Publié le 30 Novembre 2012

Bonjour à toutes et tous,

 

Juste le besoin de me poser, de me reposer . La fin de l'automne, les émotions, la vie, nos échanges si forts, parfois si profonds.

 

DSC00135.JPG

      Main mature sur l'écorce

de l'arbre qui  protège.

Reprendre force.

 

Besoin de prendre un peu de recul, de laisser respirer mes pensées, de méditer sur la poésie, sur mon blog, de travailler à mon premier recueil "Ecrits sur ma paume" et de me consacrer davantage à ma vie, à ma famille surtout.

 

Oh! seulement quelques jours ou même une semaine peut-être deux !

 

Promis, je reviendrai avec newsletter,  textoésies et la revue de la communauté "textoésies et vous", nouveaux écrits. 


Demain, je m'envolerai vers vous, vers vos univers personnels si particuliers, si riches et retrouverai nos partages. 

 

Merci de votre compréhension

Cordialement.

Suzâme

(30/11/12)


Au fil des jours

et sans raison

il suffit d’une saison

pour suspendre son tour.

 

Au fil des jours

et sans trahison

il suffit d’une saison

pour dormir le jour.

 

                                  L’âme reposée

La plume osée

Je vous promets

que je reviendrai.

 

Suzâme

(1/12/12)

J'espère que vous m'accorderez cette trêve.

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2012

Bonsoir à toutes et tous,

 

Voici les premiers liens de ce "JEUDI EN POESIE".

A ceux qui n'ont pas encore publié, vous attendez peut-être un signe de la lune ! Elle est là, aux aguets de votre poésie.

 

Suzâme

(15/11/12)



N.B.Ah oui! Il vous suffit de commenter mon poème baroque "coup de coeur" de ce jeudi, pour que je sois chez vous illico. C'est un moyen de communiquer plus rapide que le journal des communautés d'Overblog. Merci pour votre participation et de votre enthousiasme. A lundi  19 pour "UN MOT POUR UN AUTRE"

 

Chez Overblog: 

 

"L'ultime union" de Chloé 

link

"Automne hive" par Jill-bil

link  

"Hier le ciel était bas et sale" de Lenaïg
"Songe" d'Alice


"Un chat perdu" de Maurice Carême choisi par Pimprenelle

"Brumes" d'Hauteclaire
link 

"Coup de coeur" en alexandrins d'Henri
link


Un poème d'
Anna de Noailles choisi par Catheau
link

Automne malade de
Guillaume Apollinaire choisi par Jeanne Fadosi


"Costume de poésie" d'
Anne Le Sonneur



Chez Blogspot :
un poème d'Olivier de Magny (1529/1561) choisi par Josette
Chez Eklablog :
"Le lac des cygnes" de Monelle (avec vidéo)

link

"N'avez-vous jamais ?" de Frédéric Rossile proposé par Pâquerette

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2012

 

 DSC01062.JPG

 

Bonjour à toutes et tous,

 

Ma mission s'achève avec le thème des oiseaux et je crois que nous nous sommes bien envolé(e)s. Je vous remercie infiniment pour votre participation depuis le jeudi 15, en passant par le fameux défi n°90 "Un mot pour un autre". Je vous invite à vous poser sur les liens de plume :

 

Chez Overblog :


"Pennes à voir" de Jill-bil

link 

 

-"Léda" d'Hauteclaire

link

 

"Oiseaux du matin" de Nina Padilha

link

 

"Les oiseaux" d'ABC

link

 

"Les oiseaux" d'Henri Landa

link

 

"Les oiseaux" de Lénaïg avec "Le héron, la fille" de Jean de La Fontaine

link

 

"Maître corbeau" de Mansfield

link 

 

"Les colombes" de Théophile Gautier proposé par Alice

link

 

De belles photos : Les zamoureux, le rouge gorge, la mésange bleue, et les corbeaux illustrant le poème d'Arthur Rimbaud proposé par Francine 

link

 

  "Le hibou" une comptine proposée par Pimprenelle

link   



Chez Eklablog :

"Une mouette" de Monelle

link

 

 

Chez Blogspot :

"La mer" de Jean Richepin proposé par Josette

link

et "La mort des oiseaux" de François Coppée sur le blog

Un temps de poète link

 

Découvrir "Les oiseaux" d'Enriqueta, ses photos et un extrait de "Récits de voyage" de Victor Hugo

link  

 

Un poème de Marie Capucine qui n'a pas de blog et aime nos textes

 

Pour écrire un mot

 

Mon ami l’oiseau

Me prêta une plume

 

