Publié le 5 Août 2012

 

«Ce matin-là,  je reçus une lettre d’un genre nouveau… » Enfin «reçus»… je la trouvai sur un banc près du quai comme si elle fut là,  pour moi seule.  Cette lettre, mon Dieu ! combien de fois relue, respirée, embrassée ? Plus jeune, je m’en serais tout simplement détournée ou encore j’aurais éclaté de rire au point de réveiller tout le dortoir de l'internat…  Je me souviens d’avoir eu peur à l’idée d’un signe ou d’un murmure. Il est vrai qu’on m’avait prévenu. Il suffirait d’un message et je ne pourrais pas refuser.

 

Et voilà, alors que je commençai ma vie d’adulte, traînant mes talons tordus sur l’asphalte, et dormant au hasard sous des abris propices avec quelques amis des bords de Seine, je me retrouvai comme illuminée,  cette lettre entre mes mains. J’appris par cœur chaque phrase qui m’interpellait comme si chaque mot m’invitait à une vie d’amour. En bas de la feuille,  je lisais et relisais cette fin magique  qui m’envoûtait : «amen», signée le Seigneur tout puissant pour les siècles des siècles…

 

Les yeux enfin fermés sur ma misère, je lui dirai moi aussi, «amen» pour une nouvelle vie pleine de lumière.

Mon pote complètement ivre lut le message et le mâcha bêtement puis exigea non sans furie, un acte qu’à ce jour, je ne regrettai pas «Retour à l’envoyeur». Heureusement, bien avant cette scène pitoyable, je répondis à mon Seigneur avec un zeste de rouge à lèvres.

Je ne regrettai jamais ma décision et souris encore de la réaction de Jo maintenant que je suis novice à plein temps au Monastère de la Visitation. Je file le parfait amour avec Jésus. Ah si vous saviez comme je bénis ce courrier alors que «je postai plus ce qui me parut une bouteille à la mer qu’une épître ».

 

Suzâme

(5/08/12)

 

N.B.1 Surtout excuser les fautes de conjugaison. L'introduction et la conclusion de ce texte étant au passé simple, j'ai eu beaucoup de difficulté à écrire ce témoignage. J'ignore qui est l'auteur de ces inducteurs.

N.B. 2 Lenaïg vient de m'apprendre que c'était Amélie Nothomb

 

 

Chez Lenaïg :http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-jeux-d-ete-lenaig-108521448.html

Proposition C : commencer par :

"Ce matin-là, je reçus une lettre d'un genre nouveau" ...

et finir par :

"Je postai plus ce qui me parut une bouteille à la mer qu'une épître". 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 3 Août 2012

Dans la boîte à musique de mon coeur, depuis longtemps j'ai cette chanson que j'avais envie de retrouver aujourd'hui. Nous l'écoutions lorsque nous étions encore à Paris, interprétée le plus souvent par Jean Ferrat que j'aime toujours autant. J'ai choisi de vous faire partager l'interprétation d'Isabelle Aubret parce que sa voix fut à l'origine de mon premier 45 tours. Je venais d'avoir 14 ans et  recevais pour cadeau d'anniversaire, un "mange-disque" de couleur rouge.

Ce texte plein de fraîcheur porté par leurs voix m'émeut encore jusqu'aux frissons. 

 

"...Et c'était comme si tout recommençait
La vie, l'espérance et la liberté
Avec le merveilleux
Le miraculeux
Voyage de l'amour...

 


par Isabelle Aubret

http://www.musicme.com/#/Isabelle-Aubret/albums/C%27est-Beau-La-Vie-0042283429529.html

http://boutique.ina.fr/divertissement/chansons/video/I05061305/isabelle-aubret-deux-enfants-au-soleil.fr.html

 

de et par Jean Ferrat

http://www.youtube.com/watch?v=jXhh2RYDTGw

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0

Publié le 1 Août 2012

Bonjour à toutes et tous,

Je me lève de si bon matin, presque fièvreuse de sommeil en pensant à tout mon travail d'hier pour vous réunir ic comme des oiseaux libres qui sont heureux de se retrouver.
Oui, les textoésies "hors-thèmes" sont des textes libres. Vous trouverez dans tous ces beaux liens, des instants poétiques, de la prose, des écrits ludiques, des poèmes d'auteurs proposés dans un esprit de partage et de cordialité.

