Publié le 30 Juin 2012

Bonjour mes ami(e)s

Voici une revue pleine de gourmandises. L’arbre de poésie donne des fruits étranges, acidulés ou très mûrs, des fleurs inouïes, textoésies à cueillir pour votre panier d’été.

Mais il y a aussi des textoésies de type papillon - lire mon interprétation sur la droite de mon blog - ceux-là se transmettent par téléphone portable comme une envie d’écrire et de donner à lire où que l’on soit et n'ont qu'un souhait : rejoindre l’arbre de poésie.

Nouveauté : publication de trois pages concernant notre communauté :

  • Historique des thèmes :

http://suzame-ecriture.over-blog.com/pages/Communaute_Textoesies_et_vous_historique_des_themes-7976636.html

  • Index des blogs inscrits :

http://suzame-ecriture.over-blog.com/pages/Communaute_Textoesies_et_vous_Index_des_blogs_inscrits-7976805.html

  • Modalités de participation :

http://suzame-ecriture.over-blog.com/pages/Communaute_Textoesies_et_vous_modalites_de_participation-7980893.html


2 textoésies de Joëlle Colomar

  • Lendemains de fête de

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-lendemain-de-fete-105469597-comments.html#anchorComment

  • Baisers papillon

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-baisers-papillon-107065329-comments.html#anchorComment

 

3 textoésies de Jill-Bill

  • Aride cimetière

http://jill-bill.over-blog.com/article-aride-cimetiere-104166083.html

  • Nature morte

http://jill-bill.over-blog.com/article-nature-morte-106419841-comments.html#anchorComment

  • Le cha-sseur

http://jill-bill.over-blog.com/article-le-cha-sseur-107327966.html

 

  • "Le cerisier" de Mansfield

http://www.mansfield.fr/article-berthe-morisot-106173088-comments.html#anchorComment

  • "Une réponse de l’Etre" de Lenaig et Monelle sur le défi proposé par Stellamaris

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-une-reponse-de-l-etre-lenaig-sur-le-defi-que-lui-a-propose-stellamaris-106665850.html

  • "Il suffit de baisser mon regard" de Durgalola

http://durgalola.over-blog.org/article-il-suffit-de-baisser-mon-regard-106152492-comments.html#anchorComment

 

 

2 textoésies de Nounedeb

  • Juin 2012 3  (ou la rencontre avec les coquelicots)

http://nounedeb.over-blog.com/article-juin-2012-3-106354316-comments.html#anchorComment

  • Jailli de l’océan

http://nounedeb.over-blog.com/article-jailli-de-l-ocean-107301504.html

 

  • "Pour le plaisir" de Marine

http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-pour-le-plaisir-106236654-comments.html#anchorComment

  • "1,2,3… soleil et pluie !" de Voilier

http://blog-heures.over-blog.com/article-1-2-3-soleil-et-pluie-106615941-comments.html#anchorComment


  • "Le monde renversé" d’Emma

http://eperluette.over-blog.com/article-le-monde-renverse-106857478-comments.html#anchorComment


  • Un instant de philosophie chez M’amzelle Jeanne

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-un-instant-de-philosophie-106968253-comments.html#anchorComment


  • "Solstice d’été" de Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/article-solstice-d-ete-107373415.html


  • Haïku de juin- Vive un thé ! d’Adamante

http://www.adamante-images-et-reves.com/article-haiku-de-juin-vite-un-the-107219784.html


2 textoésies de Morgane

  • A bientôt… de Morgane

http://a-l-ombre-de-ma-prose.over-blog.com/article-107227402.html

  • … de Morgane

http://a-l-ombre-de-ma-prose.over-blog.com/article-107586509.html

 

  • Le train des livres de Suzâme  (ou le quichotrain) de et chez Quichottine

http://quichottine.over-blog.com/article-le-train-des-livres-de-suzame-107121515.html


  • "Revendications saisonnière" de Cathy

http://poeticathy.over-blog.com/article-revendications-saisonnieres-107209116-comments.html#anchorComment

