Improvisation : La belle marchande de poésie

Publié le 17 Avril 2011

normal CAMPI-Vincenzo-The-Fruit-Seller

La marchande de fruits de Vincezo Campi

Peintre italien (1536-1591)

site : artmight.com

 

 

 

 

 

«Qui veut mes vers au kilo, au culot !

Ici, deux barquettes de haïkus !

 Là, quelques rondeaux rares !

J’ai tout ce qu’il vous faut :

Tenez une belle livre d’alexandrins nus.

Entre nous, il n’y a pas de hasard,

Tout est sur l’étal, pour vous, c’est du chaud

Parce que la Poésie, m’sieurs dames se mange

D’amour et se fiche des mélanges !»

 

Suzâme

(17/04/11)

 

 

 

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #instantanés poétiques

Repost 0
Commenter cet article

Catheau 19/04/2011 09:39



Un étal bien achalandé en mots. Une belle association avec le tableau.



Suzâme 24/04/2011 18:49



Bonjour,


Dire que c'est une vraie marchande de fruits et légumes, à la superbe chevelure rousse qui me l'a inspirée. En faisant mon marché du dimanche, la revoyant avec la même forte impression que peut
dégager à son insu, un être, pour quelqu'un d'autre, devient personnage, je l'ai imaginé, avec vivacité et enjouement, vendre des vers à poésie... Merci de votre lecture. Suzâme



Korielle 17/04/2011 21:56



Belle musique de mots...


La poésie... cettet une brise légère qui évente les pensées.


Bonne semaine Suzame


Amical bisou



Suzâme 24/04/2011 18:55



Bonjour Korielle,


Bien dit et digne d'un "textoésie". Je le recopie dans mon carnet de poche et de poésie. Bisous. Suzâme



valdy 17/04/2011 20:57



Délicieuse, la poésie toujours enrobe,


sans jamais nous alourdir. Belle ode , Suzâme.


Valdy


 



Nina Padilha 17/04/2011 18:23



Oh non !
La poésie est un mets délectable, délicieux qui se consomme doucement, qui se déguste, s'apprécie...
On laisse les mots fondre sur la langue et décanter leur saveur exquise !



Suzâme 17/04/2011 18:55



Ah ah voilà qui te révèle Lol! J'aime tout ce qui se mange avec impatience même les petits vers, les vers libres, rimés à l'huile d'olive. Rien ne me rassasie. J'ai toujours faim de poésie. Je
mange tout, les vers à tout faire, les vers à l'envers, les vers distingués... J'suis dingue. Mais il m'arrvie de ralentir ma cuiller et de souffler sur un poème tout brûlant. Je le garde un peu
et le regarde, le laissant longtemps sur le bout de ma langue, dans mon palais. Je peux te l'avouer. Parfois, je dormirai bien avec, sans rien dire naturellement. Voilà Lol! Suzâme



Elo 17/04/2011 18:18



C'est superbe... Je me vois bien faire une bonne ratatouille de poésie moi! ;) Bises