Publié le 14 Février 2012

Tu me disais Valentin

que l’amour est caresse

de ta main et tendresse

sur mon front et mes seins.

 

Je te disais Valentin

que l’amour est ivresse

d’un baiser et délicatesse

sur ton galbe masculin.

 

Nous nous disions Valentin

que l’amour est richesse

d’un mot et sagesse

de nos cœurs sans venin.

 

Suzâme

(14/02/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 10 Février 2012

Bonjour les ami(e),

 

Je viens d'avoir un télégramme d'une mouette:

 

Mouette.Stop.cherche.poète....

 

J'y cours... Nous partons à Dinan (22) dans l'après-midi juste pour un séjour de deux ou trois jours...

Ah la mer ! J'ai rendez-vous certes avec une mouette, ambassadrice des muses oubliées mais aussi avec deux âmes qui me gardent où que je sois.

Alors bien sûr, j'emporte mon maillot de sirène - on ne sait jamais -  et reviendrai avec quelques photos , peut-être quelques poèmes de Saint Malo et des environs.

 

Important : Je pourrais vous lire mais pas vous commenter...

Porteuse de quelques numéros de portable précieux, je vous écrirai un ou deux textoésies inspirés. A bientôt.

 

Suzâme

(10/02/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 9 Février 2012

 

Ô visage caché

quelle peine sous ton masque

n'ose crier?

Coeur niché

sans armure, sans casque

ose prier

au fond de ta nudité.

 

Suzâme

(9/02/12)

 

 



http://www.sirene.name/article-poetes-a-vos-plumes-que-vous-inspirent-cette-image-98780435.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 7 Février 2012

Tôt, très tôt, cit, cat, cit, cat, trop tôt pour Merlin qui se lève chaque jour à midi pour son rendez-vous avec l’alchimie.

Le voici se levant, ses jambes au ciel, marmonnant des injures incompréhensibles pour nous autres, du genre : «espèce de soupière à vipères ! en s’adressant à sa cafetière, la tête en bas, la barbe comme un tapis pour les souris, ses élèves.

Tôt, très tôt, cit, cat, cit, cat, trop tôt pour Merlin soudain désenchanté. Exceptionnellement, il se plaint à qui de droit: «Bon Dieu ! tu sais bien que j’aime pas vivre à l’envers ! » et à un autre tout aussi intime mais sans nom ! « Sapristi ! Remets-moi à l’endroit ! » pendant qu’il se dirigeait vers la fenêtre.

Il ne fut pas surpris de voir les arbres et les fleurs à l’envers, troncs et tiges à l’air libre !

Echange de confidences entre le sorcier et ses proches qui concluaient ainsi: cela ne fait pas de mal de vivre un instant autrement pour mieux approfondir les réalités cachées. Vivons à l’envers de temps en temps !

Et le soleil dans tout cela ! Tic, tac, tic, tac. Si ce n’est pas lui le temps, ses rayons pourtant allument la fenêtre de la vie. 

Suzâme

(7/02/12)

Défi communauté Casse-tête de la semaine

 

 

 

http://www.damemauve.com/article-a-l-envers-98640209.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 6 Février 2012

J’habite un paysage

dont le jardin est ventre aux trésors.

Frissonnent les arbres fruitiers,

s’exhibent maints légumes extraordinaires :

haricots désinvoltes, carottes à croquer, scaroles…

Murmurent les tendres girolles,

S’imposent d’insolents escargots

Et sur le mur blême, transpirent les vignes du bonheur.

 

J’habite un paysage.

Le même, du fond de mon enfance.

Face à la route grise, bruyante et sans fin,

Quatre vaches bienveillantes sont témoins.

Eh ! Cousine ! où es-tu ! tu veux bien encore jouer !

Et toi, maman, quand est-ce que tu reviens ?  

Suzâme

(23/11/10)  
Soirée Nanterre PoéVie dans le cadre du Printemps des poètes 2011

Papier libre : Le nouveau thème de Juliette

http://papierlibre.over-blog.net/article-nouveau-theme-de-juliette-98264658.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 4 Février 2012

L'étoile le savait. La mer le savait.

Les coquillages le savaient.


Fleur était inspiration et insouciance.

Elle n'était pas née du soleil
qui l'avait aimé, qu'elle aimerait toujours 
et rayonnait encore de ce premier amour.