Pour la communauté «Textoésies et vous» de Dadette

http://dadette.over-blog.com/article-pour-la-communaute-textoesies-et-vous-107350078.html

"N’abandonne surtout pas" d’un auteur inconnu proposé par Pâquerette

http://paquerette.over-blog.net/article-n-abandonne-surtout-pas-107443988.html


"Rien ne sera plus comme avant" de Régine

http://rosinda59.over-blog.com/article-rien-ne-sera-plus-comme-avant-regine-107453674.html

"Les chaleurs de l’Afrique" de Fanorise

http://fanorise.over-blog.com/article-34120655.html

"Repos" d’ABC

http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-repos-107428437.html

 

Suzâme

(30/06/2012)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 30 Juin 2012




09062012687.jpg

Bonjour à toutes et tous,

Je remercie profondément Quichottine de son regard sur mon petit monde de papier.


Alors comment vous dire mon bonheur d'avoir rempli mon "quichotrain" en partage?


J'ai osé parce qu'avec les livres je suis... anormalement possessive. Dès la fin d'adolescence lors de mes premiers coups de foudre littéraires, j'ai eu un mauvais
 réflexe celui de l'exclusivité. Toi et moi, c'est-à-dire mon livre et moi, l'auteur et moi... Toi et moi et ma bibliothèque...


J'en avais tant rêvé depuis le collège. Pas de place à la maison... c'était réglé mais c'était sans compter que le manque crée le désir, l'imagination, la perspective. Ce que je n'ai pas eu, je l'ai ardemment voulu. Chaque livre a sa place. Il y en a qui ont plus de trente ans et me suivront partout. Surtout les livres de poésie... 


09062012685.jpg

Cependant un bémol, j'ai les yeux plus grands que le rythme de ma lecture. Pendant toutes ces années au rythme de la famille et du travail, j'ai délaissé les pages sans perdre le goût de leurs présences tout près de moi. Des livres partout, sur mon bureau, dictionnaires et autres bréviaires indispensables à une meilleure expression ou un pansement immédiat contre l'oubli, dans notre chambre, sur mon petit meuble de chevet, deux ou trois pour le désir, la recherche, le réconfort... dans notre salon, protégés par des vitres: Ô Littré ! Ô Chagall et tous les beaux livres pour leurs couvertures glacées, parfois originales comme "La femme surréaliste" (collection Obliques), dans notre couloir, deux bibliothèques modestes qui passeraient presque inaperçues mais qui sont mes trésors de vie.

Je suis lente à lire parce que je suis et poursuis plusieurs auteurs à la fois. Littérature, philosophie, poésie sont mes sources où je m'abreuve à nouveau chaque jour.  

09062012684.jpg

Pourquoi plusieurs? Question d'humeur? Question du silence entre moi et moi... Je ne prie pas alors il me reste les lignes, les paragraphes... Je suis actuellement sur "Terre des Hommes" de Saint-Exupéry. Je savoure chapitre par chapitre. Je ne peux le lire comme si prenais le TGL, le train grand de la Littérature!

Pour finir, un aveu : j'ai un défaut é-nor-me... rarement je cherche à me distraire. Pourtant l'année dernière, en flânant dans une librairie alentour, je suis tombée alivreuse de "La Reine des Lectrices" d'Alan Bennet...

Vous dire combien j'aime entrer dans un recueil de poésie et particulièrement lorsque j'ai apprivoisé le langage de leurs auteurs. C'est le cas avec mon amie Tibicine link qui est à l'origine de la création de mon blog et puis Nina link, Hauteclaire link, Anne le Sonneur link, Peneloop link et récemment Catheau link qui ont publiés poèmes, récits et contes pour le bonheur de quelques privilégié(e)s. Les découvrir, c'est s'ouvrir à leur sensibilité, à leur imaginaire, au langage de leur âme, interrogations, émotions, aux sons modulés, graves et légers de leurs couleurs profondes...


