Musée Maillol : Expo Séraphine (jusqu'au 15/07/12)

Publié le 1 Mai 2012

d2b79d1140e5ebae2074fb33372a6260.jpg
de Séraphine Louis (1864-1942)


Bonjour,

 

A l'occasion de ma visite au Musée Maillol avec Hauteclaire, en plus de l'oeuvre grandiose d'Artemisia, nous avons découvert quelques belles peintures de Séraphine dont j'avais fait la connaissance grâce au film de Martin Prévost avec Yolande Moreau:

 

http://www.dailymotion.com/video/x8iltk_bande-annonce-film-seraphine-yoland_shortfilms


Lors de sa diffusion, j'étais seule face à son personnage et apprécia progressivement cette exclusivité. Il s'agissait une biographie dont on peut comprendre qu'elle soit contreversée par des érudits, histoiriens et autres professeurs qui, selon moi, mit bien en valeur la personnalité, le comportement et la recherche minutieuse, exigente, de la forêt à la toile, de cette femme peintre à l'origine tâcheronne chez des familles bourgeoises de l'Oise.

Seraphine-de-Senlis---Les-Grappes-de-Raisin.jpg
"Les grappes de Raisin"

Elle travaillait dur et modestement et parlant à peine, consciencieuse et occupée à ne faire que son travail. Puis rentrée chez elle après un détour dans les bois environnants afin de recueillir les éléments de son inspiration à base de matières et de couleurs, elle passait des heures à composer un tableau que pendant longtemps elle fut seule à connaître jusqu'à une rencontre propice: Wilhelm Uhde, critique et marchand d'art. Mais je vous laisse découvrir sur les sites ci-après les informations essentielles si Séraphine vous intéresse.

http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/seraphine-louis-l-ange-au-plumeau_574725.html

http://www.musees-senlis.fr/Dossiers-thematiques/seraphine-louis-dite-seraphine-de-senlis.html

seraphine.jpg

Séraphine était autodicdate et trouvait son inspiration dans la nature et par des voix mystiques qu'elle seule entendait. Combien j'ai aimé l'imaginer poursuivre sa quête d'une beauté qui allie la réalité à travers sa végétation à tous les étapes, de sa naissance à son déclin, à l'esprit si enfoui que le silence s'en trouve complice. Combien j'ai appréhendé sa passion, puis ses excès et enfin sa folie à chaque fois qu'elle se donnait à son oeuvre.

Suzâme
(23/04/12)

Voici les liens d'aminautes qui ont publié sur Séraphine :
Le blog de la vieille marmotte

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/article-le-tableau-du-samedi-11-fevrier-2012-99069011.html

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/article-le-tanka-peinture-du-samedi-11-fevrier-2012-99068605.html  

et un article du 20/11/2008 de Monelle : : Incroyable talent!
http://monelle.over-blog.com/article-24963182.html

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Billets (Livres, cinéma, Théâtre, expo etc...)

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marine D:0019: 07/05/2012 05:49


Tu as raison et il faut suivre ses envies... Regarder, contempler , écouter c'est le secret , et puis chacun a ses coups de coeurs, parfois inexpliqués !


Bonne journée Suzâme

marine D:0019: 04/05/2012 19:20


Il y a des réponses et des réflexions que l'on n'apprend pas obligatoirement à l'Université mais en regardant, et regardant encore, je suppose et aussi en lisant quelques ouvrages parfois aussi.
J'aime de la part de mon fils, que je vois peu car il est en région parisienne, qui a su me dire des choses sur Dali qui m'ont passionnée... un jour d'exposition...


Mais oui, je crois que l'on peut toujours trouver du temps pour ce qui passionne SuZâme

Suzâme 07/05/2012 01:58



Tu as tout à fait raison. S'informer est à notre portée mais je crois davantage en la transmission. Nous pouvons aimer l'art sans avoir de connaissances spécifiques et c'est déjà formidable ce lien sublime entre notre regard et l'oeuvre. Lorsque je pense suivre des cours, ce ne serait que pour les écouter, m'en
imprégner non pas pour tenter une maîtrise... Je suis avant tout et surtout réceptive. Mon assimilation des pages est hélàs trop réduite depuis très longtemps. Je me guéris par la
contemplation.



lepharedesmots 01/05/2012 14:56


Un bonheur pour les yeux.

Suzâme 04/05/2012 19:52



Un bonheur détaillé, délicat, plein d'harmonie.



joelle.colomar.over-blog.com 01/05/2012 11:28


Avec sa légèreté et sa précision, je suis sûre que Séraphine aurait peint à merveille les clochettes du muguet, clochette sonnant le renouveau, sentant l'espoir... Tout plein de bonheur pour toi
Suzâme. Joëlle


PS: tu as raison, l'eau a belle et bien disparu du fond du puit !

Suzâme 04/05/2012 19:44



En visitant les blogs, je me sens comme en promenade. Suis-je papillon ou poète? Femme de temps en temps, j'aime guêter, respirer et parfois cueillir cette beauté qui a en toi et en chacun
d'entre vous. Je n'aurais jamais pensé avant mes débuts qu'il y avait autant de sincérité et d'inspiration transmissible. Bon week-end. Suzâme



marine D:0019: 01/05/2012 07:13


Merci pour ce billet que je vais relire !


J'ai vu le film, j'ai été intriguée par le personnage,  et ses peintures pleines d'invention, de fantaisie, de mystère me plaisent énormément, elles suscitent le rêve bien plus pour moi
finalement que certains chef-d'oeuvres plus classiques !


Bonne journée Suzâme et encore merci pour tous ces partages !


 

Suzâme 04/05/2012 17:58



C'est là que j'aimerais avoir la "connaissance des arts" pour développer davantage... Peut-être que plus tard je m'inscrirai à des cours à l'université de Nanterre. Non pas que je sois
encore trop jeune! L'intérêt est là, reste la disponibilité. J'attendrai un peu. Bon week-end! Suzâme