait à son oeuvre.

Suzâme
(23/04/12)

Voici les liens d'aminautes qui ont publié sur Séraphine :
Le blog de la vieille marmotte

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/article-le-tableau-du-samedi-11-fevrier-2012-99069011.html

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/article-le-tanka-peinture-du-samedi-11-fevrier-2012-99068605.html  

et un article du 20/11/2008 de Monelle : : Incroyable talent!
http://monelle.over-blog.com/article-24963182.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Billets (Livres, cinéma, Théâtre, expo etc...)

Repost 0