Je vous invite à rendre visiter les "quichotrains". C'est une si bonne idée, ce voyage au coeur des livres aimés avec vous...

Merci de votre constance...

Suzâme

(21/06/12) 

      Voici le lien pour découvrir l'article de Quichottine écrit à partir de quelques photos et témoignages que je lui avais transmis.

http://quichottine.over-blog.com/article-le-train-des-livres-de-suzame-107121515.html

Voici le lien sur une nouvelle écrite en avril 2011: "La Femme aux Livres" dont j'aimerais, si vous ne l'avez encore jamais lu, recevoir vos impressions.


http://suzame-ecriture.over-blog.com/article-la-femme-aux-livres-inedit-70850574.html

 

A lire absolument de "La lectrice soumise" de Jonas D.

http://www.jonas-doinint.com/article-la-lectrice-soumise-79899632-comments.html#anchorComment

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 29 Juin 2012

Elle vient brusquement de changer de vie. Rien n’y paraît. Son manteau refermé en signe de respect ? de fierté ? Non. Elle étouffe seulement un secret de trop. En elle, le monde s’est éteint, est devenu silence. N’entend pas le train passé, ni sa fidèle amie l’interpeller au loin puis se rapprocher en lui hurlant tout en pleurs : «pardon.»

 

La trahison est-elle seulement un poison de gare ? Qu’a-t-elle vécu d’irrémédiable ? Veut rien n’expliquer.  Il a suffi d’un rendez-vous de deux amies d’enfance, sans exclusivité...

 

Une plaie cachée, classée sans plainte sur cette imposture d’un soir où elle fut la proie d’un intrus sous ivresse.

 

Nulle confidence.

 

Elle ne se retournera pas. Elle a refermé son manteau d’existence.

 

 

Suzâme

 

(19/06/12)

 

Pour Mil et une : http://miletune.over-blog.com/categorie-11758798.html

 

N.B.Surtout faites un saut chez MIL et UNE pour regarder cette vision qui nous a toutes et tous beaucoup inspiré(e)s. J'ai fait dans le genre court et dramatique  mais ce n'est pas seulement ma plume qui m'a guidée. Peut-être serez-vous intéressé(e) à vous inscrire...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 29 Juin 2012

 
12022012273
 
 
 
Ô vagues, délivrez-nous
de notre pâleur intérieure !
Donnez-nous vos couleurs !
Ô vagues, retrouvons-nous !
 
Suzâme
(04/04/12)


Océan infini
libère nos esprits
fait voguer nos pensées
au-delà des marées !

Elo
http://www.confidences-libellule.com/

Le ressac doux et incessant
Les cris des mouettes et des enfants
Calme et vie se couplent.

Askélia
http://askelia.over-blog.com/


Vagues océanes
Caressez-moi dans vos langueurs iodées
Portez-moi dans vos houles vertes
que je devienne sirène.

Hauteclaire
http://hauteclaire.over-blog.com/

Paupières closes
Je m'abandonne à vos crêtes délirantes
parsemées de pépites par le somptueux couchant.

Plume
http://demauxenmots.over-blog.com/


Dans vos bras forts, roulez-nous, vagues
Ne nous lâchez pas
Emportez-nous loin
Très loin, hors des limites du temps.
Nous vous remercierons.
 
Arthémisia
http://corpsetame.over-blog.com/


Un sable fin doré
 
     Un littoral iodé

    Des gouttelettes salées

    Le ressac, les embruns

    Apaisent  mon cœur enfin.
 
Mansfield
http://mansfield.over-blog.com/

Les vagues vont et viennent

    Leurs pensées sont miennes

    Mon âme est sur la crête

    De cette douce tempête.

Esclarmonde
http://luniversdesclarmonde.eklablog.com/      


Océan, enfin pouvoir t'admirer
Ecouter le chant de tes flots
Se jetant sur les rochers
Avec, pour moi, de si jolis mots !

