Pour Mil et Une : Au casino de la Lune

Publié le 17 Juillet 2012

Sa vie n’était pas foutue. Pourquoi les dés seraient pipés ?

Alors il se mit sur son 31, attacha ses quelques cheveux blancs et sortit d’une vieille boîte couleur rubis, un nœud papillon satin noir.

Il lui restait cette fierté des hommes qui ont gagné leur vie, oui, gagné leur vie, bien trop tôt. Notre ami cachait l’usure de ses os. Joueur par défi et par dérision quand il revenait au casino de sa ville natale, c’est qu’il pensait sincèrement leur damer le pion et rentrer chez lui, plein aux as.

Il ne croyait pas non plus au petit bonheur la chance avant de passer le seuil du casino de la Lune pour la énième fois mais il afficherait la couleur. Il lui suffisait d’imaginer les cartes, les dés, les jetons… pour faire le chemin du gagnant.  Allons, ce n’est sûrement pas un tapis vert qui le ferait fuir !

D’accord, il y a un mois, il s’était fait jeté dès l’entrée avant de comprendre qu’il était habillé comme l’as de pique.

Cette fois-ci, il revenait seul avec seulement l’intention de tirer son épingle du jeu, pardi ! Sans atout cœur ? Pas grave. Il était prêt à tout miser et à tout rafler.

La nuit est une immense machine à sous qui résonne dans la tête du perdant.

Lorsqu’il sortit de l’antre bruyant, abattu par son rêve, il se livra aux étoiles, pleurant comme un enfant stupide,  désobéissant. Puis il se sermonna à haute voix plusieurs fois :

«Il te suffisait de tenir à carreaux, mon vieux !»

Bonheur, malheur

Vie de joueur.

Suzâme

(16/07/12)


Pour Mil et Une : Salle de jeux

http://miletune.over-blog.com/


 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anna 27/07/2012 00:04


J'aime beaucoup ce texte sur le jeu, car après tout, quand il n'est pas un vice, il peut être la chance ou le hasard que nous apprécions parfois dans la vie... tu connais peut-être la chanson de
Patrick Fiori ? 


Bisous.


Anna

Suzâme 03/08/2012 20:21



Bonsoir Anna, 


Je ne suis pas joueuse mais ce monde de distraction et de vertiges est attrayant et dangereux dès lors où le jouer flambe sa vie... Je ne connais pas la chanson de Patrick Fiori, peux-tu m'en
donner le titre? Bon week-end! Suzâme



Plume 21/07/2012 21:26


Connaissant ta spontanéité dans l'acte d'écriture, chapeau Madame pour le vocabulaire du jeu disponible !


Du désir de faire le chemin gagnant, à la machine à sous qui résonne dans la tête du perdant, il y a cette part de rêve qui motive certains parcours de vie et l'éventualité de regretter d'avoir
voulu aller au bout de son rêve ... mais, qui ne tente rien n'a rien ... est-il possible de vivre en ne prenant jamais de risques ?


J'aime beaucoup ce texte, ton regard sur les enjeux, ton humour pour ce qui est en jeux ...


Bisous Suzâme, Plume .

Suzâme 27/07/2012 19:07



Ce genre de sujet me libère de mon intériorité. J'installe un personnage, un environnement... Je ne pensais rien écrire tant je ne suis pas joueuse... puis j'ai eu l'idée de toutes ces
expressions. J'en ai fait un inventaire et tout en écrivant, ma plume s'est prise au sérieux...


Tu as raison le thème de fond est la prise de risques... Mais si la vie n'est ni un jeu ni une farce, elle vaut bien les risques qui nous conduisent aux épreuves. L'expérience sculpte
l'existence. Bon week-end! Suzâme



Monelle 19/07/2012 08:57


La vie est un jeu dont il faut savoir parfois tirer les bpnnes cartes ! Très joli texte !


Bonne journée - bisous



Suzâme 23/07/2012 06:13



Merci Monelle. Et pourtant je ne suis pas joueuse...



marine D:0019: 19/07/2012 08:42


Superbement écrit Suzâme ! La solitude du joueur et de la vieillesse...


 


Pour "des pensées aux rêves , ceci


 


Cheminant, clopinant


Mes pensées ont perdu la piste


Clopinant, cheminant


Elles ont égaré mes rêves


Devisant, hésitant


J'ai choisi de me poser


Admirant, paressant


Ici je suis restée...


 


http://emprises-de-brises.over-blog.com/#fromadmin

Suzâme 23/07/2012 06:12



Poésie sur le chemin nous fait pivoter la tête en regardant en l'air, en regardant par terre, en regardant en soi...



anélias 18/07/2012 20:38


La chance joue avec nous, et nous avec elle : c'est la vie !


et toi, Suzâme, tu écris avec beaucoup de chance et d'esprit, mais peut-être que la chance des écrivains est simplement un état d'esprit, une façon d'être, de voir et de sentir le monde et ses
habitants, une façon plus lumineuse, plus attentive...


Amitiés


Anélias


Anne

Suzâme 18/07/2012 22:52



Bonsoir Anne,


Te retrouver à cette heure où l'univers m'appelle à travers le sommeil... Ce soir j'ai envie d'être une étoile auprès de la lune... Pas de casino. Pas de personnage. Je viens de me nourrir d'un
témoignage joué par Bruno Ganz dans "Le Grand Voyage de la Vie"...


Est-ce j'ai de la chance d'écrire ?


Je suis si heureuse de ressentir à nouveau, de respirer, de regarder, d'écouter... je me retrouve, oui peut-être étoile dans ma vie, à profiter de chaque instant porteur de trésors enfouis ou
inattendus...


Comme je suis heureuse d'écrire, la plume au vent, de m'envoler pour un mot, une couleur et bien mieux, un visage connu parfois aimé, une silhouette inconnue... Je t'embrasse. A bientôt. Suzâme