Publié le 4 Septembre 2012

 

Si haut…

 

Croissant de lune

Douce acolyte

des solitudes

 

« Au clair… »

pour l’enfance

dans ses berceuses

 

Libre

au-dessus d’un feu

Sage veilleuse

 

Si haut…

 

Et près

de l’être vif

de ses tristesses

et de ses morts

Eternelle silencieuse.

 

Suzâme

(3/09/12)

 

 

Sur une proposition de juliette de la communauté Papier Libre :

http://papierlibre.over-blog.net/article-le-nouveau-theme-de-juliette-109539911.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 2 Septembre 2012

Bonjour à toutes et tous,

L'été n'a pas séché nos plumes que nous n'avons pas rangées non plus pour certain(e)s. 
Toute votre poésie du mois d'août, flirtant avec la confidence mais aussi avec la nouvelle, celle que vous avez confiée à notre jeune communauté, se retrouve ici. D'une grande sensibilié, elle suscite beaucoup d'émotions, de l'enjouement à l'impuissance, de l'enthousiasme contagieux à la nostalgie la plus intime et bien d'autres réactions aux actualités du monde et de l'univers.
Je vous invite à vous découvrir, à vous visiter, à vous suivre mutuellement...

Merci de faire confiance.

Bientôt un nouveau textoésie...
Suzâme
(le 2/09/12)



La nuit de Cosima

http://lepharedesmots.over-blog.com/article-la-nuit-109111826.html

 

 

Le couloir d’Hélène Genêt

http://helenegenet.over-blog.com/article-le-couloir-108743015.html


Jill-Bill :

C’est clair

http://jill-bill.over-blog.com/article-c-est-clair-107701428.html

Glamour

http://jill-bill.over-blog.com/article-glamour-107714519.html

Idées noires

http://jill-bill.over-blog.com/article-idees-noires-104989900.html

Jour de fermeture

http://jill-bill.over-blog.com/article-jour-de-fermeture-107786260-comments.html#anchorComment

Chapristi

http://jill-bill.over-blog.com/article-chapristi-109328023-comments.html#anchorComment

Atr’os

http://jill-bill.over-blog.com/article-atr-ros-104787481.html

 

Joëlle Colomar :

Le trio du bonheur

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-trio-du-bonheur-108718746.html

Echoué

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-echoue-108505082-comments.html#anchorComment

Sérénité

http://joelle.colomar.over-blog.com/article-serenite-109193129-comments.html#anchorComment

 

Isabelle Gimbert-Aumage

Volubilis

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-volubilis-108871286-comments.html#anchorComment

Le soir

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-le-soir-108929969-comments.html#anchorComment

Le chant des fleurs fanées

 

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-le-chant-des-fleurs-fanees-109045991-comments.html#anchorComment

A ma forêt amie

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-a-ma-foret-amie-109221667-comments.html#anchorComment

L’enfant d’ailleurs

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-l-enfant-d-ailleurs-109313776-comments.html#anchorComment

Ondée d’été

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-ondee-d-ete-109495382-comments.html#anchorComment

Les chevaux du carrousel

http://l-encre-des-saisons.over-blog.com/article-les-chevaux-du-carrousel-109601405.html

 

PLUME

Tac au tac (8, 9, 11,13,15,18)

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-8-108820300.html

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-9-108913066.html

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-11-109022647.html

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-13-109185188.html

 http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-15-109336762-comments.html#anchorComment

http://demauxenmots.over-blog.com/article-du-tac-au-tac-18-109489926.html

Matin voile de gris

http://demauxenmots.over-blog.com/article-matin-voile-de-gris-109131640.html

Délice de rose

http://demauxenmots.over-blog.com/article-delice-de-rose-108946219-comments.html#anchorComment

Présent du jour

http://demauxenmots.over-blog.com/article-present-du-jour-109304814.html

Contraste

http://demauxenmots.over-blog.com/article-contraste-109398377-comments.html#anchorComment

 

LENAÏG

Lune au ciel bleu

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-lune-au-ciel-bleu-lenaig-108970804.html

Elle jacasse mais cajole aussi

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-elle-jacasse-mais-cajole-aussi-lenaig-109459719.html