Monelle
http://monelle.over-blog.com/
       


C'est l'odeur d'iode et de varech.
Le vent, qui sèche les embruns: lèvres salées
Goulument léchées.
C'est un appel.

Nounedeb
http://nounedeb.over-blog.com/

Je vous regarde, dans votre infini élan
vagues, ourlées d'écume,
tour à tour irisées.
Embrassez-moi de vos embruns parfumés.
 
Fauvette
http://olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com/

Au miroir bleuté de la mer
A naufragé le ciel d’éther
Et les nuages en flocons
Se sont costumés en tritons.

Catheau
http://ex-libris.over-blog.com/


J'ai peur de la mer,

    de son haleine froide,

    de ses lames sournoises qui,

    modelant la roche et le coquillage,

    emportent vers le large

    les chevilles les plus aguerries.
Valdy
http://www.valdy-a-dit.com/




Sur la peau grise et ridée d'une vague brève

    Le vent de ses doigts verts

    A creusé tous les plis

    De l’infini.

Carole
http://carole.chollet.over-blog.com/

       

       L’envie de sentir encore, dans sa main,

    La barre, qui résiste un peu,

    Lorsque le bateau gîte.  


Nounedeb
http://nounedeb.over-blog.com/
  Hautes vagues

    Chemins du vent

    Portes du ciel


Carole    


http://carole.chollet.over-blog.com/
         

Face à la mer dont tu es la vague,

    J'offre mon corps à tes assauts,

    Comme la falaise que tu tagues

    D'amour tu en es le sceau,

    Je clame la beauté de ton écume,

    A te contempler à longueur de transhume,

    Fils du vent j'adore jouer avec tes lames

    Oh! mer... de la terre tu es l'âme.

    Covix-lyon©08/04/2012
http://www.covix-lyon.net/




Vague gifle le rocher de marbre

    Se casse en écume ajourée

    Se retire l'humeur grise

    Et revient tel un auroch dans l'arène...


Jill-bill
http://jill-bill.over-blog.com/



Elle roule et déroule

    Sa vague voluptueuse

    Séductrice, tentatrice

    Sirène ondulante

    Provocante


La mer comme un appel lointain

    Un infini qui prend ma main

    Où doucement sa vague m’appelle

    Vers la profondeur éternelle

    Saisie par son immensité.


Jocelyne
http://jobougon.wordpress.com/
      

 


Parce qu'un textoésie peut être aussi une pensée poétique :

L'infini de la mer nous ramène à l'infini de nous même

Joëlle Colomar
http://joelle.colomar.over-blog.com/        


Vagues folles
Filles de l'au-delà,
déferlent
Poésie violente
de l'immédiat.

Découvrez le "face à la mer" de Carmen

http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com/article-textoesie-n-4-face-a-la-mer-103722511.html




La mer

 

La mer est comme l'amour, beau et cruel,

Elle nous ensorcelle avec sa voix magique,

Qui vient des profondeurs comme un appel,

Et nous entraîne vers son univers magnifique...

Fathia

Son textoésie lui a inspiré le poème que je vous invite à découvrir sur ce lien
 
http://www.arts-et-culture.fr/article-textoesie-la-mer-par-fathia-nasr-103197364.html          


Du textoésie au poème...

avec Tibicine
 

Aller la houle au coeur
Hisser le foc au vent
Fendre les flots dragueurs
Chercher les perles tendres

Narguer les ailerons
Et toucher le corail
Plonger au plus profond
Jusqu'à en perdre l'âme

Ne plus rien maîtriser
Que les vagues me prennent
Echouer sur la rive
Le silence pour épreuve

Pour te trouver.

 

(inédit)

 

http://tibicine.over-blog.com/



avec l'amoureuse de la mer, moi-même :

 

Elle m’aimante

alimente mes yeux

mon âme gourmande.

