Comme le murmure d'un train : des pressions... dépression...

Publié le 18 Décembre 2011

 

Pression, dépression

relâche de la passion

S’épanche souffrance

C’est l’avalanche.

 

Son drap rougit

 d’un soleil couché

 d’un soleil caché

 aux bras endormis.

 

 

 

Suzâme
(16/12/11)

 

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0
Commenter cet article

plumelegere67 18/01/2012 14:11


que de belles métaphores !

Catheau 21/12/2011 09:58


Rêver pour ne pas faiblir, rêver pour ne pas mourir.

Suzâme 08/01/2012 20:50



Le murmure du vrai train dit cela "Rêver pour ne pas faiblir, rêver pour ne pas mourir" à celui ou celle qui regarde à travers la baie les paysages de l'infini... Alors dépression s'estompe et
suit l'ombre d'un oiseau dans la prairie. Cordialement. Suzâme



Plume 20/12/2011 15:32


Quand le temps manque et que la fatigue anesthésie, la réceptivité de la muse est amoindrie  ...les rêves sont à notre portée mais on manque les rendez-vous ... ?


Bisous Suzâme, Plume .

Suzâme 08/01/2012 20:30



Bonsoir Plume,


J'écrivais en pensant à des êtres qui se sentent impuissants, dans l'impasse, victimes de situations qui les épuisent. Ils sont ultra réceptifs mais sans défense. Il y aurait tellement à exprimer
sur le murmure-torture de ce train... A bientôt. Bisous. Suzâme



flipperine 19/12/2011 18:32


il faut sortir et voir le monde bougé, ne pas se renfermer

Suzâme 08/01/2012 20:23



Bonsoir Flipperine,


J'ai écrit ce texte en pensant à quelques proches que le monde bouscule, bouleverse. Elles basculent dans le négatif et cela peut arriver à chacun d'entre nous. Le soleil ne suffit pas toujours.
Bisous. Suzâme



libre necessite 18/12/2011 22:53


Une avalanche prévisible. Bises dan

Suzâme 01/01/2012 22:28



Cela commence par un sentiment d'oppression, un manque de respiration et le train arrive sans prévenir...