Journal de Mademoiselle X, dite l'inconnue (extrait)

Publié le 24 Juin 2011

 

"...On m’appelle X. Je ne suis née de personne. Je n’appartiens à personne. Je ne suis personne.

 

Je vis dans cette impasse intérieure où ma mère n’existe pas pour moi tout autant que je n’existe pas pour ma mer…biologique, lieu de gestation..."

 

"...Alors je peux tout me permettre. Je n’ai pas de limites morales puisque je n’ai de nom que celui d’X.

 

Depuis quand ma vie est un film ou un numéro X ? Qu’importe puisque je la joue sans être dupe. Et puis... je n’existe pas.

 

Je remercie le public qui me donne chaque soir un nouveau nom à la mode, un pseudo électrique, quasiment hallucinatoire. Légère, désinvolte, je ne suis ni une marque ni un millésime. Ne possèdant pas de regard sur moi-même, je m'ignore. Pas de miroir pour interroger mes grimaces ou alors exclusivement pour flâter mon masque d'existence si beau, si enjoué. Non, vraiment, je préfère ainsi me perdre sans fin..."

 

"...Il n’est pas question d’écouter mon cœur. Oui, je préfère me laisser contempler, fantasmer au gré de soirées sensuelles et m’oublier dans l’ivresse de mains inconnues..."

 

"...Seulement … savoir ce que veut ma chair acrobatique ou lascive... ce qu'ils veulent aussi..."

 

"... Dans cette euphorie intemporelle, je ne cherche plus ma mère et ne suis plus cette petite fille silencieuse et amère que des parents adoptifs ont tendrement aimée..."

 

"... Ce soir j’ai envie d’écrire en corps et encore. Je crois bien que je n’ai pas d’âme. Je crois que je n’ai aucune blessure. Pendant que ma rose se repose ce soir, j’ai envie d’écrire toute la nuit..."

 

 "...Je m’appelleX… J’ose E CR I R E pour moi… et j’ai tellement à dire…"

 

Suzâme

(24/06/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Autres écrits

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anélias.B 28/06/2011 09:23



Bouleversant témoignage,


équation mathématique à une inconnue, avec un X majuscule, qui permet à la narratrice de se glisser dans la peau de personnages différents et pourtant si semblables à son être profond.


Se découvrir pour mieux se cacher, dire le vrai dans une plaisanterie, taire le secret en mettant à nue la vérité, dans quel registre s inscrit Mademoiselle X ?


Serait ce sur sa ligne de vie, au creux de sa paume, là où volent ses écrits passionnés et sensuels ?


Amitiés et bonne journée


Anélias.B


 


 



Suzâme 28/06/2011 20:10



Bonsoir Anne,


Tu as raison de parler de géométrie, ma contrainte pour interpréter l'extrême, c'était une ligne droide de X à X, une naissance sous X jusqu'à une vie sous influence X... Ce texte si loin de ma
sensibilité et de mon univers est né comme un accouchement. "Se découvrir pour mieux se cacher". Je te suis sur cette piste intérieure... Pour moi l'imaginaire est un kaleidoscope qui rassemble
les réalités aux rêves, les douceurs aux cauchemars. Ce n'est pas les miens mais en les imaginant si fort sous la plume éperdue, j'étais le personnage. Nous sommes bien là dans "L'Ephémère" et
explorons toujours nos profondeurs. Merci de ta réceptivité, de ton passage. Suzâme



Elo 25/06/2011 13:29



Bravo !!!! Un bel écrit pour une cause difficile !!!! Merci beaucoup . Bises



Suzâme 25/06/2011 20:17



Un vrai drame pensé puis tellement présent dans ma tête, exprimé dans l'urgence et dans l'excès. Moi qui suis plutôt douce, je m'étonne d'extirper de ma tête des histoires aussi sombres. Cela
m'importe d'écouter cette inspiration même si elle me mène très loin dans l'interprétation des êtres, de leurs interrogations, de leurs incertitudes jusqu'au calvaire. Là, j'achève cette courte
nouvelle avec le goût de l'écriture. Notre héroïne ignore qu'en commençant son journal, elle exprime son sentiment d'exister. Merci de ta lecture. Bon dimanche. Suzâme



Quichottine 25/06/2011 10:02



N'est-ce pas le plus important que d'avoir été tendrement aimée, même si les parents n'étaient "qu'adoptifs" ?


 


Un très beau texte, Suzâme. Merci pour le partage.



Suzâme 25/06/2011 20:11



Bonsoir Quichottine,


J'ai choisi délibérément de décrire la chute de quelqu'une, seule avec une vérité qu'elle n'assume pas. Pas de psychanalyste mais un exutoire, l'univers X. Aucun rapport entre naître sous X et
être actrice porno. C'est bien l'enfer de l'ignorance lorsqu'elle est la seule réponse aux questions les plus secrètes, ce sentiment d'abandon après avoir été porté 9 mois et lâcher sous X... Ce
n'est qu'une interprétation dramatique de cette situation. Et j'espère bien que mon héroïne en phase d'autodestruction découvrira enfin le sentiment d'exister si elle continue son journal et suis
sûre qu'en mûrissant, elle réalisera tout l'amour donné par ses parents adoptifs. A bientôt. Suzâme



Libre necessite 24/06/2011 21:09



Nous sommes tous des x,  des inconnus dans les problèmes de mathématique. dan



Suzâme 25/06/2011 18:21



et d'univers. Nous ne sommes que poussières après avoir été de chair. Est-ce que connaître nos origines reste important lorsque nous pouvons avoir des enfants autrement. Je n'ai pas rigolé en
choisissant la chute d'une inconnue mais il me semble qu'avec l'écriture de son journal, elle ne le sait pas encore, Mademoiselle X, en persistant à s'exprimer, découvrira ce qui est le propre de
l'écriture et de toutes les créations artistiques. A bientôt. Suzâme