Pour Papier libre : Sujet "Contez-le nous" - Titre : Mon choeur

Publié le 29 Avril 2011

Mon choeur

 

Est-ce si loin dans ma mémoire entonnoir?

 

Les souvenirs s'écoulent doucement comme une source retrouvée, issue de l'enfance.

 

Aujourd'hui, en recevant dans l'âme ce morceau qui me transporte et instantanément me prend la main pour traverser le temps, je me perds dans tout ce qui me rappelle maman et sa famille immense.

 

Ce dimanche-là, dans la salle à manger irisée de bonheur, sont rassemblés quatre frères, quatre sœurs autour du cœur infatigable de leur mère, reformant la chorale de leur jeunesse que dirigeait leur père, il y a longtemps, en maître intransigeant de leurs répétitions et responsable du conservatoire municipal.

 

Ils sont tous là et pendant que l'un d'entre eux joue sereinement du piano tout en les suivant du regard, moi, petite fille discrète, timide, recroquevillée sous la vaste table en merisier, j'ai peut-être huit ans quand j'apprivoise pour la première fois ce chant magnifique porté par la profondeur de leur émotion partagée, par leurs voix graves, hautes et aériennes qui depuis m'exalte encore.

 

Maman à qui je confiais souvent cette souvenance me répétait inlassablement qu'ils chantaient «l'Ave Maria» de Gounod en hommage à leur père, juste après le retour de la messe qui lui était dédiée.

 

Le temps ne m'a pas volée mon enchantement. A chaque fois que j'écoute cet air nourri de paroles d'amour et de foi en latin, à travers toutes les interprétations possibles, je fonds de toute mon âme comme en croyance mais ne prie plus.

 

Six d'entre eux dont ma mère ne sont plus là.

 

Suzâme

(23/04/11)

 

Consigne de PAPIER LIBRE  :  "Vous avez sans doute dans votre vie un souvenir oublié qu'un parfum, un son, un goût a réveillé. Contez-le nous." jusqu'au 10 mai prochain mais après aussi.

à envoyer à : beaudroit_juliette@orange.fr

 

N.B.  A l'origine, l'Ave Maria est une improvisation de Charles Gounod en 1859, composition d'après le prélude de Bach.

 

Site Musicme : http://www.musicme.com/#/Barbara-Hendricks/albums/Ave-Maria-5425019971991.html

L'Ave Maria à l'origine, improvisation de Charles Gounod en 1859 composé d'après le prélude de Bach

 

 

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

askelia 30/04/2011 10:44



Emue... :)



Suzâme 08/05/2011 17:24



Au fur et à mesure que j'écris, je rentre dans la description et je sens en moi comme le pouvoir de traverser le temps...Suzâme



Libre necessite 30/04/2011 10:16



Merci de partager un souvenir simple, émouvant et intime. Amicalement Dan



Suzâme 08/05/2011 16:30



Bonjour Dan,


Comme quoi participer aux défis et propositions d'écriture mène à tout, même à l'intime. J'ai été heureuse de revenir sur un moment qui m'était tout aussi cher que lointain. Merci pour ta lecture
attentive et sensible. Suzâme



Nina Padilha 29/04/2011 22:24



J'aime beaucoup.
Ce souvenir est très touchant.



Suzâme 08/05/2011 16:28



Bonjour Nina,


Je n'aime pas trop écrire sur le chapitre des souvenirs parce que je crains de me transformer en violon ou violoncelle, d'écrire sur le mode vibrato...Cela fait mal aussi même lorsque c'est beau.
Cordialement. Suzâme



Pénéloop 29/04/2011 22:21



Petite fille discrète


Enfant des sables


Chorale en trottinette...


Loop



Suzâme 30/04/2011 18:41



C'est vrai que c'est un plongeon dans l'enfance. Ton instantané comme un arrêt sur image capte l'atmosphère entre rêves et souvenirs. Merci de ton passage. Suzâme



Elo 29/04/2011 21:05



Un souvenir touchant et des émotions bien présentes... Prier n'est pas une obligation, les êtres qui ne sont plus vivent encore dans nos coeur et sous une autre forme non corporelle et
matérielle. Je suis persuadée qu'ils continuent de nous apporter. Ne laisse jamais la nostalgie te gagner... Bises douces



Suzâme 08/05/2011 16:23



Bonjour Elo,


En répondant à cette proposition d'écriture, je suis tombée dans l'écrit intime. Je ne le regrette pas. Et si je n'ai pas de mélancolie lorsque je pense à "mes chers disparus", je goûte de temps
en temps à une saine nostalgie à défaut de croyance. Cordialement. Suzâme