 

-          Bonheur Floral d’Hélène Carle

http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/article-bonheur-floral-107627950-comments.html#anchorComment





Chez Lenaïg

-          Une mouche, à quoi ça sert ? de Lenaïg

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-une-mouche-a-quoi-a-sert-lenaig-107684439.html

 

-          Jouer au mikado avec les haricots

 

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-jouer-au-mikado-avec-les-haricots-lenaig-108492268.html

-          Petit être important, un hommage à ses chants

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-petit-etre-important-un-hommage-a-tes-chants-lenaig-108629005.html

-          Au labyrinthe Tof -  Souvenirs, souvenirs, merci Tof

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-petit-etre-important-un-hommage-a-tes-chants-lenaig-108629005.html

 

Quelques locataires chez Lenaïg :

DI

http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/article-bonheur-floral-107627950-comments.html#anchorComment

-          Le colophon de Di ! proposé par Lenaïg

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-le-colophon-de-di-107975566.html

-          Ainsi font, font, font  Di et cie des colophons

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-ainsi-font-font-font-di-et-cie-des-colophons-108063838.html

Om Salma

-          La canicule, jeu de sigles

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-la-canicule-om-salma-jeu-des-sigles-107994162.html

-          Conscience ou inconscience

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-conscience-ou-inconscience-texte-d-om-salma-41257614.html

 

Isobel

-          Rose Sélavy – Isobel

Découvrez la vidéo de Rebecca Dautremer

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-rose-selavy-isobel-108318206.html






-          Vie de Cosima

http://lepharedesmots.over-blog.com/article-vie-107712180.html


-          Juillet, un poème de Pâquerette

http://paquerette.over-blog.net/article-juillet-107744523.html


-          Flamme de Joëlle Colomar

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-flamme-107412778.html

-          Petits grains de sable

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-grains-de-sable-108288804-comments.html#anchorComment

 

Chez Plume

-          Tac au tac (4, 5 et 7) des beaux échanges sur le blog de Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-4-108159576.html

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-5-108426086.html

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-7-108607741.html

-          Vibrations de Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/article-vibrations-107754759.html


 

-          Les anneaux de Saturne de Jonas D.

http://www.jonas-doinint.com/article-les-anneaux-de-saturne-107771409.html

et  Dame danseuse

http://www.jonas-doinint.com/article-dame-danseuse-78379141-comments.html#anchorComment




 

de Jill- Bill

-          Lequel, de Jill-Bill

http://jill-bill.over-blog.com/article-lequel-107445272-comments.html#anchorComment

-          Un p’tit Louvre

http://jill-bill.over-blog.com/article-un-p-tit-louvre-107499253.html

-          Le drapeau du souvenir

http://jill-bill.over-blog.com/article-le-drapeau-du-souvenir-108064614.html

-          Amours clandestines

http://jill-bill.over-blog.com/article-amours-clandestines-107564360.html

-          Le peuple gnous

http://nounedeb.over-blog.com/article-chaleur-108491198.html




-          Si je pouvais, de Monik

http://www.justeuncoindecielbleu.com/article-si-je-pouvais-108287728-comments.html#anchorComment



Chez M'amzelle Jeanne

-          Le Montagnard exilé de François-René de Châteaubriand

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-fran-ois-rene-de-chateaubriand-107864267-comments.html#anchorComment

-          L’oreiller d’un enfant, une berceuse tirée d’un poème de Marcelline Desbordes-Valmore

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-l-oreiller-d-un-enfant-107932912-comments.html#anchorComment

-          Sensation d’Arthur Rimbaud

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-d-arthur-rimbaud-108337673.html

-          Green de Paul Verlaine

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-de-paul-verlaine-108352243.html

-          La bataille du bonheur avec un extrait de lettre de prison de Rosa Luxembourg

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-la-bataille-du-bonheur-108627061.html

La dimension de notre amour de M'amzelle Jeanne

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-la-dimension-de-notre-amour-108328979-comments.html#anchorComment



Sur le blog d' Emma

-          Question technique d'Emma

avec un lien sur une vidéo d’Isabelle Aubrey et sa chanson « Il n’y a plus d’abonnés au numéro que vous avez demandé »

http://eperluette.over-blog.com/article-question-technique-107861019.html

-          Les malheurs de sophie (jeu)

http://eperluette.over-blog.com/article-jeu-de-l-ete-participation-emma-108538046.html

http://eperluette.over-blog.com/article-le-jeu-de-l-ete-108234528.html

 


-          La fleur du Tulipier de Virginie de Marine D.

http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-la-fleur-du-tulipier-107756445.html




-          Degas et le nu

A travers de belles insertions de l’artiste, la poésie de Mansfield

http://www.mansfield.fr/article-degas-et-le-nu-108025508.html



-          Les feux de Bengale de Cathy

http://poeticathy.over-blog.com/article-les-feux-de-bengale-108113853.html



-          Couleurs d’été d’Alice

http://revesetecrituresdalice.over-blog.com/article-couleurs-de-l-ete-108122965.html

-          Couleurs d’été  2

http://revesetecrituresdalice.over-blog.com/article-couleurs-d-ete-2-108598079.html

 

 

 d'Isabelle G.A.

