Petit dialogue ordinaire (9)

Publié le 4 Mai 2011

«- Ami, apprends-moi le silence !» siffle soudainement le rossignol à l’arbre serein.

« - à chacun son rôle ! » susurre le saule en pleurant.

 

Suzâme

(4/05/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #petits dialogues ordinaires

Repost 0
Commenter cet article

ABC 09/05/2011 19:05



Je l'ai prolongé (et ai corrigé les fautes dont je m'excuse) et le publierai chez moi, samedi en lien avec ton blog...


Bonne rencontre avec la nature !



Suzâme 10/05/2011 20:24



Bonsoir,


Et merci pour cette belle complicité. Je ne te lirai qu'à mon retour, d'ici une dizaine de jours. Cordialement. Suzâme.



ABC 09/05/2011 16:00



- Pas moyen de s'entendre crie la goutte d'eau au mileu du torrent


- Viens donc nous rejoindre, lui chantent ses sœurs à la racine de la source claire


- Repose toi au calme, sussurrent ses cousines se chauffant au milieu de l'étang


- Oh comme j'aspire à quelques jours de vacances auprès de vous, s'égosie la goutte en dévalant la montagne !



Suzâme 09/05/2011 17:22



Formidable ton "petit dialogue". Ah quand la nature parle c'est délicieux pour l'âme. Merci de ton passage. Je prépare mon départ pour une semaine de paysages ininterrompus et prolongerai ma
promenade chez toi. Cordialement. Suzâme



Tibicine 06/05/2011 01:38



Il semblerait que le saule soit attaché à sa fonction d'auditeur! A chacun sa nature, pourvu qu'elle reste harmonie. à bientôt. Tibicine



Suzâme 10/05/2011 19:44



Bonsoir Tibicine,


Chacun a son interprétation: malentendu, opposition, incompatibilité et parfois dans cette merveilleuse relation née de nos différences, dans les rires, dans les pleurs, la complèmentarité.
Pourrions-nous ne vivre que de nos ressemblances? Je pense à toi. Suzâme



Elo 05/05/2011 22:35



Je l'aime bien ce petit dialogue là ! Bises



Libre necessite 05/05/2011 18:35



Très joli conseil que quelques messieurs hyperactifs et assoifés de pouvoir devraient bien méditer. Amicalement Dan



Suzâme 10/05/2011 19:50



Bonsoir Dan,


Le rossignol lorqu'il mûrit comprend que sa nature et de chanter et que ce n'est point la peine de rêve à être quelqu'un d'autre, aux antipodes de sa nature et parfois de sa culture. Le saule
consent un état qu'il n'a pas choisi mais lui confère une sagesse de protecteur d'oiseaux. Merci de ta visite. Suzâme