Textoésies et vous : sur l'arbre et l'être

Publié le 26 Février 2012

25022012322

 

 

J'avais inscrit cette pensée poétique en traversant un bois aux alentours de ma vie, je l'ai gardé jusqu'à sentir le moment propice de transmission vers vous .qui écoutez mon âme de si loin, de si proche parfois. Catheau m'a répondu et demandé de publier en avant-première sur son blog nos deux textoésies que voici:



L'arbre n'est pas comme l'être

Lorsque ses feuilles l'abandonnent

Son écorce le protège de son âme.

 

Suzâme

(février 2012)

 

L'être est comme l'arbre.

Lorsque son âme l'abandonne

Il devient écorce et feuilles.

 

Catheau

http://ex-libris.over-blog.com/

Puis d'autres échos poétiques, méditations et sentiments, impressions, transpositions, relations avec l'arbre sont venus jusqu'à moi comme un chapelet de feuilles et de mots pour l'arbre et l'être de l'hiver :

 

Ô Arbre !

Donne-moi ta force

que je ne chavire pas !

Donne-moi ton impassibilité

que je puisse survivre !

Elance-moi de tes branches

Qu'enfin, j'oublie!

 

Fauvette

http://olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com/


L'arbre est un être vivant

qui raconte toujours une histoire.

Son coeur est immense.

J'adore les arbres.

 

Eddy


Que porte donc l'homme

caché derrière sa peau,

si non l'éternel printemps de son âme impossible?

Et la femme ?

Un boa de feuilles mortes?

 

Arthémisia

http://corpsetame.over-blog.com/

 

L'être cueille des mots

    quand vacille la lumière.

Leur poésie allume l'espoir.

 

Dans les vapeurs du matin

S'estompe le relief des peines.

 

Plume

http://demauxenmots.over-blog.com/

 

L'arbre sait se reposer.

Il libère ses feuilles,

les rend à l'univers

comme de vieilles pensées

pour laisser au printemps

la fraîcheur renouveler.

 

Elo

http://www.confidences-libellule.com/



A fleur d'écorce. A fleur de peau

Frémissement de l'être-arbre

Le temps du renouveau printemps approche.

 

Hauteclaire

http://hauteclaire.over-blog.com/  

L'arbre est la sagesse infinie,
    Les racines de la terre,
    La patience végétale...

Nina Padilha
http://www.leschaisesdenina.com/
 


Contre toi appuyée

Je me sens reliée

A la terre et au ciel

Union providentielle 

Joëlle
http://joelle.colomar.over-blog.com/

 



Autour de l'arbre

des écorses de mots

qui parlent

à tout ce qui bouge... 

Tilk
http://tilk.over-blog.com/
 

Il existe entre nous et les arbres

 une sensibilité qu'on a du mal à quantifier

  pourtant quand on serre leur tronc dans nos bras,

 quelque chose passe, un courant de bonheur...

Timilo

http://zitop.over-blog.com/

   

Des paroles qui résonnent

A travers la forêt

Tel le vent d'Autan

Secouant le feuillage

 

Esclarmonde
http://luniversdesclarmonde.eklablog.com/

 

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Textoésies

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pierrot, vagabond poète 26/02/2013 23:44


Ici Pierrot, vagabond-poète du Québec

Bravo pour ce magnifique blogue
au sujet de l'écorce des arbres:)))

Dans le cadre de mon vagabondage poétique
blogues-musée pertinents mais aléatoires
pour mon oeuvre littéraire
pertinente mais aléatoire,

permettez-moi
de vous offrir
une de mes chansons

L'ECORCE D'UN ARBRE

couplet 1

Quand t'as l'corps comme l'écorce d'un arbre
les mains propres comme des feuilles d'Automne
les yeux rougis par des rides en gouttes de pluie
c'est que l'bon dieu t'as accordé, un sursis

couplet 2

un sursis pour dire à ma femme
je rêve d'acheter deux chaises berçantes
des bonnes couvertes, une chandelle
du thé de menthe
pour rapiécer les bouts d'passé
qui me manquent

couplet 3

à soir j'ferme la télévision
j'ai la coupe stanley à maison
87 ans cette année j'ai l'goût d'parler
j'veux d'profiter d'la rémission
qui m'est donnée

couplet 4

c'est sur mon p'tit lit d'hôpital
que j'ai hurlé quand j'ai eu mal
que j'ai crié, Doré Doré sors-moé de d'là
j'ai eu peur de mourir sans toé
ma femme à moé

couplet 5

toute ma vie j'ai dit à mes chums
qu'ma femme avait marié un beau bonhomme
à soir ton beau bonhomme
veut s'confesser
y veut pu qu'tu t'sentes mal aimée
mal aimée

couplet 6

quand t'as l'corps comme l'écorce d'un arbre
les mains propres comme des feuilles d'automne
les yeux rougis, par des rides
en gouttes de pluie

c'est que l'bon Dieu
m'a accordé
un sursis

pour dire
à ma femme
merci:)))

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

sur google,
Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste

merci
Pierrot, vagabond poète

tilk 05/03/2012 00:56


superbe partage!!!


besos


tilk

Suzâme 06/03/2012 20:23



Infini bonheur des mots... lorsque la poésie est feuille d'âme.



Elo 02/03/2012 20:38


J'ai adoré tous ces échos... Cela crée un bel ensemble ! quelle idée sublime que ces textoésies !!!! MERCI mille fois ! je pense que dès que j'ai le temps je reviendrai pour aller visiter chacun.
Ce soir, je ne peux pas . Bisous

Suzâme 05/03/2012 14:49



Une instantanéité qui me nourrit. Suzâme



Carole Chollet-Buisson 29/02/2012 18:49


C'est très réussi, ces deux poèmes en écho, le tien et celui de Catheau. Deux arbres frères et bien différents, en somme.


Les autres textes montrent bien que l'arbre est un symbole inépuisable.


Carole

Suzâme 04/03/2012 06:14



Un dialogue très profond. Suzâme



Pascale-Madeleine 28/02/2012 17:51


Ah j'aime beaucoup vos deux presque Haïkus !


Je lirai les autres poèmes plus tard !

Suzâme 04/03/2012 05:55



Se rejoindre en poésie est un si beau chemin de mots!