Mon ciel embrasé

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-mon-ciel-embrase-lenaig-109523818.html

O - Dominique Biot

http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-o-dominique-biot-109388517.html

 

La plante de mon cœur de Cathy

 

http://poeticathy.over-blog.com/article-la-plante-de-mon-coeur-109034767.html

 

Ca fait mal d’Alexa

http://cyclepoetique.over-blog.com/article-haikus-et-poemes-courts-ca-fait-mal-1-109037039-comments.html#anchorComment

 

 

EMma

Pendant que nos frères humains

http://www.emmacollages.com/article-pendant-que-nos-freres-humains-108935690-comments.html#anchorComment

Coiffée de gypsophile

http://www.emmacollages.com/article-coiffee-de-gypsophile-109181648.html

Poème à Manon

http://www.emmacollages.com/article-elle-porte-le-doux-nom-de-manon-109256847.html

Voix

http://www.emmacollages.com/article-voix-109413233.html

Demain

http://www.emmacollages.com/article-demain-109426481-comments.html#anchorComment

 

 

Jonas D.

Transhumance, prose de

http://www.jonas-doinint.com/article-transhumance-108958125.html

Réveil matin, nouvelle

http://www.jonas-doinint.com/article-reveil-matin-77455499.html

 

Morgane

Aujourd’hui

http://a-l-ombre-de-ma-prose.over-blog.com/article-aujourd-hui-109135753.html

Simplement pour vous

http://a-l-ombre-de-ma-prose.over-blog.com/article-simplement-pour-vous-109413280-comments.html#anchorComment

 


Histoire drôle et coquine… de Fathia

http://www.arts-et-culture.fr/article-histoire-drole-et-coquine-le-petit-gar-on-et-la-caissiere-109161100.html



Vieux proverbe proposé par Pâquerette

http://paquerette.over-blog.net/article-vieux-proverbe-irlandais-109184166-comments.html#anchorComment

 

SMS LOVE d’Hauteclaire

http://hauteclaire.over-blog.com/article-sms-love-109186525-comments.html#anchorComment

 

La rose rouge de Marine

http://dans-les-voiles.over-blog.com/article-la-rose-rouge-109019674.html

 

Ma poésie de Monik

http://www.justeuncoindecielbleu.com/article-ma-poesie-108974027-comments.html#anchorComment


M’amzelle Jeanne

24 août de

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-24-aout-1944-109391826.html

31 août 2012 - Lune bleue

http://endirectdechezmoi.over-blog.com/article-31-aout-2012-lune-bleue-109637115.html

 

 

Curiosité ? Etonnement ? Découvrez le « Poémot » d’Emma du blog &perluette

http://eperluette.over-blog.com/article-plus-court-plus-pur-que-le-haiku-109456302.html

 

 

Fanorise

L’amour c’est…

http://fanorise.over-blog.com/article-l-amour-c-est--40089207.html

Sur la plage…

http://fanorise.over-blog.com/article-sur-la-plage--41088727.html

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0

Publié le 29 Août 2012

 

23082012891.jpg



Il vaut mieux s'élancer vers la mer que la laisser, la quitter… Je l’ai encore dans ma tête, sonore comme une symphonie. Je me suis longuement promenée sur la côte du Val de Saire par tous les temps pour prendre tout de cette beauté incarnant toute la dualité humaine, violence et sérénité.

 

DSC00843.JPG

 

Si j’ai encore et toujours la mer dans les mots, je choisis cet extrait de «La ballade de l’eau de mer» de Federico Garcia Lorca

«La mer

Sourit au loin

Dents d’écume

Lèvres de ciel… »

 

(lire le poème) link

 

 

Après m’être laissée impressionner par ces paysages marins, j’ai écrit quelques vers comme possédée par ses couleurs, sa turbulence…

La solitude face à l’horizon donne fierté au silence, implicite langage.

 

J’ai fait un pacte avec la mer.

« - Pour une fois, soyons seules

Comme avant, laissons les vents

Caresser nos épidermes unis

Laissons le firmament

Nous donner espaces et pastels

Laissons ironiser les mouettes.