 

-          Une lettre pour toi 

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-une-lettre-pour-toi-108231846-comments.html#anchorComment

-          Aube d’été

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-aube-d-ete-108280455-comments.html#anchorComment

-          Avec le temps

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-avec-le-temps-108468756.html

-          Le champ des coquelicots

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-le-champ-de-coquelicots-108561818.html



 

-          Renaissance d’Anna

http://lafillequilisaittrop.over-blog.com/article-renaissance-108256747.html


 

-          Le voyageur de Dadette

http://dadette.over-blog.com/article-le-voyageur-108360833.html

 

-          Chaleur de Nounedeb

http://nounedeb.over-blog.com/article-chaleur-108491198.html

 

-          Les dialogues de l’Iris d’Hauteclaire avec une de mes improvisations

http://hauteclaire.over-blog.com/article-les-dialogues-de-l-iris-108517023.html

 

Je vous incite à publier en dehors des deux thèmes que je lance chaque moi sur vos téléphones portables ou par newsletter et publications. 

A l'origine, le textoésie est un texte court qui se partage dans l'instant....

Je vous souhaite un bel été et vous remercie de votre participation.

Cordialement.

Suzâme

(01/08/12)

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2012

champ-de-pissenlits.jpg

link

 

 

 

Balade suspendue

au jaune étendu.

 

Surprendre cette lumière

comme don de la vie

si résistante au bleu

changeant du ciel. Envie

de garder cette beauté première

la Terre, déesse des yeux.

 

Balade suspendue

au soleil nu.

 

Contempler ce champ d’or

comme ventre du jour

Ô vaste rêve, champ et corps

Bel astre de l’amour.

 

Suzâme

(29/07/12)


Pour papier libre : Juliette nous propose  d'écrire "une ode au pissenlit"

 http://papierlibre.over-blog.net/article-le-nouveau-theme-de-juliette-108462093.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2012

 

Je publie cette page bis qui reprend tous nos textoésies de la page initiale parce qu'elle est devenue complétement illisible pour des raisons que j'ignore. Je la garde pour tous nos échanges en commentaires mais je publierai les nouveaux textes sur celle-ci. Si je suis insatisfaite d'Overblog, je vous remercie à l'avance de votre compréhension.

 

 

Là-haut, combien de lueurs ?

En nous, rouge pépite,

Immense rêve qui palpite.

Parce qu'il existe notre coeur!

 

Suzâme

(12/07/12)



D'échos en lueurs,

pourquoi ne pas se rassembler ici :



Lumière qui brille

Tout là bas

Loin dans le regard du cœur.

Lumière qui scintille

éclat de cristal

et attire en vertige.

 

Hauteclaire

http://hauteclaire.over-blog.com/  



Etincelle de vie

Te voilà créée.

Petits battements 

palpitent...

en mon ventre.

 

Askélia

http://askelia.over-blog.com/  



Le rouge et le bleu de nos artères

La vie qui bat, de l'infime à l'infini
Merveilleux Univers
Pailletté d'or et de rêve pour que brille la nuit...


Jill-Bill
http://jill-bill.over-blog.com/ 



Éclatement de la nuit

en multiples confettis,

c'est une fête qui grandit,

mais on ne la voit pas d'ici.

 

Hélène*
http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/ 



Ce magma incessant 

Nous rappelle et nous traine
Vers le bleu originel
Quand
Essence et matière
Brassaient ensemble
Dans le flanc creux
Des dieux.

Jonas D.

      http://www.jonas-doinint.com/ 




Dans l'infini philosophal

Dans le profond immémorial

J'ouïrai la musique des sphères

Je danserai sur la lumière


Catheau
http://ex-libris.over-blog.com/article-textoesie-de-juillet-en-echo-a-suzame-108281591.html 



Tant de mots dans le silence de l'éternité
et la parole fut donnée

Hélène* 

http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/ 





Plongée fascinante à la source des couleurs

Dédales mystérieux d'une chasse aux trésors

Ici, tendresse des verts captive le regard

Là, jaune soleil d'or couronne l'émerveillement

Comme cascade d'étoiles sur les ailes de l'oiseau bleu.

 

Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/ 



Moisson d'or,

jaune fusion,

moison d'amour:

qui palpite,

au gré intemporel de l'âme.

 

Fauvette

http://olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com/  

 



 

 

Cheminant, clopinant

Mes pensées ont perdu la piste

Clopinant, cheminant

Elles ont égaré mes rêves

Devisant, hésitant

J'ai choisi de me poser

Admirant, paressant

Ici je suis restée...

Marine 

http://emprises-de-brises.over-blog.com/

 

 


Carré blanc écran libre de mots

 

je peux te couvrir

carré ivre écran blanc

un appel à écrire ?


