La chorale intérieure (nouvelle)

Publié le 21 Décembre 2011

Il s’habille tout seul et pour lui seul. Même s’il s’appelle Jean comme «j’en ai marre» plutôt que «j’en veux»,   il n’a rien à dire sur l’amour.  Il n’aime pas en parler.  Donc jamais de trémolos dans sa voix grave et monocorde.

Une autre musique l’enchante, l’envoûte, le métamorphose. Les oiseaux. Seulement ceux qui se posent sur le rebord de son existence. Ils ne sont pas nombreux. Si Jean communiquait même de temps en temps, il vous confierait que ce sont ses proches. Ils sont tout pour son âme en cage. Ils incarnent sa chorale intérieure.

Nul besoin de solliciter leurs petits becs chanteurs, leurs petits cœurs de merles ou de rossignols. Nul besoin de prendre ou de donner. Ces petits êtres le charment pour lui faire oublier les heures tissées par le tyrannique ennui ou par l'impossible chagrin.

Jean est là, debout devant son unique fenêtre traversée de barreaux. Il est addict au jour et à l’infini. Il a décidé de tourner le dos à l’unique porte de sa vie. Elle est si lourde et si lointaine qu’elle s’est refermée sur lui.

Jean est là. L’amour ? Peut-être quelqu’un… peut-être une lettre qu’il ne lira pas… sûrement une enveloppe pliée, écrasée  sous son matelas pétri de solitude et d’espérance.

 

Suzâme

(12/08/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

joelle.colomar.over-blog.com 18/03/2012 07:34


Des êtres ROC qui ne laissent rien paraître.


Des êtres CHOC pour qui tout est à naître.


Bon dimanche Suzâme. Joëlle

Suzâme 22/03/2012 05:27



Merci Joëlle de visiter mes anciens écrits. Tu leurs redonnes vie. Le blog a augmenté mon envie d'écrire et mes possibilités de m'exprimer justement avec la nouvelle. A bientôt. Suzâme



Hauteclaire 05/01/2012 02:05


Bonsoir Suzâme,


enfin, j'arrive te lire, après beaucoup de retard ...


Très beau texte, très poignant.


Dis-moi, est ce à prendre au sens de la métaphore, ou bien parles tu d'un enfermement bien réel ? le très dur monde carcéral ...Nous avions évoqué cet univers .


Gros bisous du soir

Suzâme 09/01/2012 20:13



Bonsoir Geneviève,


Je suis partie d'un contexte d'incarcération pour peindre le portrait d'une solitude extrême avec un petit chant d'espérance. Il y a un détail qui échappe au lecteur, c'est l'enveloppe
cachée sous le matelas de Jean. Imaginer ce qu'elle contient, ce qu'elle représente pour lui qui la garde sans l'ouvrir...


J'apprends dans une histoire très courte à ne pas tout dire. En t'écrivant ce soir, je me rappelle de ce tout petit détail. J'espère en écrire d'autres mais je n'ai pas l'accès facile à
l'inspiration surtout en semaine. Je fais le voeu que tu délivres de ton cerveau futuriste d'autres mondes, d'autres aventures mais aussi les nouvelles qui te tiennent à coeur et à corps. Bisous.
Suzâme



Plume 21/12/2011 20:16


La tyrannie de l'ennui et l'impossible chagrin ... la pire des souffrances qui conduisent à l'enfermement ! Tant qu'il sera réceptif au chant des oiseaux, tout espoir n'est pas perdu de le sauver
de la folie ...


Un bel écrit Suzâme, infiniment touchant .


Bisous, Plume .


 

Suzâme 08/01/2012 21:06



Bonsoir Plume,


Ta sensibilité est telle que tu es entrée dans ce personnage juste esquissé, en proie à une solitude aussi brutale et aussi sourde que sa cellule. Il se refuse à se souvenir pour ne pas souffrir
mais recherche le chant des oiseaux. Ce détenu a une âme qui lui échappe. Bisous. Suzâme



flipperine 21/12/2011 17:20


un jean bien esseulé

Suzâme 08/01/2012 20:59



prisonnier de lui-même et murs pour quelques années. Bisous. Suzâme



Monelle 21/12/2011 14:06


Et pourquoi l'étoile de Noël ne lui apporterait'elle pas la chorale d'un autre coeur ???


Bonne journée - bisous


                      

Suzâme 08/01/2012 20:57



Parfois les êtres sont prisonniers d'un seul et grand amour et sont aveugles aux sourires qui les approchent. Heureuse année Monelle!