Je prendrai la fougue de tes vagues

Et me livrerai chair et âme

Comme femme amoureuse.

Laissons ces rocheux rivages !

Ô mer, j’aime si fort votre visage.

 

-          Je ne vis que pour recevoir

Et rejeter telle est ma seule réalité.

Mes danses ne s’offrent  qu’à l’instant

Je n’ai pas de cœur et mes dents

Sont dentelles d’écume.

Laissons à la passion, vibrer nos sens

De l’intérieur au large de nous-mêmes

Laissons se noyer le temps

Et mémoire retrouver ses coquillages.

Si tu veux, je serai ta berceuse. »

 

(Fermanville, le 23/08/12)

 

DSC00887.JPG

 

 

 

Nous nous sommes promenés sur le très beau site appelé «Nez de Jobourg». Plus alerte, j’aurai suivi ces sentiers presque vertigineux.

 

Le Nez de Jobourg : link

 

DSC00888.JPG



Un vrai lieu pour les randonneurs expérimentés et les photographes épris de paysages côtiers.

Tout est gigantesque dans ce face à face entre l’être et la mer.

 

DSC00886.JPG

 

Avant de partager mes écrits du bord des vagues, voici un extrait de poème de Pablo Neruda :

 

«Quand la vague a frappé sur la roche indocile

Qu’éclate la clarté en instaurant sa rose

Le cercle de la mer s’amasse en une grappe

et pend en une seule goutte de sel bleu…»

 

(lire le poème) link

 

 

DSC00921.JPG

 

Puis nous sommes allés à Barfleur mais le temps n’était pas au rendez-vous. La mer était aussi grise que le ciel. La ville nous accueille avec son port de pêche et de plaisance. De quoi apprécier un environnement changeant au rythme des marées. Les rochers se dénudent et donnent envie de les parcourir avec habilité et pour les habitués de profiter de leurs présents.

 

Barfleurlink


DSC00897.JPG



J’étais en poésie à chaque pas, à chaque pose, le regard épris des couleurs dansantes, captant cette osmose entre ce ventre d’eau en gestation perpétuelle et le firmament pour écrire un peu plus loin, discrètement, passionnément…

 

La mer nous dit tout

Ce que nous rêvons d’entendre.

Ses baisers de mots s’inscrivent

Sur l’immense page de sable

D’un astre patiemment attendri.

Il est son origine et son seul livre.

De ses vagues toujours s’éprendre

Baigner notre regard impressionnable

Sauver son ventre, antre de vie

 

(23/08/12)

DSC00885-copie-1.JPG

 

Juste un souffle de mer

De ses confins, l’entendez-vous ?

Là où vous ne contemplez que du vert

Elle donne son âme aux fous.

 

Goëlands, étranges poètes

Errants et visionnaires

Mutants, esprits sans tête.

Elle s’abandonne à la terre.

 

(21/08/12)

 

DSC00901.JPG

 


Elle est à marée basse

La mer initie à ses rythmes changeants

Des débutantes qui se délassent

Des vagues insouciantes du temps.

 

Elle est à marée haute

La mer transmet ses passions d’origine

Se vante, désirs, crimes, fautes

Et recommence pour renaître divine.

 

(19/08/12)

 

DSC00912.JPG

 


Mais que serait la mer sans le vent ? Et nous-mêmes ? Etre frôlés, giflés ou se sentir comme suspendus, ou encore entraînés…

 

Poème au vent

 

Que le vent accueille

de ses caresses tous les replis

d’ailes et de feuilles

tous les refus d’un cœur empli

 

d’extases, toute la pudeur

des sens sous son joug impulsif.

Que le vent soit créateur

d’éveils, de poèmes intuitifs.

 

(26/08/12)

 

DSC00867.JPG

 



J’ai eu plus de mal à revenir chez nous, en l’Ile-de-France comme retenue par cette beauté renouvelée qui m’attire et m’impressionne toujours autant depuis l’enfance. Maintenant j’y suis et vous livre cette page pleine de soleil et d’embruns.

Je reviendrai lentement vous visiter, vous répondre, repoussant un peu encore le temps, celui d’une rentrée, source d’autres réalités.

Amicalement.