Françoise 

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/ 



Les chimères s’élèvent dans la rosée futile

Et les souvenirs vont comme une aile gracile
Dans les cieux fabuleux où meurent les étoiles
Où l’âme abandonnée poursuivra son dessein.


Isabelle Gimbert-Aumage

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/ 



un boson, une explosion,

la vie, le monde l'univers
et un cœur,

 


un cœur qui bat avec ardeur
Solitaire et solidaire
À la source de l'univers ! 

ABC
http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-source-de-vie-108448215-comments.html#anchorComment



 

du textoésie au poème




 

Quand mon rêve s'étiole

Comme fleur en fin de vie

Quand ton sourire s'efface

La petite rivière chante du côté

De mon souvenir

Du côté de l'enfance

Là où

Dame tortue promenait sa maison

Dans le verger aux poiriers en espaliers

Bordé d'un vieux lavoir

 

Quand l'envie de continuer

Se fait absence

Se fait refus

Se fait à quoi bon...

 

Ma petite rivière chante

En poésie...

 

Marine D


http://dans-les-voiles.over-blog.com/   




Lire et voir "Chimères" de Mansfield

http://www.mansfield.fr/article-chimeres-108378405.html

 

 

 

Un extrait de «Grands, petits, vastes secrets» de Lenaïg

 

On lève les yeux 

pour observer les étoiles. 

On les a baissés 

pour voir ce qui est caché. 

Petits, grands, vastes secrets. 

 

Une galaxie 

qui ressemble à un atome 

vient d'être trouvée ! 

Microscopes, télescopes, 

pour découvrir et rêver ! 

 

Lenaïg

10 novembre 2010

 

 

 Je vous invite à lire le poème en entier dans le contexte plus vaste de sa publication :

 http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-grands-petits-vastes-secrets-lenaig-60716618-comments.html#anchorComment

 

L'infime


Au seuil du regard

l'univers invisible

vibrations à peine audibles

lueurs fugitives

un souffle tout juste perceptible

un souffle,

le Souffle

de Vie.

 

Anne Le Sonneur

http://www.anne-lesonneur.com/

 

 

 

Je regarde la nuit, débordante d'étoiles.

 Univers infini où se cache la vie.

Et je lance un appel aux amis de la toile :
Connaître des "voisins", en avez-vous envie ?



Nina Padhila

http://www.leschaisesdenina.com/



A chaque clou d'étoile

J'ai suspendu le fil d'un rêve
Araignée j'avance en dansant
Tissant ma toile avec les mots qui passent

 

Carole Chollet Buisson

http://carole.chollet.over-blog.com/

 

Renaître d'Adamante 

avec une image de la NASA

http://www.adamante-images-et-reves.com/article-renaitre-108383596.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 31 Juillet 2012


Un dé d'insouciance
un peu, beaucoup d'impatience
et surtout aucune résistance
à chanter seul ou en choeur
à ouvrir ses bras
Un dé de conscience...
 
(22/05/12)


   
Un dé de bonheur
 
en regardant l’eau qui scintille.
 
Un doigt de joie ou de rire
 
au gré des clins d’œil du soleil
 
entre les nuages complices
 
et c’est la vie qui pétille.
 
 
 
 
 
 
Au cœur de la plaine
 
éloignée de la haine
 
chantent les piafs en chœur
 
absence de rancœur.
 
 
 
Bernie
 
 
 
Espoir éphémère
 
Quand la beauté
 
Fugace, sait se taire
 
J’ai envie de hurler
 
Telle la louve à la lune souriante.
 
 
 
 
 
 
 
 
Chanter,
 
En mettant tout son cœur
 
Dans le chœur,
 
Et la pleine conscience
 
Dissout les résistances.
 
 
 
 
 
 
Chanter c'est prier deux fois.
 
 
 
 
"Quel bonheur
 
De retrouver aux vacances venues
 
Les amis d'à côté
 
Que nous avions perdus.
 
Pour faire des farandoles
 
Dans des prés fleuris
 
Et s'accrocher aux nuages
 
Pour vivre une féerie..."
 
 
 
Evajoe
 
 
OUVRIR SES BRAS COMME DES AILES ...
 
 
 
 
 
Chanter comme on va,
 
Chanter comme on court,
 
Chanter comme on danse.
 
Et retrouver le pas,
 
Et retrouver le souffle,
 
Et retrouver la voie
 
A l'unisson des voix.
 
 
 
 
 
 
gâteau de pixels
 
carreaux d'éternel
 
s'époumoner de mots
 
découper des morceaux
 
partager le vent
 
sur étang de fils blancs
 
coucher le vécu
 
sur soleil en écus
 
 
 
 
 
 
Un regard, un baiser, une étreinte
 
Intimitié, lumière éteinte
 
Matrice féconde
 
S'arrondit comme le monde
 
Premier berceau, premiers émois
 
Demain l'enfant sera là...
 