L’oiseau geai

Pour l'écrire d’un . . . jet

l’oiseau goéland

pour ma Liberté

L’oiseau rossignol

Pour aider son envol

La gentille alouette

Me prêta son pied

la chouette et

la bergeronnette

saperlipopette

bien trop occupées

me laissèrent bée

 

alors

l’oiseau héron

sorti de ses cendres

me tendit des vers

et ma poésie

en fut embellie

 

pour la signature

je pris une plume

déposée sur l’herbe

par un cygne blanc

 

Commentaire n°18 posté par mariecapucine il y a 4 jours à 08h22

 

 

      IMPORTANT

 

LES DEFIS 91 et 92 seront assurés par Jill-bill link

et Lilou  link

Et toute ma reconnaissance à Pascale des Croqueurs de Mots qui m'a fait confiance. C'était mon premier défi. Je pense revenir dans quelques temps. A bientôt.

 

Suzâme

 

(22/11/12)

 

 

N.B. Je tiendrai à jour cette liste de liens au fur et à mesure de mes découvertes et des commentaires.

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 22 Novembre 2012

DSC01064.JPG

 

 

Elles viennent de la mer

à la force de leurs plumes

avec une faim de lune

 

et quittent l’étendue

en foule jusqu’aux fleuves.

Leurs rires donnent l’âme neuve.

 

Elles dansent sur l’étang amer

comme mille gars qui ont faim

comme mille filles sans parfum

 

se disputent un lieu inattendu.

Et lorsqu’elles se posent sur une branche

c’est la Terre entière qui s’épanche.

 

Suzâme

(21/11/12)

 

 

Pour la Communauté Croqueurs de Poésie et ses Jeudis de la poésie : link

Lancement défi 90 et jeudis en poésie : link

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2012

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2012

Juste avant le lever de rideau, dans la magnifique salle de spectacle du Bateau Calypso X, Alex, le présentateur de la soirée s’énervait avec le capitaine Foulert. La soirée commencerait avec quelques numéros de cirque, magie, acrobaties, jongleries merveilleuses :

« - Monsieur, je vous l'ai déjà dit

Il ne s’agit pas d’un poème de foire

et d'ailleurs encore moins d’un poème de foi !

- alors quel est votre poème ? est-ce un poème de voix!

- pas seulement. C’est aussi un poème de silence.

- Et pourquoi ? Dites-vous que votre poème n’est pas celui des autres puisque ce n’est pas le mien. Alors, si vous avez un poème, je le conçois mais  débrouillez-vous pour l’oublier cher ami et commencez ! Le public s’impatiente. Comprenez-vous ? Il vous attend avec ou sans poème.

- Pour ne rien vous cacher Monsieur, il y a un autre poème et cette fois-ci, entre nous.

- Est-ce un poème de fond?

- A vous de répondre, je suis ivre. Et si j’improvisais ou si j’y renonçais ?

- Ecoutez ! Vous êtes bien ivre et alors ! Un conseil, libérez-vous de votre poème, lâchez-le et tant pis si c’est moi qui en suis la cause. Vous devez tenir votre engagement. Tout poème peut s’estomper, disparaître. Je crois que vous êtes aussi magicien, alors à l’aide de votre chapeau, transformez-le en hirondelle. Je compte sur vous.

- Pas de poème ! »

 

Communauté Croqueurs de Mots : link

Détails sur le défi 90 que j'ai lancé : link

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #DEFIS CROQUEURS DE MOTS

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2012


DSC00100.JPG



Poésie est sève

 

Poupées, figurines

amusent l’âme enfantine

si inventive et entêtée

puis animent l’éternité.

 

Présences singulières

s’invitent dans nos rêves.

Poésie ou fièvre,

en nous, l’enfant s’éclaire.

 

Personnages dans nos têtes

jouent mille histoires

évincent l’âme noire

si fragile sans quête.

 

Poésie est sève

qui reste dans nos yeux.

Qui a ses lèvres

ne sera jamais vieux.

 

Suzâme

(11/11/12)

 



Pour
papier libre : La sourde poésie des choses

link

 

 

N.B. (Photo collection "repères".  A découvrir quelques autres sur Facebook)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2012

Un poème extrait de "L'amour passionnée de Noémie" de

  Marc de Papillon De Lasphrise

(1555/1599)

artemisia-premiere-femme-peintre-baroque-muse-L-DCLf7e.jpeg

D'Arthémisia, première femme peintre baroque (1593/1652)

source : http://www.exponaute.com/expositions/526-artemisia/

 


Je l’œilladais mi-nue, échevelée,

Par un pertuis dérobé finement ;

Mon cœur battait d’un tel débattement

Qu’on m’eût jugé comme en peur déréglée.