Suzâme

(28/08/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #séjours, voyages

Repost 0

Publié le 17 Août 2012

Bonjour à toutes et tous,

 

Je pars une semaine serrer contre mes bras les vagues de la mer.  Inspiration, emprise ? Je recueillerai le calme ou la turbulence de ses vers lorsque nous nous regarderons.

 

En mon absence, je vous invite, si vous en avez envie, si vous avez le temps, à découvrir mes premières publications, des poèmes qui ne sont pas récents mais auxquels je tiens encore beaucoup.

 

Il y a aussi des textes étranges (catégorie : croqueurs de mots, autres défis, propositions d'écriture) qui sont nés des idées, inducteurs de communautés ou blogs et m'ont révélée une autre écriture possible, celle des nouvelles...

 

Grâce à vous, ma plume a retrouvé mon âme dans le partage, l'estime, la cordialité.

 

Je ne pourrais pas vous commenter mais vous laisse le toit de mon blog ouvert aux étoiles filantes que vous êtes...

 

Suzâme

(17/08/12)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0

Publié le 14 Août 2012

 

L’été donne rendez-vous dans les parcs. Une foule déambule dans les allées tandis que les gardiens veillent sur le bon usage des pelouses, pique-nique, jeux discrets, lecture, sieste …

Un groupe passait en rang, trois par trois, composé de visages bigarrés et de silhouettes inégales, quand l’une d’entre elles se distingua  en s’écriant :

« - oh ! Une curiosité !

-          Allons vois cela de plus près ». décida l’animateur

Ils suivirent la piste qui les mena sur une plage d’herbes en plein soleil. Quelqu’un, juste un peu bigleux, osa une question nulle et sans réaction de son entourage se répéta :

« - Mais qu’est-ce que c’est ?

Oui, qu’est-ce que ça peut être ?

-         Voyons d’après le gabarit, les formes très détaillées, galbées, notamment là… propose un grand-père comme qui dirait plutôt expérimenté, se servant de sa canne comme d’une règle pour confirmer son interprétation… à mon humble avis, c’est indubitablement une femme. 

-          Comment cela ? Ce serait une femme ? J’en doute. Pourquoi serait-elle aussi dévêtue qu’une statue ? s’interroge son épouse encore bien naïve."

Puis un petit - atteignait-il douze ans ? – dérangea l’attroupement en hurlant sans honte :

"-          Et ça, qu’est-ce que c’est, sur ces fesses ? c’est pas un sudoku par hasard ?

-          Mais quand vas-tu te taire, garnement ! Va-t-en !"


Une femme s’approcha du charmant corps exposé et risqua sa science :

"-          J’sais bien que c’est un string ! Quel idiot celui-là !"

Et elle pouffe sans s’arrêter jusqu’à tousser….

-          Mais non, renchérit un touriste de type asiatique, ce que nous voyons, je ne rêve pas, c’est bien le slip d’un sumo, le mawashi… une sorte de bande noire ou en couleur qui cache l’essentiel par pudeur…

 

Brusquement leur récréation prit fin.  Ils s’enfuirent vers la fontaine.

 

 

La beau modèle presque immobile en ce parc convivial fit volte-face et laissa échapper sa colère en retirant son casque musical. Elle ne put ni les poursuivre ni se plaindre, elle avait les seins nus…

 

 

Suzâme

(14/08/12)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0

Publié le 13 Août 2012

Mais qui croirait à une romance au cœur de Londres ? Il n’y a ici ni pharaon ni phénix pour nous parler d’amour sans honte à Trafalgar Square.

Oh ! Peut-être que si ! Et pourquoi pas ce voyou aux yeux rouges semblant chercher en lui la voie lactée ?

Et pourquoi pas ce chien dont j’entends l’ahan comme s’il avait donné toute son existence à une rencontre de vacances ?

Mais qui croirait au bonheur quand tant de gens s’allongent à la pleine lune sur un banc parfois sanguinolent ?

Toi ? Le poète des pavés, le voyou à la musique intérieure ?