 

Elle me revigore

ravive mes sens

mon corps en suspens

 

Elle est avide

de sable et de ciel

en moi fait le vide

la mer, la mer, la mer…

 

(Fermanville, le 01/04/12)


Lire "Une grande dame, la Mer..." de Dadette

http://dadette.over-blog.com/article-une-grande-dame-la-mer-107349457-comments.html#anchorComment



 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 28 Juin 2012

 

Une personne

C’est une tonne

de rêves effarouchés

C’est une tonne

de larmes déguisées.

 

Une personne

Qui s’en étonne

C’est un être à vif.

 

Une personne

C’est une tonne

de notes à demi-mots

C’est une tonne

de mots qui dénotent.

 

Une personne

Quand elle se donne

C’est un être sans griffes.


Suzâme

 

(écrit le 26/06/12)

 

Pour la communauté Croqueurs de mots sur une proposition d’ABC "La personne"

http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-defi-n-83-103774440.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 25 Juin 2012

 

Pas

tourner

autour

de

moi.



Pas

de

quoi

mais

les

qui

quand

pourquoi

tête

cœur

ouverts

et

les

verbes

aimer

vivre

exprimer

découvrir

autrui

ses

visages

son

Ame.


Pas

tourner

autour

de

moi.


Voler

dans

l'espace

cérébral

amour

quête

doutes

poésie

toujours

de

l'intérieur

à

l'infini

donner

sens

sentiments

fous

parfois

à

l'existence.


Femme

étrange

aux

cent

dimensions

impatiente

passionnée

sans

être

assidue

aux

exigences

du

Temps.


Pas

tourner

autour

de

moi.


Ecrire

soleil

lune

dans

un

éblouissement

intime

perpétuel.

 

 

Suzâme

(25/06/12)


Croqueurs de mots - défi N°84 lancé par ABC : http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-defi-n-83-103774440.html 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #DEFIS CROQUEURS DE MOTS

Repost 0

Publié le 21 Juin 2012

magritte-rene-die-grosse-familie-9700795.jpg
René Magritte

1.


Motivé par les vents, l’oiseau plane haut, prince de l’existence, puis surpris par le silence, soudainement chute.

Le sol ressemble au ciel.

Nous sommes dans l’ère de l’indifférence.

(20/06/12)

 

2.

Libérer les cris de l’oiseau qui est tombé lundi sans bruit. L’envol, l’essor sont l’espérance même pour un volatile sans cesse mûrissant. Lorsque le but du voyage, la réalisation de soi grâce aux compétences de ses ailes, à leur envergure rencontre un invisible mur, l’être trop aérien perd sa perception de l’horizon et de tout son poids de danseur de nuages, descend.

Ô vertiges des contraires ! Ô paradoxe de l'air ! Qu'est-ce que la vie sans dimensions?

 

3.

Présence du soleil. Le vieux sage sait s’approcher des oiseaux piégés par leurs rêves. Ils sont si nombreux, si seuls.

Lui dit comme à un oiseau sourd, quelques mots de saison :

Frôler les verts cheveux des arbres, chercher la compagnie des fruits si solidaires, le rêve éphémère des fleurs simplement heureuses d’être sous tous les temps, trouver caresses parmi les herbes longues et douces au milieu de la vie, oublier pendant un instant de trêve, le firmament.

4.

Il s’est posé nu sur un rocher aussi dur que sa réalité.

 

Il suffit de deux larmes d'oiseau pour à nouveau contempler, ouvrir sa vision du monde, se réconcilier avec soi au bord des vagues, au bout des vagues.

Seule la mer lui parle de sa vie.

 

Suzâme

(22/06/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0

Publié le 21 Juin 2012

Je connais un monde

Vie, vents

Ventre vert et bleu

de là-haut

Rouge soleil

au-dedans.

 

 

Suzâme

(21/06/12)

 


Croqueurs de mots, jeudis en poésie,

thème proposé par ABC : Monde
Consulter les autres thèmes :
 
http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-defi-n-83-103774440.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 19 Juin 2012

 (à Servanne)


Son désir est danse

 

dans les herbes mauves

 

où parfois elle se sauve

 

lorsque son corps pense.