 
 
 
 
 
Une bulle poétique cherche une suite à ses soupirs...
 
 
 
 
Toujours partir
 
Gambader en nous
 
En enfant sauvage
 
En sculpteur fou
 
Qui pétrit de son coeur
 
Chaque frisson
 
Chaque lueur
 
Jusqu'à entendre frémir
 
La forêt des rires
 
Et voir scintiller tout autour
 
Le chemin de l'amour ...
 
Alors revenir
 
Se poser en nous
 
Et embrasser de nos mots
 
En sage épris
 
En primate doux
 
Le visage de la vie !
 
 
 
(Sabine)
 
 
Le visage de la vie rempli d'amour m'offre la douce sérénité et m'apprend la sagesse des jours de paix quand la douleur me blesse.
 
 
 
 
  Te revoir sur la colline

    A l'éclat d'opaline

    Rencontre sublime

    Pour une étreinte ultime....


Esclarmonde

    ce qui n'est pas arrivé,

    car ce pouvait être pire,

    à en perdre le sourire.
 
 
 
 
Les bras grand ouverts

    le coeur sans attente

    il donne tout

    ce que la vie lui offre
 

    Il est complice

    d'un Maître du chant

    qui lui apprend

    la danse du vent !

    Fab
Tel un oiseau rêvé,
jour après jour.
Tendre douceur,
Liée au fil du temps.
 
Fauvette
 
 
 
Ricochets sur l'eau plate
Echo profond dans la montagne
Reflets sans fin multipliés
Chant  pur des mots.
 
Catheau
 

    J'ai perdu mon Ariane
 

    Au fil de fer

    J'ai retrouvé ma fusée
 

    Au fil de l'eau

    Je me suis laissée dériver...
 

    Loop
http://aloreedespeutetre.over-blog.com/


Déambuler dans Paris,
 

    du soleil plein les mirettes et des projets fous en tête

    sentir son corps danser dans l'avenue,

    rayonner de joie, éprouver le désir de vivre,

    cette belle fleur ivre qui nous donne des ailes et nous foudroie.
Anélias.B
http://anelias.e-monsite.com/


Le plein merci

tête dans les mots,
au coeur un graffiti:
¨ Devenir Plein Merci¨.
Je flotte dans les airs,
mais je reste ici
sur chemin de grammaire.


Hélène Carle
http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/article-le-plein-merci-106222735.html
   



Vendredi premier juin fête des voisins

Une part de quiche, un verre de vin,

Une douce brise, un rire au loin

Et l’on se bise, et l’on s’étreint

Et oui ça grise, ces petits riens.

Mansfield
http://www.mansfield.fr/       


Breuvage... Humus... que cachent les mots de Voilier

http://blog-heures.over-blog.com/article-bonheur-a-dire-106310873.html


Une main tendue


    Une porte ouverte


    Un soupçon d'audace


    Pour franchir le cap


    Rompre le virtuel


    Et oser la rencontre.


    Surprise de nos voix


    Eclat de nos rires


    Nous voici face à face


    Le coeur à fleur de mots


    Pour ce bonheur partagé .


    Oui, tout était possible !

 


    Mais ... de qui s'agit-il ?


    Avez-vous deviné ?

Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/

        


Pour le plaisir du matin
Lune radieuse sur la colline
Un pic épeiche perché
Arrêt sur image
Un don de l'aube

Marine D
http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-pour-le-plaisir-106236654.html


le bonheur si petit soit-il

 il faut savoir le saisir,

tout passe si vite

et en profiter pleinement.

le bonheur est peut être tout simplement

de recevoir un joli sourire.

Flipperine
http://flipperine.over-blog.fr/




Le brin d'herbe à l'aube s'étire

    et devant la pâquerette s'émerveille
    tout ce qui vit s'abandonne en simple
    dans l'indicible érection de la joie.

Carmen
http://parmotsetparcouleurs.over-blog.com/

Quelques notes du Dieu Pan,

    Pour réunir nos coeurs, 
    Elargire dans les consciences, ses flancs,
    Ecoutons, rejoignons les voix de ce choeur,
    A l'âme de l'humanité,
    Une portée de bonheur et de fraternité.

Covix
http://www.covix-lyon.net/article-textoesie-106636830-comments.html#anchorComment

        Un rayon de soleil,

un sourire malicieux,

un regard farceur,

une goutte de bonheur,

le tout

emballé dans un tout petit nuage blanc

voguant au-dessus de l'océan

ABC

  http://detente-en-poesie.over-blog.com/      


 

Bonheur à dire ...


