Pour le Casse-tête de la semaine : LUMIERE

Publié le 28 Février 2012

J’ai perdu cette lumière

ce rayon d’enfance

au fond des yeux.

 

Soleil dans mes mains

ce ballon d’innocence

cette joie sans mots.

 

J’ai perdu son mystère

son aile d’insouciance

au fond du cœur.

 

Lune dans mes rêves

cette lueur, ce silence

cette foi du beau.

 

Suzâme

(27/02/12)

Nouveau casse-tête de Sherry jusqu'au 3 mars prochain


http://www.sherry29.com/article-le-casse-tete-de-la-semaine-100147171-comments.html#anchorComment

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0
Commenter cet article

Le Noctamplume 23/04/2012 03:17


Bonsoir Suzâme


Je ne pense pas en te lisant que tu ais perdu cette âme d'enfant et toute cette innocence. Je pense plutôt que ton âme d'adulte prend en compte les réalités et les déceptions de la vie et la
lutte qui s'en suit pour éradiquer ce triste  constat te prend beaucoup d'énergie. Mais tes phrases, elle relèvent bien de la grâce infantile.


Et ton innocence face aux bévues du monde extérieur, si elle n'est pas naïve, ton innocence intérieure, elle, est bien réelle.


Merci pour ce doux partage de délicatesse


Bien amicalement


Bonne nuit


Le Noctamplume

Suzâme 28/04/2012 19:34



Bonsoir,


Sans proposition de cette communauté, probablement que je ne l'aurais jamais écrit. Dans ce poème, il est question de l'innocence liée à l'enfance mais aussi trop entre les lignes, à la croyance.
Tout cela tient d'une grâce que le temps et les réalités nous volent. Je n'ai pas de nostalgie puisque je ne me souviens hélas pas assez de ma petite enfance. Mais j'ai en moi alors que je suis
heureuse, plus qu'une impression d'absence. Est-elle liée au décès de mes parents? Cela fait partie du chemin... Merci pour ton écoute. J'ai lu ton commentaire le jour où tu l'as posté. Son
retentissement m'a demandé non pas de la distance, je te sens si proche, mais du temps. A bientôt. Suzâme



Carole Chollet-Buisson 18/04/2012 14:29


Merci de m'avoir emmenée vers ce beau poème de la perte. L'"aile d'insouciance" disparue fait bien écho à la disparition de mon "ange".


Que dire ? Sinon que nous nous construisons sur ce qui, en nous, se dérobe, et que la lumière est toujours devant nous, à saisir à mesure qu'elle s'enfuit.


CArole

Suzâme 19/04/2012 20:09


Tu exprimes ici si bien la synthèse d'un bilan qui ne m'attriste pas pour autant. Un parfum de nostalgie à peine avoué, peut-être... avec complicité. Suzâme


Elo 02/03/2012 20:35


Tu sais en parler encore donc je pense que tu ne l'as pas vraiment perdue cette belle lumière du coeur ! Bisous

Suzâme 05/03/2012 14:48



Lumières d'amour et d'amitié, lumière de poésie...Que d'étoiles dans mon coeur et pourtant l'enfant qui croyait au ciel a disparu. Bisous. Suzâme



marine D:0019: 02/03/2012 19:15


Tu l'as gardée dans ton coeur cette parcelle de lumière, et on la ressent en te lisant !

Suzâme 05/03/2012 14:43


Une parcelle qui n'a plus cette grâce propre à l'enfance. Croire en tout, sans questionnement...Cette confiance sous les cieux...s'est enfuie pour plus de philosophie dans les livres et les
échanges. Cette quête de l'adulte même si elle est magnifique n'a pas la lumière de l'innocence. Bisous. Suzâme


mansfield 01/03/2012 18:10


Une très belle évocation de la perte et du manque et l'on sent aussi une vraie richesse intérieure.   

Suzâme 04/03/2012 06:22



Merci Mansfield. La poésie même lorsqu'elle répond à une proposition d'écriture me donne à exprimer des choses que je portais depuis très longtemps. Elle ne révèle pas tout mais recèle tellement.
A bientôt. Suzâme