 

 

 

Quelque chose lui manque

 

mais les herbes sont hautes

 

et elle se dit : «Dès que…

 

mon cœur pour lui seul saute.»

 

 

 

Son plaisir est immense.

 

Pourvu que le jour l’embrasse.

 

Quand les herbes l’enlacent

 

Ses gestes cherchent sens.

 

 

 

Quelqu’un lui manque.

 

Puis elle se dit : «Tant que…

 

ma vie pour lui s’envole

 

au-delà des herbes folles...

 

 

 

Quelque part… nos baisers…»

 

 

 

Suzâme

 

(19/06/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0

Publié le 19 Juin 2012

DSC00728.JPG

 Cathédrale Saint-Etienne à Châlons-en-Champagne

Trop court, ce séjour a réjoui mon cœur à l’idée de retrouver mon amie Natalia, de découvrir sa famille, son lieu de vie et sa ville où elle habite depuis un peu plus d’un an qui la passionne tant. Quel guide précieux et chaleureux !

 Nous n’étions jamais venus dans cette région où trois villes se toisent dans l’adversité historique et commerciale :

 Reims, http://www.reims-tourisme.com/reims-champagne/decouverte-et-patrimoine.aspx

Châlons-en-Champagne

http://www.chalons-tourisme.com/patrimoine-religieux-chalons-en-champagne.php

 et Epernay http://www.ot-epernay.com/index.php/histoire

 

14062012705.jpg

Caisse des dépots ou fameux château du marché

 

La ville nous accueille avec trois beaux jardins ou jards entourés d’eau  dont un "à la française de cette belle ville entourée d’eaux, la Marne, le Mau, le Nau.

 

Comme nous avons un chien, nous nous sommes tout d’abord promenés dans les trois jards. Le premier nous accueille avec cette maison classique en reflets sur l’eau - de quoi troubler le poète et sa quête des reflets d’un autre monde – et notre balade se poursuit à la rencontre de 4 belles sculptures de C. Carrillot Inca (1996) incarnant les saisons que vous pouvez mieux contempler  sur ce lien : 

http://www.mes-ballades.com/51/ville-chalonsenchampagne.htm

 Voici les 4 muses et haïkus de saison choisis pour répondre à leurs charmes poétiques :

14062012708.jpg

L’automne

 

 

 

Vent d’automne

Voyageur dans ce monde flottant

J’ignore où tu vas.

 

Masaoka Shiki

 

(1866-1902)

L’hiver

 14062012701.jpg

 

Me retournant pour voir

L’homme que j’ai croisé

Le brouillard

 

Masaoka Shiki

 

(1866-1902)

 

 

Le printemps

 14062012702.jpg

 

Rien d’autre aujourd’hui

Que d’aller dans le printemps

Rien de plus.

 

 

 

Buson Yosa

 

(1716-1784)



14062012703.jpg

L’été

 

 

 

On lui demande son âge

Elle montre une main

Elle est vêtue d’été.

 

Issa

 

(1763-1827)

 

 

Dans l’après-midi, Natalia nous a emmenés dans la Cathédrale Saint-Etienne, un édifice roman qui surgit lentement au début du XIIème siècle. Une relation de la paroisse lui avait prêté la clé de cet univers ajouré par de nombreux vitraux, baies et verrières donnant à ce lieu sacré, une notion d’éternité pour chaque regard porté sur ce chef d’œuvre qui aura consenti à toutes les influences après son incendie qui s'est produit en 1668, détériorisant l'ensemble de la façade sud, qui fut rebâtie à neuf de 1842 à 1846 en harmonie avec celle du bras nord.

. La nef achevée en XIIIème siècle révèle le style de  l’art gothique, coeur de couleurs rayonnantes.