    Jamais je ne dirai ce Bonheur-là,


    Car il est à moi et je ne partage pas.


    J'ai pris mon temps : un an ou une après-midi,


    De quoi lui donner vie.


    Il est fragile et bleu, je le sais ;


    Et même si vous m'en voulez,


    Jamais je ne dirai ce Bonheur-là.

 

Francine

http://unsoirbleu.over-blog.com/

 

Lire "Une journée folle de joie " d'Hélene Carle

http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/article-une-journee-folle-de-joie-108004203.html       

      et "Parce qu'on est bien"

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2012

 

 

 

images--1-.jpg

 Musée d'Orsay à Paris

du 12/06 au 9/09/2012

Née à Saint-Pétersbourg, le 30 mars 1872, Marie – Sophie – Olga – Zénaïde Godebska alias

Décédée le 15 octobre 1950, rue de Rivoli, à Paris

Misia

Quelques liens au choix pour compléter mon billet :

http://www.musee-orsay.fr/index.php?id=649&tx_ttnews%5Btt_news%5D=32546&no_cache=1

http://fr.wikipedia.org/wiki/Misia_Sert

http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=21976

http://notrebvc.blogspot.fr/2012/07/misia-reine-de-paris-12-juillet-2012.html

 

 

J’avais proposé à mon amie Tibicine, auteure d’un premier recueil de poèmes «A fleur de femme» link, cette exposition suite à un article dans Télérama :

http://sortir.telerama.fr/evenements/expos/misia-reine-de-paris,74851.php

parce qu’il était question d’une «muse». N’était-ce pas un argument convaincant pour une tentation, au moins une question et trois hypothèses ?

Qu’est-ce qu’une muse ?

Un modèle ? Une séductrice ? Une inspiratrice?

 

Avant d’aller en quête de cette femme mystérieuse à nos yeux, nous savions qu’elle avait inspiré de futurs grands peintres après s’en être liée d’amitié tel Pierre Bonnard

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bonnard

 et ce, grâce à l’entourage de son premier époux, cousin par alliance, Thadée Natanson (mariage en 1893 à Ixelles, Belgique) qui créa «La revue blanche ». (1891)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15536r.image

 

La belle pianiste qui a pour passion et refuge la grande musique, fervente de Beethoven, Schubert et Chopin, approche d’autres compositeurs dans son salon de la Rue Saint-Florentin à Paris. Pleine d’élans pour ceux du début du siècle; Debussy et Maurice Ravel qui lui dédie en 1906 «Le cygne»

http://www.youtube.com/watch?v=5WTTaylu514

d’après « Histoires naturelles » de Jules Renard puis le poème symphonique «La valse». http://www.youtube.com/watch?v=NRmavWyVLWw


A cette époque la musique innove comme si elle sortait du solfège, des partitions avec un tournant majeur au commencement du 20è siècle, impulsé par

Erik Satie : http://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_Satie,

Georges Auric :  http://www.musicologie.org/Biographies/auric_georges.html

Igor Stravinsky : http://sites.radiofrance.fr/francemusique/pedagogie/biographies/igor-stravinsky.php

 et Francis Poulenc : http://www.musiclassics.fr/compositeurs-musique-classique/poulenc-francis.html

 

C’est dans leurs maisons à Valvins (Seine-et-Marne) et Villeneuve-sur-Yonne, annexes du siège de la revue, que jaillit l’effervescence culturelle entre peintres, compositeurs et poètes.

En 1874, Stéphane Mallarmé loue un 2 pièces à Valvins. Naîtra une amitié jusqu’à sa mort en 1898.

http://www.litteratur.fr/?p=26


Mais revenons sur Misia. Nous apprenons qu’elle renonce dès le début à sa carrière de pianiste alors qu’elle est née dans une famille de musiciens et a poursuivi une formation sous la direction de Gabriel Fauré.

En 1900, elle rencontre un certain Alfred Edwards, riche homme d’affaires, notamment propriétaire de journaux.

Peu de temps après, elle divorce de Natanson puis se marie à nouveau en en 1905 avec cet autre être cher qui lui donnera toute liberté d’organiser sa vie, une indépendance semée d’aventures et de liaisons.

