Hommage à Pina Bausch ou la Danse de l’Ame

Publié le 10 Mai 2011

Avant-propos

 

Parce que j'ai été emportée par la Danse, moi qui était dans l'ignorance totale d'une telle poésie et parce que j'ai été fascinée surtout par l’influence de la chorégraphe décédée en 2009, son regard sur chaque être composant sa troupe mais aussi par son intériorité et sa projection d'une profondeur incontournable pour tous ceux qui gravitaient auprès d'elle, de son âme libre. Elle m'inspirera longtemps. Voici un texte pour elle :

 

La danse de l’âme

 

Du corps à la gestuelle, il y a l’élan, l’aile de l’être qui s’échappe et libère son âme confuse, la libère de sa peste intérieure.

La Danse en guérison propose, projette, propulse et la femme devient toutes les formes de la vie.

Et l’homme campe sa force, se cambre, court, creuse et croit devant nous…

D’un mouvement, l’existence surgit. D’une pause, le silence intense interroge les regards rivés à la chair envoilée de nos désirs retenus.

Et l’homme se donne, animal dansant et dit qu’il a peur d’aimer.

Et la femme si svelte dans l’air, s’abandonne sur le sol. Elle sait l’infini.

Du corps aux gestes, il y a l’ange.

 

Suzâme

(30/04/11)

 

N.B. Je vous recommande de vous rendre sur le site Nanterre PoéVie, de vous inscrire comme membre du blog, ainsi vous aurez accès à d'autres billets mais surtout à une vidéo concernant la chorégraphe suite à l'excellent documentaire de Wim Wenders, réalisateur allemand qui a filmé, interviewé la Compagnie de Pina Bauch entre profondeur et lumière. Envoûtant. Vous pouvez peut-être encore le voir parce qu'il est récent.

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Billets (Livres, cinéma, Théâtre, expo etc...)

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catheau 31/03/2012 19:55


Elle était impressionnante, Pina Bausch, toute habitée par l'âme de la danse. J'étais fascinée par ses spectacles. Merci de la célébrer.

Suzâme 08/04/2012 18:07



Je ne m'intéressais pas à la Danse ou alors au minimum à la danse classique avec "Le lac des cygnes". J'évitais même la danse contemporaine que je ne ressentais pas dans sa gestuelle trop
vive et souvent torturée. Une amie qui avait pris des cours pendant son enfance m'a invitée à regarder avec elle ce documentaire sur Pina Bausch. J'avais également entendu un interview du metteur
en scène allemand qui m'avait interpelée. Aussi ce fut une révélation. 



Anne Le Sonneur 15/05/2011 20:14



Tes mots, le film de Wim Wenders... un bel hommage à Pina Baush, cette Danseuse et Chorégraphe qui offrait à chacun de creuser au plus profond de soi pour trouver ce qu'il y a de plus beau.
Merci, Suzâme.



Suzâme 26/05/2011 18:09



Bonjour Anne,


Ignorante et parfois indifférente à la Danse contemporaine, j'avais peur de rejeter son univers. A travers ce très beau documentaire, nous découvons son écoute, sa générosité, son expression à
travers son effacement. Parce que son but était de révéler l'autre à lui-même... J'y penserai encore longtemps. A bientôt chez toi. Suzâme



Libre necessite 10/05/2011 18:48



J'adore danser et je suis toujours fasciné de voir des couples danser le tango argentin par exemple. Tu en transmets bien les arabesques et la force. Amicalement Dan



Suzâme 10/05/2011 20:35



Merci Dan. Les danses classiques et traditionnelles m'ont toujours attirée sans avoir une expérience de la discipline que toutes exigent. Je reconnais que ce documentaire sur la danse moderne et
particulièrement sur celle de Pina Bausch, m'a conquise. Je pars en vacances pour quelques jours et ne manquerai pas de vous rendre visite à mon retour. Cordialement. Suzâme



Elo 10/05/2011 18:46



C'est très beau ces mots ! Ils évoquent la danse à merveille, ce langage du corps qui peut tant dire . Bises



Suzâme 10/05/2011 20:32



Bonsoir Elo,


Je ne connais pas la danse moderne et Pina Bausch me faisait peur. En écoutant un entretien avec Wim Wenders, en regardant par hasard un extrait de ce magnifique documentaire, j'ai été convaincue
d'aller le voir. Approcher des danseurs et des danseuses d'une certaine maturité qui s'épanchent sur leur lien avec la grande chorégraphe, les contempler dans leur évolution, m'a transportée.
Bisous. Suzâme