DSC00729.JPG

 

 

Vitrail

Cette verrière a vu dames et hauts barons
Étincelants d'azur, d'or, de flamme et de nacre,
Incliner, sous la dextre auguste qui consacre,
L'orgueil de leurs cimiers et de leurs chaperons ;

Lorsqu'ils allaient, au bruit du cor ou des clairons,
Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le sacre,
Vers la plaine ou le bois, Byzance ou Saint-Jean d'Acre,
Partir pour la croisade ou le vol des hérons.

Aujourd'hui, les seigneurs auprès des châtelaines,
Avec le lévrier à leurs longues poulaines,
S'allongent aux carreaux de marbre blanc et noir ;

Ils gisent là sans voix, sans geste et sans ouïe,
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir
La rose du vitrail toujours épanouie.

José-Maria de Heredia
Recueil "Les Trophées"
(1842/1905)



DSC00733-copie-1.JPG

Le lendemain, notre amie nous entraîna dans les vignes non pas de Dionysos,
DSC00744.JPG

un de mes dieux grecs préférés mais dans les terres d’une ses relations qui nous donna en exclusivité un cours sur l’étendue de la production de la région, le savoir-faire depuis des siècles. De l’origine  du champagne http://www.champagne.fr/fr/vin_rare.aspx?RubriqueID=191&LangueID=1

DSC00748.JPG

Culture de la vigne
http://www.maisons-champagne.com/bonal/pages/08/04-01



Puis sous un ciel au soleil souriant, nous avons achevé cette route de champagne, essentiellement sur les alentours d'Epernay par l'ultime dégustation  de cet alcool presque divin - un elixir dit-on pour les amoureux, une tentation pour les poètes peut-être  ! - dans une cave proposant toutes les saveurs traditionnelles et contemporaines.

 Lors de notre séjour en Champagne-Ardennes, j'ai vécu des moments inoubliables d'amitié. Natalia qui nous avait invités à dîner, m'a soudainement demandé de lire à haute voix un poème qu'elle m'avait inspiré et que je lui avais dédié link. Une émotion au bord des larmes pour quelqu'une comme moi toujours dans le vif des êtres et de leur âme. Ce n'était pas tout. En toute simplicité, elle - pianiste professionnelle, s'il vous plait -  s'installa devant son piano à queue, griffé "Rameau" à l'aspect laqué couleur écru et nous interpréta dans toute sa beauté presque éthérée, deux morceaux dont les préludes de Chopin. Combien j'ai regretté de ne plus me souvenir, oui, hélas, de ne pas reconnaître cette musique qui m'emplissait.(*)

Son époux m'étonna en me parlant poésie, me questionnant sur mes goûts. Lui avait pour compagnon de chevet depuis sa jeunesse, le poète Saint-John Perse et surtout son recueil "Amers" dont voici un extrait :

 "...Et comme nous courions à la promesse de nos songes, sur un très haut versantde terre rouge chargée d’offrandes et d’aumaille, et comme nous foulions la terre rouge du sacrifice, parée de pampres et d’épices, tel un front de bélier sous les crépines d’or et sous les ganses, nous avons vu monter au loin cette autre face de nos songes : la chose sainte à son étiage, la Mer, étrange, là, et qui veillait sa veille d’Etrangère — inconciliable, et singulière, et à jamais inappariée — la Mer errante prise au piège de son aberration...."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-John_Perse

Leur fille, en pleine adolescence rayonnait avec son nouvel appareil photo, apprivoisant notre chien en le zoomant sans qu'il ne s'en formalise.

Pour conclure, je suis heureuse de vous faire partager mes découvertes et impressions sur cette page plutôt personnalisée que culturelle. Nous avons été agréablement entraînés par notre amie Natalia dans cette valse champenoise que ce soit dans les vastes allées des trois jards communicants, la Cathédrale Saint Etienne et sa grandeur intime, les champs et les sarmants de vignes.

Suzâme
(18/06/12)



N.B. Aujourd'hui je sais par Natalia qu'elle interprétait les préludes op. 28 de Chopin 
http://www.youtube.com/watch?v=ef-4Bv5Ng0w

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #séjours, voyages

Repost 0