Or j’étais plein d’une ardeur enflammée,

Ore de glace en ce frissonnement ;

Je fus ravi d’un doux contentement,

Tant que ma vie en fut toute pâmée.

Là folâtrait le beau soleil joyeux,

Avec un vent (zéphire gracieux)

Parmi l’or blond de sa tresse ondoyante,

Qui haut volante ombrageait ses genoux.

Que de beautés ! mais le destin jaloux

Ne me permit de voir ma chère attente.

 




La Poésie Baroque – La Bibliothèque de poésie - France Loisirs

Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Papillon,_seigneur_de_Lasphrise

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Jeudis de la Poésie

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2012

 

le-defi

 

 

Bonjour à vous passagères et passagers, passantes et passants de la coquille des «Croqueurs de mots», communauté de Pascale.

  Je suis votre capitaine pour la quinzaine et voici mon défi :

Défi n°90   "UN MOT POUR UN AUTRE "

 

 Consigne  :

C’est la fête sur le bateau,

sur la place

ou

n’importe où (île, autre planète).

Il y a de l’ivresse dans l’air. Certains dansent et titubent et surtout l'animateur dit n'importe quoi en confondant les mots.

 Ecrire un texte sous la forme de votre choix (présentation d’un spectacle, monologue, poésie, chanson ou dialogue)  en substituant et répétant un mot et un seul qui n’a aucun rapport avec le mot correct. Ce mot de remplacement s’en approche par le son, une ou deux syllabes et cela amène un texte décalé, amusant, et non dénué de sens … et cela devient un quiproquo rigolo.

 

exemple :

écrire et dire jour au lieu de tour

“Je suis là, devant vous pour vous présenter un jour. Vous ne l’avez jamais vu. J’ai inventé ce jour pour vous....”

 

PAR LE BLOG DE SUZAME

http://suzame-ecriture.over-blog.com/

Important : Postez  ou programmez votre texte pour 

 Lundi 19 Novembre à 8 heures 

pour la

  COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

un p'tit + de la part de Loop

Un mot pour un autre de Jean Tardieu

http://aloreedespeutetre.over-blog.com/article-au-theatre-ce-soir-112361782.html

 

et n'oubliez pas les Jeudis en poésie

 

Jeudi 15 novembre : votre coup de cœur ( poème personnel ou d’auteur)

Jeudi 22 novembre : les oiseaux

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #DEFIS CROQUEURS DE MOTS

Repost 0

Publié le 10 Novembre 2012

 

 002

Un petit bout de mon "ailleurs" en compagnie d'Arthur Rimbaud

 

 

Bonjour à toutes et tous,

 

Après le cimetière, les pensées à plus de midi, s’estompent et l’estomac a son mot à dire…  «Il est l’heure…» et c’est ainsi que nous nous sommes installés dans le petit restaurant le plus proche de Rimbaud dont l’enseigne nous avait interpellés «Au dernier sou».


Des surprises s’enchaînent. A commencer par la décoration. Un mur peint avec le portrait de Rimbaud, les cheveux en bataille et le poème «Le Dormeur du Val» :



link


Une ressemblance d’après photographie qui a le mérite de nous mettre dans un cadre propice à la poésie.

 

201020121166.jpg

Poésie murale 

Puis le patron nous tend la carte des menus avec en 1ère page, s’il vous plait, à nouveau un portrait de Rimbaud et en dernière page ses rimes gourmandes et coquines «Au cabaret-vert » que je ne connaissais pas. 

 


201020121165

Rimbaud toujours, au dos de la carte des menus

 

Est-ce un petit coup de folie ? J’ai pensé emporter avec moi cette présentation de menu inattendue. Mon époux devine mon désir. Il est prêt à se procurer ce document qui me perturbe un instant. Bien sûr, il n’y aura aucune suite, pensez-vous,  au prix du marketing !

Rimbaud jusqu’à notre table… Ce n’est pas fini. Arrivés au dessert, puis au pousse-café,  soudain le patron dit à voix haute tout en me regardant, le fameux :

 

Au cabaret-vert

Depuis huit jours, j'avais déchiré mes bottines
Aux cailloux des chemins. J'entrais à Charleroi.
- Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

Bienheureux, j'allongeai les jambes sous la table
Verte : je contemplai les sujets très naïfs
De la tapisserie. - Et ce fut adorable,
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

- Celle-là, ce n'est pas un baiser qui l'épeure ! -
Rieuse, m'apporta des tartines de beurre,
Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d'une gousse
D'ail, - et m'emplit la chope immense, avec sa mousse
Que dorait un rayon de soleil arriéré.

