Croqueurs de mots, défi n°86 : Notre amour jusqu'où ?

Publié le 24 Septembre 2012

 

images.jpg

(*)


 

J’avais renoncé à tout ce chemin d’amour et assumais progressivement sa disparition. Nous étions pourtant un couple formidable. Je porte encore en moi notre complicité. Alors pourquoi cette fugue ?

Si j’ai parfois pensé à ta mort jusqu’aux sanglots, je remercie l’ange qui m’a guidée sur cet indice au cœur d’un livre, tout au fond d’un tiroir oublié alors que j’avais cessé toute quête depuis cinq ans.

Bien loin d’un carnet intime ou même d’un brouillon froissé, je découvris une carte postale de Biarritz,  à peine vieillie, non affranchie qui me rappela instantanément nos merveilleux séjours qui fêtaient notre amour et la naissance du printemps.

Après lecture, j’en déduis que tu me l’avais laissée. Oui, qu’elle m’était destinée. Je crois bien que ce fut ton écriture à la plume, à l’encre turquoise de tes yeux qui alors atténua mon émotion avant de lire tes mots :


«Je suis un être à deux corps et ne peux plus vivre ainsi. Pardonne-moi. Je t’aime. Adieu.» Tu n’avais pas signé cet écrit qui me parut incohérent sur le moment. Pourtant le mouvement de chaque lettre me rappelait  ta fougue imprévisible en assauts amoureux et plus quotidiennement ton affection constante.

Ce jour-là je restai allongée sur le ventre, les bras repliés sur moi-même, refusant  de remuer toute parcelle de mon corps. Si j’avais pu ne plus respirer.

Il me suffit d’une nuit aussi blanche que le jour puis je relis dix fois et plus ton message dont je ne finis par comprendre que le lien géographique : Biarritz.  Après m’être répétée jusqu’à l’obsession, le nom de notre ville, je décidai le week-end suivant de m’y rendre comme en pèlerinage.

-*-*-*-*

Ce fut lors de ma seconde promenade sur la grande plage en direction du Rocher de la Vierge que j’ai cru te reconnaître. De suite, j’ai pensé me tromper. .. Ta silhouette me sembla si différente… Elle était… si svelte, si féminine! Discrètement, je t’ai devancé, me dissimulant sous mes sombres lunettes à la Sophia Loren, mon foulard indien et mieux encore derrière mon appareil photo, sans même prendre un seul cliché.

J’ai su définitivement que c’était toi mon amour. Ton visage resplendissait de soleil et de paix.

 

Brusquement, je me suis échappée, contournant la foule de touristes et de croyants. Je n’étais plus moi-même. Après une course vers l’oubli, épuisée, tête défaite, je m’assis  face à la mer.

L’être n’est-il pas pareil à cette étendue insondable et captivante ?

Je me suis laissée apprivoiser par leurs murmures incessants jusqu’à ce qu’elles frôlent mes pieds presque indifférents. Ah les vagues ! Elles m’ont éveillée à moi-même qui désarmée, commençait à sombrer dans une solitude extrême, sans secours du ciel.

En relevant mon front vers l’horizon, cette ligne d’infini qui nous traverse et nous approfondit,  j’ai senti jusqu’où allait mon amour.

 

Suzâme

(23/09/12)

Croqueurs de mots pour le défi n°86 animé par Hauteclaire

http://hauteclaire.over-blog.com/article-a-l-abordage-defi-n-86-et-si-tout-n-avait-pas-ete-dit-110132283.html  

 

 

(*) photo : routard.com

Rédigé par Suzâme

Publié dans #DEFIS CROQUEURS DE MOTS

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tricôtine 28/09/2012 13:44


Bonjour Suzâme, j'aime !  il reste un flottement de l'âme après lecture ... une sensation de douceur et de plénitude, les vagues sûrement ont cette étrange capacité . Comment fais tu?....
mystère! Amicalement

Suzâme 01/10/2012 14:00



La mer console. Il suffit d'y baigner son coeur pour qu'elle dénude un instant, notre seconde peau en cuir invisible: la solitude... Ce texte n'est qu'une fiction qui évoque un amour
impossible... Sinon, c'est ma plume qui me guide et va chercher la mer...



flipperine 28/09/2012 12:12


une histoire d'amour sans suite hélas

Suzâme 01/10/2012 13:57



La suite est intime même si l'amour a des limites insoupçonnées. Bisous. Suzâme



Carole 27/09/2012 00:35


Parfois, on a "deux corps". Mais l'amour est peut-être capable de les réunir ?

Suzâme 30/09/2012 20:32



Dans cette histoire, j'ai évoqué de façon ambiguë, presque abstraite, le transexuel. L'amour pour des êtres qui ont telle complexité ne peut naître qu'après un accord avec soi-même. Avoir le
corps de sa tête. Cela me rend pensibe... A bientôt. Suzâme



Cendrine 26/09/2012 00:59


Un texte magnifique! Un amour sublimé qui m'enchante, versé par ton écriture d'enchanteresse...


La beauté, la rencontre surréaliste, le décor qui participe à l'action avec de subtils soubresauts sont de pure émotion...


Merci Suzâme


Je te souhaite une belle nuit, dans le souffle de la tempête, amitiés


Cendrine



Suzâme 30/09/2012 15:35



Merci Cendrine. Ecrire une nouvelle aussi courte que celle-ci est un voyage dans une autre vie encore plus radical que la lecture. Tes impressions de lecture me tonifient...Bisous. Suzâme



tilk 25/09/2012 23:37


très beau thème


besos


tilk

Suzâme 30/09/2012 15:31



Merci Tilk. A bientôt. Suzâme