"Porteuse de poésie" ?

Publié le 2 Février 2011

Bonjour à toutes et tous,

 

Pour vous donner toute liberté de m'adresser vos commentaires, je reprends la nouvelle lettre de ma page d'accueil.

 

"Longtemps je me pensais «poétesse»  puis au fil de mes rencontres de plumes féminines et parfois « d’auteurs de poèmes », j’ai appris que la belle désignation n’était pas d’usage depuis au moins le début du 20è siècles. Oui, le féminin de poète, «poétesse» a été discrédité, voire aboli. Est-ce parce qu’il rappelle le féminin des dieux, déesses – pourtant leurs pouvoirs ne nous ont-ils pas donné à rêver-  ou l’invisible pendant de «Dieu», à savoir l’absente.

Alors que dire du mot «poète» ? Qualité ou qualificatif ? Jacques Prévert déclinait cette indentification ou apparentée. Est-elle trop lourde d’orgueil, de fierté, de poésie ? En me promenant le long et dedans les recueils,  j’ai compris cette transformation issue des modes et mœurs littéraires, aujourd’hui, essentiellement médiatiques.  Je l’ai  digérée, interprétée et me suis trouvée le profil  subtil de «porteuse de Poésie» puis que je n’ai point encore publié.

Pour avoir griffonné et mise de côté cette expression qui m’esquisse «porteuse de Poésie », méditant sur mes tentations, tentatives impavides et surtout sur l’acte d’écrire, je l’ai retenue pour renommer mon blog, pour vous confier que je « porte » en moi la Poésie comme une fois, parfois comme une grâce et que j’aime la transmettre autour de moi, au-delà des livres, en parler tout simplement comme on parle de l’existence."

(01/02/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #lettres ouvertes

Repost 0
Commenter cet article

Nounedeb 02/02/2011 13:44


Salut Suzâme. Je trouve tout simplement que le mot "poétesse" est laid. Et je n'aime pas la manie de vouloir féminiser tous les mots. Et le neutre, alors? J'aime que le mot poète soit neutre. On
est déjà dans l'évasion. Te sens-tu porteuse d'évasion?


Suzâme 02/02/2011 21:12



Bonsoir,


Je me doutais que l'évocation de ce conflit féminin-masculin d'un mot porteur comme celui-ci titillerait quelques plumes. J'ai seulement observé que le féminin de poète existait depuis Sapho qui
le portait si bien... je te rejoins dans ta forme d'allergie à la création systématique du féminin comme "auteure", "écrivaine". Je ne m'y suis pas encore habituée. Alors vive le mot neutre
comme "artiste"! Je suis "porteuse"... si la poésie emmène ses lecteurs au-delà et en dedans de leur existence, il s'agit alors d'un voyage, d'un envol du plus loin au plus près mais si tu
entends l'évasion comme distraction, pourquoi pas non plus puisque nous distraire de nos invisibles chaînes serait tout aussi profond. A bientôt de te lire. Si tu veux bien je t'ajoute à mes
liens. Suzâme



Anélias.B 02/02/2011 11:59


Suzâme, porteuse de poésie, de fantaisie, porteuse de mots, légère et profonde, vagabonde entre les pages et les écrans, butine ici et dépose là, reprend son vol en d interminables voyages,
brodeuse de liens...fervente messagère de la Poésie Éphémère.


Suzâme 02/02/2011 21:20



Bonsoir Anne,


J'accepte ton esquisse sur ma façon de communiquer en poésie. Toi aussi, à travers ton oeuvre signée Anélias.B, tu exprimes tes pensées, tes visions dans un langage
visuel que seul cet oxymore improvisé "mémoire de l'Ephémère" pourrait effleurer. Que tes couleurs, que nos vers soient inépuisables ! Suzâme