DEFI 52 Croqueurs de mots : Une légende des trois sirènes

Publié le 6 Avril 2011

Défi 52 proposé par hauteclaire ( http://hauteclaire.over-blog.com ), "légendes de mer" :

 

 

 

 

Sirenes.jpg

 

«J’ai connu un marin», dit la bretonne qui m’a confié un soir d’alcool, sa quête des sirènes jusqu’à l’obsession. Il avait une discipline reposant sur un serment murmuré à Thétys, Déesse des mers : avant chaque retour et au moins six mois d’absence sur le continent, il plongeait son corps «jusqu’à l’âme» me précisait-il, dans un endroit libre, au fond de l’océan, loin des ports et des îles…

La vieille maline s’interrompt «Oh je sens que cela ne t’intéresse pas, petite ! Ah sacré nom de Dieu, si ! alors j’continue pardi !"

..."Il me raconta avoir rencontré trois sirènes sans nom puisqu’elles ne parlaient pas mais chantaient suavement lorsqu’ils les a surprises au seuil d’une alcôve de roches roses. Elles s’embrassaient…

Oh ! je sens que cela te choque petite ! vraiment non ! attends la suite…

Elles s’enlaçaient quand elles le virent. Tout d’abord étonnées... puis contemplatives, selon son témoignage ou plutôt son délire, elles firent simultanément un mouvement de danse avec une sensualité éblouissante, puis s’avancèrent jusqu’à effleurer, caresser le bel imprudent.

La pauvre édentée prenait plaisir à prolonger la narration de cette confidence digne d’un conte à une petite fille de quarante ans qui commençait à écrire.

Avant de se quitter, Margaux voulut conclure : «Tu sais, petite, ce n’est qu’une légende qu’il faut garder pour toi. Qui penseraient que les sirènes existent ?»

Mais c’est Fanny qui eut le dernier mot : «Mémé, sais-tu que quelque part, les sirènes résistent entre elles pour accueillir l’amour. Lorsque qu’un marin s’aventure près d’elles, exulte et meurt d’avoir livré mille désirs enfouis, elles attendent tendrement le prochain. C’est leur espérance !"

 

Suzâme

(6/04/11)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #DEFIS CROQUEURS DE MOTS

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mamie Claude 03/06/2011 18:17



Très jolie légende, trois belles sirènes. Cela confirme mes pensées, tu est experte en littérature, j'aimerais bien aussi, mais il est trop tard..... Bisous



Suzâme 06/06/2011 19:18



Bonsoir Mamie Claude,


Je n'ai pas de savoir en matière d'écriture. Le style s'améliore, se confirme dans une pratique régulière. Je reprends la plume alors qu'elle dormait dans son encrier, résistant à mon oubli. En
fait elle m'obsèdait, j'avais tellement peur de ne plus écrire... Pour toi, il n'est pas trop tard. Lettres, contes, petites nouvelles, poésies sont en latence. Il suffit de réveiller tes
pensées, ses souvenirs, tes sentiments les plus contrastés et de regarder, de vouloir fixer ce qui t'entoure...Transposition est le bel instrument de la littérature dont je suis encore loin...
Cordialement. Suzâme



Hauteclaire 09/04/2011 00:46



Bonjour Suzâme,


avec un peu de retard, je viens lire ta légende de sirenes, et je l'aime ... autant que ce marin.
Je suis curieuse aussi, comment la "comprends-tu " ? Je lis les commentaires précédents, et à leur contraire, je trouve que ces sirènes, malgré la mort du marin, d'ailleurs est-il mort? 
Puisque la mémé raconte, il faut bien qu'il lui en ait parlé !
Je trouve qu'elles semblent très innocentes, malgré ce pouvoir.
Une très belle narration, merci pour cette réponse au thème


Gros bisous, et bon we



Suzâme 15/04/2011 20:33



Bonsoir Hauteclaire,


Je ne suis pas très expérimentée en écriture de récits mais je suis heureuse que cette histoire ait suscité une libre interprétation. De la légende, tirée de l'Odyssée, où Ulysse faillit être
pris au piège, j'ai déroulé une métaphore sensuelle à travers la séduction des trois sirènes et le fantasme du marin. En même temps, je reste très évasive parce les lecteurs ont le droit de tout
imaginer. J'aime les déesses, les fées, les sirènes et les muses. Je ne peux pas m'en passer. Merci pour ta visite.
Suzâme



Elo 07/04/2011 22:52



C'est joli cette histoire. J'aime la chute! ;) Bises



Suzâme 12/04/2011 21:50



Je ne me connaissais pas cette disposition à écrire des histoires les plus invraisemblables et j'ai eu beaucoup de plaisir à me laisser guider par ma plume inventive. Cordialement. Suzâme



Catheau 06/04/2011 23:37



Le conte de La Petite Sirène m'a toujours fascinée, à cause de la souffrance de la sirène. Votre version serait la vengeance de ses soeurs.



Suzâme 12/04/2011 21:33



Je n'y ai pas songé en évoquant ces trois beautés de l'océan. Leur charme qu'aucun courant ne perturbait, leur façon de vivre et d'attendre dans le monde des profondeurs marines évoquaient pour
moi le piège de l'amour dont l'homme est victime. Ce marin était une tentation pour les trois sirènes mais elles l'étaient pour lui aussi. Cordialement. Suzâme



julien 06/04/2011 21:29



Bonsoir,


J'avoue etre interloqué par le but recherché de ces sirènes?


Je pense qu'il y a en elle quelque chose de puissant dont l'homme ne se mefie pas.


L'homme est tellement faible.


 



Suzâme 12/04/2011 21:29



Et si c'était nous qui inventions leurs mauvaises intentions. Elles vivent tranquillement dans l'océan, se tiennent compagnie avec tendresse, chantonnent un répertoire particulier aux sirènes,
quand surgit un marin...Et là tout est possible. Suzâme