OEIL-OCEAN

Publié le 1 Avril 2011

Remous d’infinis

Rose s’endort

Lune se noie

 

Terre, âme écartelée

 

Dérivent paysages

Cibles de chair

Fétu de lune

Braise de rose

 

Suzâme

 

En pensant au Japon, poème écrit directement en texto et adressé au n° du Printemps des Poètes à Lyon.

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com 01/05/2011 09:58



Bonjour Suzâme,


Terre et mer  en furie, ont jeté leurs armes,


Pauvres hommes éperdus sous leurs assauts,


tremblent dans l'attente.


Terre éclatée d'innombrables décombres.


Pleure


Très bel hommage, Suzâme


Ne reste que l'espoir, encore et toujours


Amitiés


Olga



Suzâme 08/05/2011 17:07



Chère Olga,


Ce poème oû chaque mot s'égrène pour décrire le pire...Suzâme



Snow 14/04/2011 05:39



Le coeur ouvert, et chantant
Voyage sur les vestiges du Temps
Des couleurs et des noirceurs
Illuminent mon regard ébahi
Tu m'accompagne et me prie
Je te prends en moi entier
Je te porte au-delà de la nuit
Mes pensées t'entourent d'attentions
Pendant qu'eux admirent leur oeuvre.



Suzâme 25/04/2011 19:52



Bonsoir Snow,


Je reviens sur mes commentaires avec un peu de distance car je suis très, trop spontanée et découvre ton beau poème plein d'amour charnel et généreux. Merci pour ce cadeau. La poésie
est une musique des sens. Suzâme



Catheau 02/04/2011 17:09



Comme une estampe emportée par le flux.



Suzâme 06/04/2011 14:32



Ce que j'ai écrit, comme volé au temps, je l'ai vu, se perdre sans une seule lumière pour suspendre, arrêter cette perdition humaine... Merci de ton passage léger comme un oiseau qui se pose au
creux de la main.Suzâme



l'oeil qui court 02/04/2011 09:34



La matière révèle sa vie,


Sa force, son indomptabilité.


La matière nature emporte l'homme


La matière, jouet de l'apprenti sorcier, dévaste l'homme


Qui, pourtant, n'apprend pas l'humilité.


 



Suzâme 06/04/2011 14:35



Comme je te donne raison. Et notre lucidité aiguisée par les moyens de communication en temps réel ne ralentit pas ce processus d'auto-destruction propre à l'être humain, l'alarme mais ne
déclenche pas un retour à lui-même à ces origines, donc à celles de la terre et de l'univers. L'homme n'apprend pas. Cordialement. Suzâme



Nina Padilha 01/04/2011 18:55



C'est un pays tout entier qui saigne...



Suzâme 06/04/2011 14:50



Et cette force gigantesque de l'eau qui emporte tout même les âmes...notre impuissance de voyeurs devant la lucarne qui nous protège de ce que l'on accepte de voir et de savoir. Paradoxe de
l'humain... Bisous Lol. Suzâme