Une vie turbulente, intense qui sépare le couple après une union de six ans. Que leur est-il arrivé? Alfred Edward tombe amoureux  d’une actrice demi-mondaine tandis que notre muse fond sous le charme d’un certain José-Maria Sert, peintre d’origine catalane qui la présente dans des milieux d’avant-garde.

http://www.petitpalais.paris.fr/fr/expositions/jose-maria-sert-le-titan-a-loeuvre-1874-1945

 

 

Et la vie de cette muse, pianiste à l’origine, modèle d’atelier et progressivement mécène suivant ses rentes issues de ses deux divorces, s’ouvre sur toute la gente intellectuelle et artistique parisienne. Elle ouvre chez elle un salon, l'anime. Tous se précipitent parce que Misia a le don d’inspirer, de stimuler ces auteurs en manque de confiance ou vivant dans l’insécurité économique. Elle commande des œuvres, des portraits d’elle à Pierre Bonnard, Auguste Renoir, Edouard Vuillard et d’autres. Un certain Toulouse-Lautrec, un habitué de leurs rencontres mondaines, la peint mais troublé, peut-être amoureux, cultive un rêve fou : celui que Misia pose pour lui, enfin nue. Ce qu’elle refuse toujours alors qu’elle accepte de se dévêtir pour la palette de Bonnard.

http://www.lalibre.be/culture/arts-visuels/article/751616/misia-reine-de-paris-muse-des-plus-grands.html

 

 

Sa vie est pleine d’intrigues. Ses invités se découvrent, s’aiment et parfois se détestent tant l’adversité des auteurs est défi ou jeu, sans compter les relations intemporelles entre la muse admirée, femme avant tout et cette poignée de génies ivres d’alcools, de drogues et  de sensualité.

En 1917, Misia rencontre Gabrielle Chanel qui devient sa meilleure amie jusqu'à la fin de sa vie.

En 1920, elle se marie à l’église avec José Maria Sert qui tombe peu de temps après amoureux de la sculptrice appelée Roussy .
 

C’est une des périodes les plus difficiles de toute sa vie.


En sortant du Musée d’Orsay, Tibicine et moi, nous nous demandions  si cette Muse avait été amoureuse, si elle avait aimé.

A une terrasse de café, mon amie avait repéré un couple qui revenait de la même exposition, elle n'hésita pas à les questionner sur l’intérêt de cette «Reine de Paris» en exprimant elle-même quelque réserve sur le profil de muse de Misia après que nous en ayons parlé pendant la visite. Voici ma transposition de l'échange. Tandis que la femme s’interrogeait et confirmait les contradictions, la dualité de cette figure du Tout-Paris, l’homme sut conclure en argumentant que malgré ses manigances, ses turpitudes, elle aura fait rayonner les arts autour d’elle et qu’un salon comme le sien,  aura eu le mérite de révèler les artistes, d'engendrer et de motiver leurs inspirations ainsi que leur ambition. Un salon comme celui de Misa manque au plus au point aujourd’hui.

Nous nous sommes regardées avec un sourire complice, acceptant finalement que le parcours de Misia fut porteur de toute une génération d’artistes, peintres, compositeurs et poètes comme Jean Cocteau (Elle l’accompagna pendant la guerre de 1914 dans l’organisation des convois de secours des blessés).

Oui, Misia, muse et mécène, une femme libre, une personnalité influente, au charme, à l’intelligence, à la sensibilité inoubliables. Il suffit de regarder, de s’arrêter sur les peintures qu’elle a inspirées pour être à notre tour conquis par son ascendant.

Avant de vous quitter, je vous invite à lire la dernière publication de mon amie Tibicine, il s'agit de son poème "Amie" link

 

Cordialement.

Suzâme

(29/07/12)

 

N.B. Je n'ai pas inséré d'autres photos ne connaissant pas les droits de reproduction liés aux oeuvres.

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Billets (Livres, cinéma, Théâtre, expo etc...)

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2012

Je suis de toutes les saisons

secret sacré d’une fleur.

 

Rien de totalement inconnu

dans l’être dont le corps est maison.

 

Je suis de toutes les saisons

poussière d’arbre, semence d’ailleurs.

 

Rien de totalement imprévu

un être dans l’âme, présence ou illusion.

 

Je suis de toutes les saisons.

 

Suzâme

(27/07/12)

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2012

univers-521165.jpg

 

      Là-haut, combien de lueurs ?

En nous, rouge pépite,

Immense rêve qui palpite.

Parce qu'il existe notre coeur!

 

Suzâme

(12/07/12)



D'échos en lueurs,

pourquoi ne pas se rassembler ici :



Lumière qui brille

Tout là bas

Loin dans le regard du cœur.

Lumière qui scintille

éclat de cristal

et attire en vertige.

 

Hauteclaire

http://hauteclaire.over-blog.com/  



Etincelle de vie

Te voilà créée.

Petits battements 

palpitent...

en mon ventre.

 

Askélia

http://askelia.over-blog.com/  



Le rouge et le bleu de nos artères

La vie qui bat, de l'infime à l'infini
Merveilleux Univers
Pailletté d'or et de rêve pour que brille la nuit...


Jill-Bill
 
http://jill-bill.over-blog.com/ 


 

Éclatement de la nuit

en multiples confettis,

c'est une fête qui grandit,

mais on ne la voit pas d'ici.