 

 

Source : Poésie.web.net.fr

 

 

 

 

Ah ! Quel art que de déclamer avec aisance en ce lieu convivial certes mais tout public, une poésie si visuelle et charnelle. J’ai interprété son intervention inespérée comme un cadeau. Il nous a confié qu’il y a quelques années, il organisait des rencontres en hommage au poète de Charleville. Même dans l’émotion, je n’ai pas manqué de lui exprimer ma reconnaissance.

 

201020121170.jpg

Maison de la famille Rimbaud


Nous voilà en route pour la maison familiale (1869/1875) située face à la Meuse et non loin du Musée. La famille a habité pendant 6 ans le 1er étage.

La ville la transforme en «Maison des ailleurs»

link


"La maison où Madame Rimbaud a emménagé en 1869 est aujourd'hui ouverte au public. Pendant six années, jusqu'en 1875, les quatre enfants Rimbaud et leur mère ont logé au premier étage. Cette maison est très significative parce qu'elle correspond exactement à la période de création poétique. Aujourd'hui, la Maison des Ailleurs se doit d'évoquer cette effervescence poétique et les départs incessants vers les villes et contrées qui fascinaient Arthur Rimbaud. Véritable espace de voyage, la Maison des Ailleurs permet au visiteur de suivre son propre parcours dans cet espace ouvert sur l'imaginaire. Dans chaque pièce, une carte géographique est sérigraphiée au sol comme un repère à l'errance et l'on passe ainsi de Stuttgart à Londres, de Charleroi à Bruxelles, d’Aden à Harar... Projections de films et de textes dans l'encadrement multicolore des fenêtres, sonorisation des pièces. Comme disait le poète : « il faut se faire voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens ». Déconcertant, étonnant, cet hommage que Charleville-Mézières rend en permanence à son poète ne peut laisser indifférent. Dans la cour intérieure, une résidence pour écrivains et artistes est aménagée. Ainsi, dans la magie des lieux, se poursuit, face à la Meuse qui inspira au poète « le bateau ivre », l'aventure de l'écriture et de l'imaginaire."

 

Source : site Charleville-Mézières

 

Quelques détails complémentaires sur Culture.fr link , une vidéo : ink

un visuel : link 

Arthur-Rimbaud-par-Ernest-Pignon-Ernest_lightbox.jpg

Arthur Rimbaud par d'Ernest Pignon

 http://www.pignon-ernest.com/p/rimbaud.html

DSC00099
Sac proposé par le Musée A. Rimbaud à Charleville Mézières

Sa ville organisait depuis le 12 octobre dernier un "festival international de poésie" :



 

Est-ce parce que je ne suis pas une grande voyageuse ou est-ce parce que Rimbaud m’a évitée, las de mon classicisme ? Je n’ai pas été sensible à cette virtualité en sons et en images sur les murs. Seules une voix aux accents profonds ressuscitant "Le bateau ivre" link ou quelques extraits de correspondances me laissaient un instant suspendue à l'invisible ailleurs si propice aux imaginaires. Le poète prodige n'a-t-il pas choisi de quitter l'abstraction pour l'action en traversant les frontières et les déserts?

 

En nous approchant de la Médiathèque «Voyelles », j’écoute ma curiosité en laissant mon époux se promener dans les rues non loin de la Place Ducale, puis intuitivement je suis quelques personnes pour finalement m’installer dans un auditorium qui se remplit progressivement.

Cette fois-ci Rimbaud est présent avec toute la fougue de sa jeunesse. Dans le cadre d’une manifestation organisée par la municipalité «Les ailleurs», la médiathèque accueillait Denis Perrette link et Philippe Billoin aux claviers avec ce bel intitulé : «Poètes d’ici, marcheurs et vagabonds».

De belles émotions à l’écoute de quelques textes fameux : «Les Poètes de 7 ans»
 
link
   de Rimbaud, 
"Dans les bois" :link 
de Verlaine.
La voix de Denis Perrette provoque, bouscule, attache comme s’il vivait chaque vers.

 

 

Je ne suis pas restée jusqu’au bout de cette belle rencontre mais j’ai découvert grâce à cet ambassadeur  de la poésie des «ailleurs », le poète et marcheur Franz Bartelt. Philippe Billoin aux claviers nous donna à entendre parmi des sons psychédéliques, vecteurs de songes, la vie d’un cœur battant inlassablement, celui de la poésie.

 201007024c2d57f82289f-0

A gauche, Franz Bartelt, à ses côtés Denis Perrette

link


Autres liens sur Franz Barteld :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Bartelt

http://www.francopolis.net/Vie-Poete/Bartelt-avril2011.html


Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #séjours, voyages

Repost 0