Publié le 29 Juillet 2015

Que de poésie dans le troisième recueil de Catherine Thévenet « MAIS L’ANCOLIE… » !

Ses poèmes frôlent mon regard comme esquisses et pastels.

 

« …Et l’on attend l’instant qui ne reviendra

pas Où s’en ira le bleu couleur de la ria… »

 

Finement brodé, son langage, messager de la profondeur et de la beauté atteint à chaque mot mon cœur.

Couleurs, parfums nourrissent évocations d’êtres et de paysages sans jamais briser le miroir du passé.

Poèmes-reflets aux touchantes nuances ne voilent pas les vrais souvenirs qui parfois tourmentent l’âme insoumise mais aussi épousent avec une infinie douceur la nostalgie.

La musicalité des vers de Catherine Thévenet, auteure savante et inspirée, donne envie de les lire à haute voix, au bord de la mer et de partager son osmose avec « BLEUS DU SOIR » (p.24) ou encore les ressentir dans le silence des premières heures matinales.

Chaque page tournée partage un frisson de mélancolie, guide le lecteur réceptif dans les contrées intérieures de la poétesse en quête du vivant au-delà des temps.

Quelle belle traversée en poésie !

Je vous invite à commander son recueil au goût subtil chez Mon Petit Editeur. A bientôt.

 

(29/07/2015, 4 h du matin)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Repost 0

Publié le 22 Juillet 2015

La foi? Quelque chose d'étrange que la famille vous dépose ou non et la paroisse dans l'enfance, qui se nourrit quelquefois de messes, de prières, de pèlerinages, qui doute au commencement des questions, qui demeure, s'estompe ou disparaît. La foi? Quelque chose d'étrange...

(Commentaire à Isabelle Jasmin sur Facebook, le 21/07/2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0

Publié le 22 Mai 2015

A partir de maintenant
j'ai tout mon temps..
.

 

(22/05/2015)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Repost 0

Publié le 14 Mai 2015

Soudain elle te claque

Ô la brutale

Et toi tu craques

Dans ton dédale.

 

 

Puis elle te plaque

Ô la brutale

Et toi pauvre flaque

Tu pleures si mal.

 

 

Un goût d’absolu

Ô la brutale

Et toi tu te sens nue

Et ta vie pâle.

 

 

Soudain tu la ranges

Ô la brutale

Allonge l’Etrange

Dans ta triste malle.

 

 

(14/05/2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0

Publié le 12 Mai 2015

Les beaux êtres qui se donnent

​Au nom de l'Amitié, de l'Amour

​Pleurent longtemps la rupture du jour

​Mais face à l'éternité lui pardonnent.

​(09/05/2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 3 Mai 2015

Si les belles amitiés, les belles amours

S'enfouissent, finissent un jour

Dans nos jardins intérieurs

Jamais elles ne meurent.

(02/05/2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Petits monologues ordinaires

Repost 0

Publié le 28 Mars 2015

« - Surprise ! Je te pique là où ça fait mal et m’en nourris ma mignonne. En plus, tralala, je suis libre. Ah Ah ! » Se vante l’égoïste membre des Culicidae.

- Tu piques pour surprendre, laisser ta trace, simple rougeur ou souvenir qui démange. Mais après, tu dois te sentir bien seul. Que fuis-tu moustique ? » lui répond l’insolente victime.

(27/03/2015)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #petits dialogues ordinaires

Repost 0

Publié le 22 Mars 2015

A l'arbre blessé

A l’arbre blessé

La vie comme un obus

Blesse l’âme sans défense

L’arbre plein de confiance.

La vie comme un abus

Blesse l’âme et ses rêves

L’arbre dans sa sève.

(15/03/2015)

*-*-*

Comme un obus, en effet, fappé au coeur et toujours debout !

Un printemps de violence et de nature qui survit malgré tout justement, ici :
...Quand le printemps frappe au coeur Suzâ
me

Marine

http://emprises-de-brises.over-blog.com/#fromadmin

*-*-*

balafre de vie
sans pudeur l'arbre expose
sa cicatri
ce

ABC

http://jardin-des-mots.eklablog.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 21 Mars 2015

un nid de poésie

A la cime de l'amour

Juste un nid sublime

Où la nuit et le jour

S'aiment et sèment

En paix, l'être ultime.

(21/02/15)

*-*-*

En échos :

Sur des cimes sublimes

Vivre un amour ultime

Qui asphyxie

Jusqu'au

Vertige.

Catherine Thévenet

http://ex-libris.over-blog.com/

*-*-*-*

Conquérant, imperturbable

Le nid perché à la cime du peuplier

Montre le chemin de la confiance

Le vent ne l’effraie pas

Il est symbole d’amour et de vie.

http://emprises-de-brises.over-blog.com/#fromadmin

*-*-*-*

Entre ciel et terre

Deux enfants s'aimèrent

D'un élan infini.

Josette

http://lacachetteajosette.blogspot.fr/

Un nid tutoie les cieux

Dedans deux amoureux

Couvant aussi des yeux

Leurs œufs

Fruits de leurs amours

Fidèles ou pas....

Jill

http://jill-bill.eklablog.com/

*-*-*

Là-haut
Tout là-haut
A la cime de nous-même
Entre nos mains réunies
Le nid de notre amour
Sourires et aveux d'éternit
é.

Martine

http://martinemrichard.fr/blog/

*-*-*

Simple comme le verbe aimer
Aimer les mots
Jusqu'à les faire valser
Sur les rimes de l'a
mitié.

Rose

http://golondrina63auv.canalblog.com/

*-*-*

Bercé par le vent
tout en haut du Sorbier
Serait-ce un nid
où une boule de gui
Ne va-t-il pas tomber
...sur l
e sentier

M'amzelle Jeanne

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 10 Février 2015

Le dit du saule pleureur

Ne dis rien.
Les blessures donnent force.
Chagrin vivifie l'arbre.

 

(10/02/2015)
 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Petits monologues ordinaires

Repost 0