 

Suzâme

(13/08/12)

 

Voir le sujet de la quinzaine : http://miletune.over-blog.com/

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 7 Août 2012

Vous me connaissez rêveuse, inspirée mais comme beaucoup d’entre nous je m’adonne  au jeu parfois déstabilisant de la dualité suivant la situation. Ce sont les conditions de vie et surtout les contraintes de la société qui ont confirmé mon réalisme.

Depuis presque deux ans, dans une période de transition qui n’est pas la retraite, il me faut rechercher un emploi. Ce qui est normal lorsqu’on est encore jeune. Oh j’ai le look ! senior +++++. Compétente, vous pensez ! avec combien d’années d’expérience professionnelle, déjà !

Pas de rigidité de caractère, pas d’impulsivité non plus ! Je suis mobile, pensez-donc, je me déplace en scooter…

Seulement tout se déroule par internet. Pôle emploi et je viens d’en prendre connaissance même les agences temporaires se sont organisés pour ne pas nous rencontrer  même sur prise de rendez-vous téléphonique. Il s’agit désormais de créer son compte et de postuler en envoyant, «en ligne» s’il vous plait, lettre de candidature et CV comprenant date de naissance et photo sous peine, en cas d’obtention d’entretien, de décevoir sans s’en apercevoir, le recruteur.

Pendant que je postule et que mon CV s’en va dans la corbeille électronique, je retrouve ma vie… je retrouve mon esprit et mes sens… J’écris… pour tout dire je m’éloigne du profil idéal d’une assistante citadine… Mes rides d’expression ont le temps de se dessiner puisque je souris.

J’ai décidé de ne pas pleurer de cette période indéterminée. Volontaire mais sans illusion, sans beaucoup de motivation non plus puisque le marché du travail fait la diète, je continuerai à chercher ce trésor nommé « emploi ». A l’ombre de mon écran-fenêtre, je me dis comme aujourd’hui, un jour peut-être, si les annonces sont mises à jour, si les employeurs s’intéressent aux profils un peu plus mûrs…

Est-ce que je suis seulement bonne « à être jetée » ?

Je refuse d’avoir du rejet pour la société à laquelle je participe chaque jour mais j’espère ne pas ressentir l’angoisse du chômeur longue durée, celle hélas bien désignée sous le nom d’exclusion.

Pas de déprime. Je vais pourtant m’inscrire à Pôle Emploi le 3 septembre prochain. Une nouvelle trappe va s’ouvrir. D’un congé de reclassement très confortable, je vais tomber dans un conduit kafkaïen, j’aurais un matricule, dans quelques mois ma première indemnité, à combien déjà ?...

Chercher... rechercher...postuler... 

C’est le mois d’août. L’été ne m’apaise plus comme avant.

Suzâme

(7/08/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0

Publié le 6 Août 2012

Tentation du nichoir

 

Qui l’entend se débattre est impuissant à libérer cet être à plumes qui n’a encore jamais volé.


Sa tête a grossi plus que son bec. Ses yeux sont comme tournés vers l’intérieur. Sa voix n’atteint déjà plus les branches. Rempli de ses rêves pesant dangereusement sur ses ailes confinées, il appelle en sourdine ses parents qui avaient renoncé à l’initier au ciel parce qu’il était fébrile, maladroit mais surtout, ce que nul ne savait et encore moins lui-même, c’est qu’il était devenu leur otage.


Pas de place pour l’amertume, pour les regrets. Ne remuant presque plus, il picorait de moins en moins jusqu’à s’affaiblir. Etait-ce une grève de la faim pour se punir de son choix initial, celui de préférer ses songes ?


Aucun ami volatile ne lui rendit visite dans sa maison trop petite pour lui.


Ses pensées s’échappèrent une à une. Certaines étaient si ankylosées qu’elles  frôlaient le sol au risque de s’effondrer, d’autres apprenaient  l’envol entre la quête de l’inconnu et l’ampleur des réalités.


Il avait mûri et s’était allégé la tête qu’il pouvait maintenant passer. Ses petits yeux s’ouvrirent enfin sur le monde.


Presque décharné, déplumé à force de s’obstiner à libérer son corps qu’il avait si longtemps oublié, il surgit du nichoir qu’un humain avait proposé aux siens pour l’hiver.


