L'Entre deux mères

Publié le 15 Mars 2011

L'une, fine silhouette, svelte, encore presque désinvolte des années 50, amoureuse de Paris, s'étonnant de toute cette incroyable culture exposée dans le moindre quartier vivant, amante et peut-être modèle d'un artiste ensorcelé, accouche d'un enfant dans la solitude d'un air nauséabond d'immoralité à laquelle l'époque la renvoie. Les mœurs libres des jeunes femmes sont encore sévèrement jugées par la famille et particulièrement par la gente masculine. L'une incarne l'amour avec toute l'anxiété du bonheur d'aimer, ses limites et ses secrets.

 

L'autre, un siècle après, que dis-je, l'espace d'une génération, prolongeant son adolescence entre l'insouciance et la réflexion, choisit de danser la liberté dont elle rêve sans idéologie, croit-elle? Après son aventure de l'émancipation, construite à travers quelques expériences inavouables même à sa meilleure amie, lorsqu'elle reconnait passion, peu après l'intense rencontre, c'est dans l'émerveillement qu'elle accouche d'un enfant, après l'ivresse de la grossesse qui la transforme en astre de chair et son désir plus fort que sa désillusion de «donner la vie». L'autre incarne l'amour avec tous les élans du besoin et du plaisir d'aimer, d'être aimée et sa confiance sans regrets.

 

Suzâme

(15/03/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0
Commenter cet article

rosae68100.over-blog.com 15/03/2011 20:22



Subtil écrit, des mots à peine touchés mais qui définissent si bien amitié   dominique



Suzâme 26/03/2011 20:23



Bonsoir Dominique,


Je débute dans les "écrits divers" car je me sens plus proche de l'univers poétique et ses reflets de vers. Et grâce à vos commentaires, je pense interpréter, transposer quelques fragments de
vie, entre la mémoire et la fiction...Suzâme



askelia 15/03/2011 15:53



d'accord!


et c'est merveilleusement dit.



Suzâme 30/03/2011 14:28



Merci. L'écriture était très difficile. Propos peut-être en moi depuis des lustres comme des mots, des maux en latence... Suzâme



Nina Padilha 15/03/2011 14:08



Hors du temps qui passe, le même questionnement, finalement...



Suzâme 19/03/2011 22:42



Les questions sont-elles les mêmes lorqu'on bénéficie de la prévention. La contraception est passée entre ces deux mères. Le questionnement "to be or not to be" juste posé, là sur le désir...le
désir d'un enfant dans un monde, toujours le même, périlleux, n'est-ce pas, Nina? Je suis heureuse de te visiter presque chaque jour. Tu es une vraie source d'écritures...Suzâme