 

Fleur ne serait que tendresse et poésie,

offerte au jour et à tous les secrets de l'existence.

 

Suzâme

(31/01/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2012


Une goutte de soleil

dans nos yeux

Et c'est la vie qui s'émerveille

de si peu

 

Suzâme

(17/01/12)



 

Et le soleil rit

de joie en regardant

les étincelles de lumière

pétiller !

 

Hauteclaire

(17/01/12)

http://hauteclaire.over-blog.com/
   
Le merveilleux a coulé
par terre
en sillons d'or
derrière toi.
Ne te retourne pas,
surtout pas.

Arthémisia
(18/01/12)
http://corpsetame.over-blog.com/

 

Une pincée de givre

La haie étincelante

Flamme ivre

Inattendue, haletante.

 

Plume

(18/01/12)

http://demauxenmots.over-blog.com/

 

Une goutte d'amitié

dans nos coeurs

Et s'efface la peur

Reste seulement

cette luminosité.

 

Olga

(18/01/12)

http://olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com/



Une étoile dans le ciel

Nous ouvre vers l'éternel,

Lumineuse

 

Elo

(24/01/12)

http://www.confidences-libellule.com/

 

Suivre l'étoile

Ame sans voile

Comme elle

Illuminer le ciel.

 

Suzâme

(24/01/12)

 

Un rayon de lumière

Quelques flocons qui dansent

La vie sourit.


ABC

http://detente-en-poesie.over-blog.com/

 

Je suis partie, un beau matin, le coeur nu et sans bagage, voulant emplir mon âme des reflets scintillants de la mer, des rires du soleil et des légendes de la lune ...

En chemin, après avoir pleuré avec le soleil et versé au petit jour de vraies larmes de rosée, m'être écartelé en deux avec la lune en un pâle quartier chagrin invoquant les étoiles, et fui avec la mer vers le ciel dans un décor embrasé comme si l'un et l'autre donnait un peu de leur sang chaque soir...j'ai compris que

je portais déjà en moi tous les mots du soleil de la lune de la mer

et toute la lumière des ans ! 


Sabine

(3/02/12)

http://www.chemin-je-t-aime.com/

 

Sur ton chemin une étoile

    vascillante mais brillante

Un sourire au bout de la nuit

    attend que tu le découvres

Demain le jour se lève...

 

Marine D 

(4/02/12)

http://dans-les-voiles.over-blog.com/

 

Dans le minuit glacé de février

Au retour de la fête et de la tiédeur

Trembler de givre et de neige crissante

Serrer des étoiles de glace sur le bitume

Et le reflet de la Lune à sa pleine rondeur ... 

Pivoine
(5/02/12)
http://quartzrose.canalblog.com/

 

 

 

N.B. Si les textoésies naissent d'échanges de textos poétiques, donc de nos portables, je vous incite cependant à m'envoyer vos échos, de commentaires en commentaires sur le thème de la lumière. Merci de ces merveilleux instants. Suzâme

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2012

La porte s’ouvrit brusquement. Deux matonnes s’imposèrent dans la cellule en compagnie d’une silhouette aux longs cheveux noirs, trop fine, si frêle, en disant à son hôte plus âgée :

-           «Eva, on te fait confiance ! Prends soin d’elle ! L’infirmière vient de lui administrer un sédatif pour calmer ses délires."

L’autre géôlière renchérit  avec malice :

-           Mais ne va pas trop loin !... Ah au fait, elle se prénomme Jade. Elle te racontera bien son crime demain ! »

Eva ne répliqua rien à ces deux ombres en costumes d’opérette représentant l’ordre et la paix dans les prisons du monde.

Jade tenait à peine sur ses guiboles d’adolescente trentenaire et gémissait et divaguait :

«J’ai tué. Je veux mourir…»

 répétant jusqu’au dernier murmure que le sommeil accueille :

«J’ai tué. Je veux mourir…»

«La pauvre fille», pensait Eva,  «il me la livre comme un colis de chair. Je ne sais rien d’elle sinon qu’elle semble meurtrie comme un Christ.»

Ce n’était pas la première fois qu’elle partageait même brièvement cette piaule à rat, ce terrier sans nom, ce puits, dernier lieu de l’indifférence.

Elle observa la nouvelle arrivée si fébrile, fiévreuse peut-être, pleine de larmes de toute une vie. Puis n’y tenant plus, l’aida à se déshabiller, à s’étendre sur ce lit, radeau des solitudes.

