Fragments de vie d’un oiseau

Publié le 21 Juin 2012

magritte-rene-die-grosse-familie-9700795.jpg
René Magritte

1.


Motivé par les vents, l’oiseau plane haut, prince de l’existence, puis surpris par le silence, soudainement chute.

Le sol ressemble au ciel.

Nous sommes dans l’ère de l’indifférence.

(20/06/12)

 

2.

Libérer les cris de l’oiseau qui est tombé lundi sans bruit. L’envol, l’essor sont l’espérance même pour un volatile sans cesse mûrissant. Lorsque le but du voyage, la réalisation de soi grâce aux compétences de ses ailes, à leur envergure rencontre un invisible mur, l’être trop aérien perd sa perception de l’horizon et de tout son poids de danseur de nuages, descend.

Ô vertiges des contraires ! Ô paradoxe de l'air ! Qu'est-ce que la vie sans dimensions?

 

3.

Présence du soleil. Le vieux sage sait s’approcher des oiseaux piégés par leurs rêves. Ils sont si nombreux, si seuls.

Lui dit comme à un oiseau sourd, quelques mots de saison :

Frôler les verts cheveux des arbres, chercher la compagnie des fruits si solidaires, le rêve éphémère des fleurs simplement heureuses d’être sous tous les temps, trouver caresses parmi les herbes longues et douces au milieu de la vie, oublier pendant un instant de trêve, le firmament.

4.

Il s’est posé nu sur un rocher aussi dur que sa réalité.

 

Il suffit de deux larmes d'oiseau pour à nouveau contempler, ouvrir sa vision du monde, se réconcilier avec soi au bord des vagues, au bout des vagues.

Seule la mer lui parle de sa vie.

 

Suzâme

(22/06/12)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Ecrits intimes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Plume 26/06/2012 13:07


Superbe tableau de Magritte ... cet oiseau s'élevant au-dessus de la noirceur du monde porte tellement d'espoirs ...


Et pourtant, il lui arrive, oui, de replier ses ailes pour une halte sur un rocher, pour se reprendre et puiser dans cette source inépuisable d'énergie et de poésie qu'est la mer, la force de
renouer avec l'appétit de vie .


Tes tableaux poétiques sont si beaux, si profonds ... je suis émue .


Bisous Suzâme,


Plume .

Suzâme 02/07/2012 20:25



J'ai suivi ton regard comme si tu avais été de l'oiseau de Magritte à mon texte... J'avais publié mon "écrit intime" sans illustration... puis le trouvant triste, j'ai choisi cet oiseau pour le
sauver... Il est à nouveau prêt à tenter un vol dans ce monde sans contours. Gros bisous Plume



marine D:0019: 24/06/2012 15:13


Pour ce qui est des ailes il y a des moments où l'on peut les déplier, parfois en effet il vaut mieux les tenir à l'abri des vents mauvais, question de cieconstances, pour moi l'oiseau est
symbole de liberté, il peut porter nos chagrins mais aussi il est si joyeux dans un ciel bleu et sur sa branche d'où il semble nous narguer, nous,  pauvres terriens !


J'aime beaucoup bien sûr le tableau de Magritte, cet oiseau qui s'élève au dessus de la tempête des des flôts démontés...

marine D:0019: 24/06/2012 14:39


J'aime tant l'oiseau Suzâme ! J'aime aussi que tes émotions passent par lui, merci pour cette sensibilité qui sait si bien dire... Bises de marine

Suzâme 24/06/2012 14:54



J'ai choisi cette métaphore pour visualiser une étape de ma vie dans la catégorie "Ecrits intimes".  J'ai choisi l'illustre Magritte pour dire combien être aérien, ne pouvait être périlleux.
D'autres l'ont écrit tellement mieux que moi. Je me suis exprimée sur une épreuve. Mes ailes ont tellement repoussé ces temps-ci que j'ai pris de la hauteur. Sur les paysages, c'est fantastique
mais dans notre société, je conseillerai de replier ses ailes et peut-être même, parce qu'elles sont plus inopportunes qu'on ne le pense, de les cacher. Merci de vos empreintes d'oiseau fidèle.
Suzâme



Catheau 24/06/2012 10:31


De beaux oiseaux, philosophes et poètes. Puissent-ils poursuivre leur vol !

Suzâme 27/06/2012 22:10



Des vents contraires parfois affaiblissent leurs ailes mais leur maturité les guide et leur murmure de prendre le temps de se poser sur un rocher complice.



ABC 24/06/2012 09:40


Quelques nuages au creux de mes pensées


S'envolant au-dessus de l'océan de mes idées


un jour légères, tel l'oiseau, pourront-elles s'envoler ?


ABC

Suzâme 30/06/2012 20:34



Merci pour ce bel instant poétique. Suzâme