La maison aux chats

Publié le 28 Avril 2011

Ils semblent accueillir de façon distante. Tout d’abord, un premier, bicolore sur fond roux, niche sur la branche la plus basse du premier arbre de l’allée verdoyante et fleurie, bordée d'arbres pensifs, scrute le passant, questionne silencieusement l’invitée qui s’aventure à franchir le long chemin menant à sa maison que garde un saule resplendissant près d'un puits enlierré, couvert d’un voile aux transparences du temps.

 

Désir de s’imprégner des couleurs et parfums de tout ce qui entoure, envoûte ce vieux corps de ferme, comme on dit, situé juste à la sortie du village.

 

Désir de retrouver l’être qui m’attend à l’ombre de tous les vacarmes de la vie.

 

Tiens ! un second au regard vert me fixe du fond d’une brouette aussi vieille que nos ancêtres. Bien sûr qu’il est noir et qui le sait. Il m’évince, peut-être me déshabille… C’est quoi son pouvoir ? Avoir de l’ascendant, sans jamais rien dire, sur les silhouettes multiformes, visiteurs d'un instant,  qui arrivent chez lui.

 

Donner un contenu mystérieux à l’atmosphère tandis que je me dirige vers la porte principale rustique, grinçante mais réconfortante.

 

Désir de franchir le seuil enrosé de rouge de vie, de jaune soleil et blanc de vierge, fleurs ouvertes et généreuses, suspendues au gré du mur fissuré, fatigué, consentant.

 

Désir de m’approcher de l’être qui m'attend, qui m’entend du fond de son fauteuil avachi mais si complice de ses humeurs.

 

Tout est ouvert. Dans l’entrée, près d’un vase longiligne en grès bleu patiné, son bouquet de lavandes et brins de blé séchés… Quoi ? Un troisième rayé gris, tout petit, malicieux et joueur ! Je souris malgré l’aspect sinistre de ce couloir encombré de portraits photographiés, d’aquarelles jolies, de troubles miroirs dépareillés.

 

Les dalles sont usées des pas de toute une existence. Et j’avance en ralentissant mon cœur qui s’emballait juste avant dans le train de ma mémoire.

 

Non ! Un quatrième ! Certes je ne connais pas leurs noms et ne vis pas avec des chats. Mais j’ai l’impression d’être entrée dans un monde étrange où ces félins me toisent sans même me frôler. Ils ne me reconnaissent pas depuis le début de ma venue, dès l’orée de la maison de mon amie. Celui-là aussi a deux couleurs qui tranchent ; noir et blanc. Je l’aurais bien appelé Dé. C’est lui qui, perché sur un escabeau fleuri, sans même bouger, m’intimidant comme une enfant ; c’est lui qui m’indique qu’elle est là.

 

Sur ses genoux, le dernier, un chaton blanc comme son visage attendri.

 

Elle me donne, je lui prends ses mains d’amie de toutes mes vies.

 

Suzâme

(28/04/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0
Commenter cet article

Korielle 29/04/2011 15:48



Félins malins sortis des miroirs pour épater la visiteuse ...


Voilà une atmosphère bien décrite quant à moi...j'en ai un dans la gorge!


Amical bisou


 


 



Suzâme 08/05/2011 16:19



Bonjour Korielle,


J'écris rarement des descriptions mais les chats depuis quelques temps m'attirent. Et la plume danse une fiction qui me permet d'aborder au fond de ce petit récit quelque chose de plus important.
Merci de ta visite. Suzâme



Alice 29/04/2011 10:31



On accompagne grâce à tes mots l'entrée de la visiteuse et tous ses instants d'émotion dans cette maison vieillie, vivante avec les chats. J'aime bien le contraste entre le décor suranné et
l'accueil des chats, animal énigmatique quand on ne le connaît pas. Amitiés



Suzâme 07/05/2011 20:30



Bonsoir Alice,


J'ai eu le plaisir de m'attarder sur l'arrivée du personnage et de son accueil tout en attachant une importance cachée mais essentielle de la femme assise dans son fauteuil un chat sur les
genoux. Elle est aussi énigmatique que ses chats. Suzâme



Rose 28/04/2011 23:26



Les chats... un mystère et une élégance qui inspirent la poésie...


Un joli texte Suzâme! Merci


J'aime aussi beaucoup cette notion de "Porteuse de poésie", ça me plaît!


Ravie de découvrir ce beau jardin poétique.


A très bientôt.


Amicalement,


Rose



Suzâme 07/05/2011 19:07



La poésie explore par le moindre interstice toutes les ombres et lumières de la vie. J'en parlerais  des heures mais hésiterais aujourd'hui à me définir comme poète. Mes proches en ont une
idée plus précise. La plume ne fait pas tout. J'ai eu beaucoup de mal à retrouver mon regard poétique. La réalité lui dispute la place. Je pars bientôt mais vous visiterai à mon retour.
Cordialement. Suzâme



Tibicine 28/04/2011 23:11



Les amoureux fervents et les savants austères


Aiment également, dans leur mûre saison,


Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,


Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.


***


Amis de la science et de la volupté,


Ils cherchent le silence et l'horreur des ténèbres ;


L'Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,


S'ils pouvaient au servage incliner leur fierté.


***


Ils prennent en songeant les nobles attitudes


Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,


Qui semblent s'endormir dans un rêve sans fin ;


***


Leurs reins féconds sont pleins d'étincelles magiques,


Et des parcelles d'or, ainsi qu'un sable fin,


Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.


Charles Baudelaire LES CHATS Les fleurs du mal


@ bientôt. Tibicine



Suzâme 07/05/2011 19:03



Merci pour ce poème que je lis régulièrement. Le recueil "Les fleurs du mal" a un goût d'absolu qui me facine et m'ensorcelle encore...Suzâme



rosae68100.over-blog.com 28/04/2011 22:51



Le chat est un poème en soi, il est indépendant et fait dépendre les autres de son bon plaisir, il est beau, sans concession reste félin mais nous semble sans danger.  Très beau texte qui
resemble aux chats    amitié   dominique



Suzâme 07/05/2011 18:57



A partir de quelques observations, j'ai imaginé leur pouvoir dans un lieu familier. Merci de votre visite. Suzâme