Lui parler pour la rassurer. C’est important la première nuit quand tout se referme sur vous, sur vos actes, sur votre passé si récent qu’il devient présent permanent.

Pauvre petite tellement couverte d’hématomes, d’écorchures, de morsures comme si elle revenait de l’enfer d’un viol.

Eva ne savait encore rien sur cette criminelle qui comme elle probablement pour d’autres raisons, s’était défendue contre la violence d’un homme ou plusieurs.

Fatal ce séjour en commun entre quatre murs récemment repeints couleur pistache à la mode du dehors ? Non,  simplement juste, se disait-elle dans un monologue sans répit, tout en se répétant :

«Elle a tué. J’ai tué…»

Impossible de dormir au-dessus de ce corps maltraité. Le silence envahissait la pièce insipide. Eva rejoignit sa codétenue, dépouillée de ses tissus superflus et contempla son joli corps sans défense, se fixant la promesse de ne pas l’offenser par ses fantasmes légitimes parce que leur première rencontre n’en était pas encore une.

Alors elle choisit de rêver à cette belle jeune femme, à ses formes fluettes de fée, secrètement ivre de l’entendre respirer. C’était son meilleur moment. S’approcher sans frôler sa poitrine aux tétons si petits. Résister à son sein gauche qui lui rappelait la fraîcheur d’un fruit à déguster de suite. Ecouter ce battement d’existence sourd et insistant. Laisser promener son regard, ici, là, partout. Dans les cachots de l’humanité, le corps n’est-il pas le dernier pays où voyage l’esprit ?

Peur d’être dérangée dans son extase. Elle seule assumait son attitude, ici et ailleurs. Elle regagna sa couche déserte.

Un bruit sec à la porte blindée l’avertit qu’elles étaient surveillées au rythme des rondes nocturnes des corbeaux tout aussi solitaires.

Eva revint au chevet de Jade. L’inquiétude ? Oui, mais elle ne se le cachait pas. Emergeait une couleur pure, l’attrait d’une nouvelle espérance à travers cette victime inconnue.

Elle était si près de son visage enlaidi par la souffrance, de ses lèvres encore pleines et déjà lasses. Non, elle ne ferait rien pour trahir cette beauté cachée par la souffrance et s’interdit l’envie d’embrasser même son front aussi vaste qu’un livre blanc.

Son regard caressait cette nymphe aux sanglots jusqu’à sa taille si prononcée, jusqu’à son ventre déjà blessé par la naissance, jusqu’à ses inévitables hanches osseuses, dures comme la vie des femmes repliées sur leur haine plus que sur leurs chagrins.

Etait-ce la tentation ? Eva savait qu’elle remontrait se coucher. Un peu de sommeil lui permettrait de tenir le lendemain, de mieux accueillir les premières clartés de cette fenêtre sans paysage.

Alors que Jade remuait dans ses tourmentes comme effrayée par ses fantômes, pour la veiller et seulement l’apaiser, Eva posa sa main chaude et tendre sur la sienne. Geste de vie, zeste d’amour.

 

Suzâme

(27/01/2012)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits d'Eros

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2012

Je me suis perdue parmi les arbres

jusqu'au jour où j'ai rencontré un hêtre...

 

Suzâme

(15/01/12)

 

 

ABC m'a laissé en commentaire ce très beau poème publié dans "Pêle-mêle" que je vous  invite à découvrir plus directement:

 

Un hêtre au creux de l'hiver

Un être sur notre terre

Un hêtre effeuillé

Un être dépossédé

Un hêtre aux rameaux fourchus

Un être aux mains tendues

Un hêtre vraiment nu

Un être su perdu

Cet hêtre ne sait pas

Qu'il refleurira

Cet être ne croit pas

Qu'il renaîtra

Si ce n'est toi

Si ce n'est moi

Qui leur dira

Que le printemps reviendra ?

 

ABC

http://detente-en-poesie.over-blog.com/

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #instantanés poétiques

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2012

 

Douleur s’immisce

Son et silence

Pensées du passé.

 

Douleur s’inscrit

Rides et larmes

Corps épuisé.

 

Douleur s’installe

Instant, éternité

Solitude est née.

 

Ô douleur !

A quand la douce heure ?

 

Suzâme

(22-23/01/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0