Etranger dans la vie de Jean-Paul Villermé

Publié le 27 Avril 2011

Il ne me reste plus que les mots d’un quatrain

Pour combler le néant, satisfaire le grand vide

D’une existence pâle où l’horizon livide

S’éloigne sans retour pareil au dernier train.

 

Me voilà sur le quai, bras ballants sans bagage

Etranger sans patrie étonné d’être là

Après avoir connu, de Charybde en Sylla

L’acier des cœurs fermés, les ressacs du rivage.

 

Sur la route, bien seul, je chemine en enfer

Le carnet dans la poche, un crayon pour écrire

Le poème est un cri dans le noir du délire

Qui m’obsède et m’étreint comme un étau le fer.

 

La bouteille d’alcool, telle une cheminée,

Réchauffe mon vieux corps d’une douce chaleur

Dans le froid de la vie et l’amère douleur

Mais du verre mon rêve obscur part en fumée !

 

 

Jean-Paul Villermé

Auteur, poète et randonneur

Secrétaire Ass. Nanterre PoéVie

 

http://vjp49ecritures.e-monsite.com - http://randopoesies.over-blog.com/

http://nanterrepoevie.e-monsite.com (rubrique auteurs)

 

N.B. J'ai choisi ce poème récent d'un poète avec qui je partage des rendez-vous d'écriture, de lecture, parfois des randonnées littéraires. Il vit en poète, un carnet à la main. Vous pouvez découvrir ses textes sur les sites et blogs cités et il a également édité romans, nouvelles et poèmes. Nous projetons d'organiser sa carte blanche à Nanterre pour la saison prochaine.

 

 

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #découvertes d'auteurs et blogs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Korielle 28/04/2011 12:36



Du regard du poète sur le monde émerge un art d'écrire, j'aime découvrir ses traces en allant à sa rencontre... merci Suzäme


Amical bisou



Suzâme 07/05/2011 18:52



Bonjour Korielle,


Et ce poète, qu'il marche dans les villes ou dans les champs, observe et aime tout ce qu'il saisit de beau, de triste et parfois de désespéré... Il a une sensibilté qui le fait
traverser les murs et surprendre les oreilles les plus discrètes. Parfois, il réveille nos indifférences. Suzâme



Patrick LASNE 28/04/2011 11:10



Suzame, je te savais Femme de gout, tu le prouves encore avec ce superbe, sublime texte de Jean Paul.


On y ressent un par un les sentiments passer, on y ressent  un par un les poils se dresser le long de l'échine de la solitude, on y ressent une par une les longues seconde du temps, on y
boit avec lui une par une les amères et trompeuses gouttes de l'alcool qu'il évoque.


c'est vraiment beau.


Patrick



Suzâme 07/05/2011 18:48



Bonjour Patrick,


Heureuse et surprise par ta visite aussi exaltée pour le poème de Jean-Paul qui a récemment reçu le 1er prix de poésie classique de la ville d'Angers. J'espère aussi que tu prendras le temps de
découvrir mes vagabondages poétiques. A bientôt. Suzâme



timilo 28/04/2011 08:31



J'aime bien son écriture poétique


Douce journée


Amicalement


timilo



Suzâme 07/05/2011 18:46



Bonjour Timilo,


Il s'agit d'un poète avant tout dans l'écriture comme dans la vie mais il a publié dans d'autres genres, nouvelles, contes, romans. Il a vraiment le goût de la forme classique et sa plume s'en
porte bien. Des alexandrins lui poussent dans la tête, il n'a plus qu'à les coucher sur son carnet de randonneur. Merci de ta visite. Suzâme



Nina Padilha 27/04/2011 22:41



Une lecture qui m'attire...



Suzâme 07/05/2011 18:43



Ce poète que je connais bien a obtenu récemment le premier prix du concours de poésie classique d'Angers. Avec mon association, nous lui préparerons une carte blanche, soirée spéciale où quelques
lecteurs partageront à haute voix une trentaine de ses poèmes. C'est quelque chose qui me passionne de m'investir dans l'organisation d'une soirée autour d'un poète. L'année dernière c'était la
fête à Tibicine pour son 1er recueil "A fleur de femme". Cordialement. Suzâme