Epuisé, il réussit son combat contre lui-même et ses chimères. Il se posa enfin sur cette branche qui lui parut immense, un bras à l’écorce de vie.

 

©Suzâme

(30/07/12)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0

Publié le 5 Août 2012

 

«Ce matin-là,  je reçus une lettre d’un genre nouveau… » Enfin «reçus»… je la trouvai sur un banc près du quai comme si elle fut là,  pour moi seule.  Cette lettre, mon Dieu ! combien de fois relue, respirée, embrassée ? Plus jeune, je m’en serais tout simplement détournée ou encore j’aurais éclaté de rire au point de réveiller tout le dortoir de l'internat…  Je me souviens d’avoir eu peur à l’idée d’un signe ou d’un murmure. Il est vrai qu’on m’avait prévenu. Il suffirait d’un message et je ne pourrais pas refuser.

 

Et voilà, alors que je commençai ma vie d’adulte, traînant mes talons tordus sur l’asphalte, et dormant au hasard sous des abris propices avec quelques amis des bords de Seine, je me retrouvai comme illuminée,  cette lettre entre mes mains. J’appris par cœur chaque phrase qui m’interpellait comme si chaque mot m’invitait à une vie d’amour. En bas de la feuille,  je lisais et relisais cette fin magique  qui m’envoûtait : «amen», signée le Seigneur tout puissant pour les siècles des siècles…

 

Les yeux enfin fermés sur ma misère, je lui dirai moi aussi, «amen» pour une nouvelle vie pleine de lumière.

Mon pote complètement ivre lut le message et le mâcha bêtement puis exigea non sans furie, un acte qu’à ce jour, je ne regrettai pas «Retour à l’envoyeur». Heureusement, bien avant cette scène pitoyable, je répondis à mon Seigneur avec un zeste de rouge à lèvres.

Je ne regrettai jamais ma décision et souris encore de la réaction de Jo maintenant que je suis novice à plein temps au Monastère de la Visitation. Je file le parfait amour avec Jésus. Ah si vous saviez comme je bénis ce courrier alors que «je postai plus ce qui me parut une bouteille à la mer qu’une épître ».

 

Suzâme

(5/08/12)

 

N.B.1 Surtout excuser les fautes de conjugaison. L'introduction et la conclusion de ce texte étant au passé simple, j'ai eu beaucoup de difficulté à écrire ce témoignage. J'ignore qui est l'auteur de ces inducteurs.

N.B. 2 Lenaïg vient de m'apprendre que c'était Amélie Nothomb

 

 

Chez Lenaïg :http://leblogdelenaig.over-blog.com/article-jeux-d-ete-lenaig-108521448.html

Proposition C : commencer par :

"Ce matin-là, je reçus une lettre d'un genre nouveau" ...

et finir par :

"Je postai plus ce qui me parut une bouteille à la mer qu'une épître". 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0

Publié le 3 Août 2012

Dans la boîte à musique de mon coeur, depuis longtemps j'ai cette chanson que j'avais envie de retrouver aujourd'hui. Nous l'écoutions lorsque nous étions encore à Paris, interprétée le plus souvent par Jean Ferrat que j'aime toujours autant. J'ai choisi de vous faire partager l'interprétation d'Isabelle Aubret parce que sa voix fut à l'origine de mon premier 45 tours. Je venais d'avoir 14 ans et  recevais pour cadeau d'anniversaire, un "mange-disque" de couleur rouge.

Ce texte plein de fraîcheur porté par leurs voix m'émeut encore jusqu'aux frissons. 

 

"...Et c'était comme si tout recommençait
La vie, l'espérance et la liberté
Avec le merveilleux
Le miraculeux
Voyage de l'amour...

 


par Isabelle Aubret

http://www.musicme.com/#/Isabelle-Aubret/albums/C%27est-Beau-La-Vie-0042283429529.html

http://boutique.ina.fr/divertissement/chansons/video/I05061305/isabelle-aubret-deux-enfants-au-soleil.fr.html

 

de et par Jean Ferrat

http://www.youtube.com/watch?v=jXhh2RYDTGw

Voir les commentaires

Rédigé par Suzâme

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0