 

Hélène*
http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/ 



Ce magma incessant 
Nous rappelle et nous traine
Vers le bleu originel
Quand
Essence et matière
Brassaient ensemble
Dans le flanc creux
Des dieux.

Jonas D.
 

      http://www.jonas-doinint.com/ 




Dans l'infini philosophal

Dans le profond immémorial

J'ouïrai la musique des sphères

Je danserai sur la lumière


Catheau
 http://ex-libris.over-blog.com/article-textoesie-de-juillet-en-echo-a-suzame-108281591.html 



 

Tant de mots dans le silence de l'éternité
et la parole fut donnée

Hélène* 

http://lebancdurienfaire2.over-blog.com/ 




Plongée fascinante à la source des couleurs

Dédales mystérieux d'une chasse aux trésors

Ici, tendresse des verts captive le regard

Là, jaune soleil d'or couronne l'émerveillement

Comme cascade d'étoiles sur les ailes de l'oiseau bleu.

 

Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/ 



Moisson d'or,

jaune fusion,

moison d'amour:

qui palpite,

au gré intemporel de l'âme.

 

Fauvette

http://olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com/  

 


 

 

Cheminant, clopinant

Mes pensées ont perdu la piste

Clopinant, cheminant

Elles ont égaré mes rêves

Devisant, hésitant

J'ai choisi de me poser

Admirant, paressant

Ici je suis restée...

Marine
 

http://emprises-de-brises.over-blog.com/

 

 


Carré blanc écran libre de mots

 

je peux te couvrir

carré ivre écran blanc

un appel à écrire ?


Françoise 

http://leblogdelavieillemarmotte.over-blog.com/ 



Les chimères s’élèvent dans la rosée futile
Et les souvenirs vont comme une aile gracile
Dans les cieux fabuleux où meurent les étoiles
Où l’âme abandonnée poursuivra son dessein.


Isabelle Gimbert-Aumage

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/ 



un boson, une explosion,

la vie, le monde l'univers
et un cœur,

 


un cœur qui bat avec ardeur
Solitaire et solidaire
À la source de l'univers ! 

ABC
http://detente-en-poesie.over-blog.com/article-source-de-vie-108448215-comments.html#anchorComment


 

Du textoésie au poème


 

Quand mon rêve s'étiole

Comme fleur en fin de vie

Quand ton sourire s'efface

La petite rivière chante du côté

De mon souvenir

Du côté de l'enfance

Là où

Dame tortue promenait sa maison

Dans le verger aux poiriers en espaliers

Bordé d'un vieux lavoir

 

Quand l'envie de continuer

Se fait absence

Se fait refus

Se fait à quoi bon...

 

Ma petite rivière chante

En poésie...

 

Marine D

http://dans-les-voiles.over-blog.com/   




Lire et voir "Chimères" de Mansfield

http://www.mansfield.fr/article-chimeres-108378405.html

 

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2012

« - Je l’avais vu…

-          Nous l’avions vu… »


Cet homme parmi tant d’autres se cachait sous un costume ou plusieurs, bien coupé, strict et élégant. Qui aurait dit qu'il étouffait au point que sa cravate du matin au soir depuis plus vingt ans, dans son labyrinthe existentiel, le lynchait?


Est-ce excessif de le montrer conforme à ses confrères, très diplômé, brillant, «bien sous tous rapports» comme il souhaitait l’être ?

Il était cadre comme beaucoup dans cette cité hautement administrative surnommée Night-Day.

D’apparence svelte, son visage presque hautain, donnait l’impression qu’il regardait au-dessus de vous. Il ne s’accordait  jamais un instant pour croiser, remarquer un de ses semblables même si c’était une femme. Pourtant, il y en avait; responsables et assistantes tout simplement belles ou d’autres plus séductrices dans leurs relations de service.


Non, lui passait les portes et quand il le pouvait, choisissait de rester dans son fief au 36ème étage, ces verres de contact ouverts sur trois écrans chiffrés éclairés de néons inépuisables.

Un soir, son front perla d’une sueur indécise, puis soudainement si importante qu’il la jugea inacceptable. Il éternua, toussa jusqu’à l’irritation, cherchant désespérément un peu d’eau dans son tiroir refermé sur ses habitudes. Son costume le collait, ses pieds ramollissaient sous son bureau, un espace tout aussi «impeccable» pour reprendre l’expression de la femme de ménage. 

Eut-il la tentation ? Non. Eut-il l’intention d’appeler ? D’ailleurs qui, à précisément, 21h07 ?

Sans miroir, il n’a jamais su que son masque avait viré du rouge au blême, que ses yeux s’étaient définitivement fixés sur cette seconde porte plus discrète, à la veilleuse permanente «EXIT»…

 

Suzâme

(23/07/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0