La perdatrice (nouvelle)

Publié le 3 Octobre 2012

Elle plane, rôde, épie puis se jette sur l'être élu. Est-ce un volatile divin ou infernal? Est-ce un animal? C'est Elle. C’est tout. Au début, Elle n'a pas de nom. Qui pourrait La reconnaître ? Invisible présence insistante, pire, tenace, suspendue à leurs pas, à leurs doutes, à leurs rêves et surtout c'est Elle qui jamais ne dort.

 

Brusquement Elle capture une chose. Est-ce un cerveau? Et tout lui est permis. Elle l’ouvre jour et nuit, explore ce lieu intérieur,  le fouille, le détaille dans un mutisme assourdissant, oppressant et mélange tout ce qu'elle trouve sans résistance. Tout ce qui se cachait, se défendait, luttait devient sa cible.

 

A-t-Elle pour objectif, la domination, la déstabilisation de la victime ?

 

Elle étouffe, paralyse l'être surpris, confiant. Une torture lancinante par le fond, par le silence.

 

Elle puise dans l'oubli des souvenirs endormis, des peurs, les marie de force, épuise mots et cris.

 

A qui le tour ? La voilà qui repère un colosse en pleine activité. Il sue de tant remuer, porter, ranger. Son débardeur moule son buste, ses muscles d’ouvrier  et tandis que des passants s’attardent à le regarder travailler, il est pris d’une fatigue soudaine, d’un vertige…Il ne peut plus continuer. Sans prévenir, ses jambes, ses bras l’abandonnent. Un de ses collègues, plus svelte,  se rapproche, s’inquiète et en l’entendant gémir, s’écrie :


"C’est Elle. Je suis sûr que c’est encore Elle. Elle ravage nos vies."

 

Certains disent qu’Elle attire, vampirise les âmes tourmentées leur donnant du miel, des images, des parfums. Mais alors qui est Celle qui envoûte ainsi ses proies les menant à la torture silencieuse, à l’insomnie et pourquoi cet acharnement ?

 

Après avoir touché, plié l’homme vigoureux, habitué aux efforts, Elle s’en alla, invisible dans la foule et le bruit, cherchant une autre silhouette comme si Elle ne serait jamais rassasiée des êtres.

 

Suzâme

(20/ 08/12)

 

Publié en premier sur Ipagination link

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com 09/10/2012 14:17


Quel beau texte, quels mots pour décrire la dépression, qui fait chavirer les êtres dans une nébuleuse où il est bien rare de se sortir, car après le monde fait peur. perdus les  repères qui
faisaient toute  une vie.


Bises


Fauvette

Suzâme 14/10/2012 22:47



Je me refusais à la désigner, à la définir... Elle est comme une toupie qui étourdit d'abord puis... C'est une transposition de ce que je perçois autour de moi et de quelques témoignages de
proches. Bisous. Suzâme



Hauteclaire 07/10/2012 02:41


Bonsoir Suzâme,


j'avoue n'avoir compris ton texte qu'à la lumière des commentaires et de tes réponses.
il m'avait impressionnée au premier abord, il m'impressionne encore plus après cela. Je m'imaginais quelque scène d'un monde caché, et ce monde là est bien réel et autour de nous ...


Gros bisous à toi, sachons peut-être nous préserver

Suzâme 09/10/2012 21:39



Je suis abtraite dans mes nouvelles et je le tiens de ma plume poétique. En même temps, c'est bien l'imagination du lecteur que je souhaitais stimuler en pensant qu'il identifierait cette menace
permanente. J'aime quand tu me lis. Cela m'encourage dans un genre auquel je ne suis pas encore habituée. Je sens une passion naissante... A très bientôt. Suzâme



Esclarmonde 05/10/2012 21:23


Sur ipagination, c'est bien moi mais ça fait un bon moment que je ne suis pas allée sur ce site ! Merci de me le rappeler. Bonne soirée


Esclarmonde

Suzâme 09/10/2012 21:10



Je viens de m'y inscrire et j'ai dû te déposer un commentaire. Je trouve le site intéressant. A bientôt. Suzâme



Sabine 05/10/2012 10:44


ELLE, la "dépression" ....C'est ce que j'aperçois entre les lignes de cet écrit, renversant !


Cette déstabilisation profonde qui peut mener vers la folie .......enfin, une certaine folie, ce que certains ou certaines nomment ainsi, stupidement !


Je te réponds par une de ces phrases de mon livre :


"Que veut dire ce mot "fous" ? Je ne connais que


"des désespérés" !


(je l'ai écrite en mémoire et en hommage à mon fils, envolé en 2008).


Venir chez toi est toujours une inoubliable rencontre  : sabine.

Suzâme 05/10/2012 17:22



Bonjour Sabine,


Tu l'as reconnu et au gré de mes commentaires, j'ai compris que ce n'était pas facile. Je l'ai imaginé si abstraite avec sa façon d'opérer en étant invisible. Je ne suis pas romancière. J'ai
transposé mon appréhension de cette maladie en mots simples et j'espère efficaces. Des proches sont touchés... C'est à partir de ce que j'ai perçu et entendu que j'ai enfin écrit sur ce sujet qui
n'aurait pas pu tenir dans un poème.


Tu as donc publié un livre biographique sur l'une de tes épreuves passées. J'échangerai bien sur ce sujet tant pour sur la nécessité d'écrire sa vie que sur les faits. Comment t'es-tu senti après
l'avoir écrit, publié? Si tu le veux n'hésitez pas à m'écrire par messagerie. Bon week-end. Chaleureusement. Suzâme



Laret 05/10/2012 09:20


PERDATRICE:rien que ce mot exerce dans les méandres de ma curiosité un soudain intérèt.J'aime ces mots.Et le récit,intriguant,diabolique,passionnant..Bravo!J'aime l'étrange!!!!Bon
week-end,Jean-Pierre

Suzâme 05/10/2012 17:15



J'ai eu l'idée de ce néologisme pour mieux cerner cette maladie qui gagne chaque jour du terrain sans prévenir... Bon week-end Jean-Pierre.