25 ème salon d'écriture du Partage des mots: le paradoxe

Publié le 24 Mars 2011

Poésie, danse immobile

 

Cet infernal paradis

Griffe ma douceur

Greffe ma liberté

A la feuille attachée

Aux cris du vent.

 

Oh que bruissent mes silences

Sur votre peau de soleil glacé

Et que grandissent mes lueurs

Aux confins de vos yeux !

 

Nul ne volera mon âme

Et ses faux envols

Pourtant je livrerai l’intime

Comme voile transparent.

 

Mes trésors sont poussières

Que votre regard illumine.

Pourtant je retiendrai l’infini

Comme vie à mourir.

 

Suzâme

(23/03/11)

 

site : http://partagedesmots.forumprod.com/

Rédigé par Suzâme

Publié dans #Propositions d'écriture, autres défis

Repost 0
Commenter cet article

primavera 25/03/2011 15:55






Bonjour Suzâme,


Tu as un don pour écrire que je n'ai pas, j'aime la poésie mais ne sais écrire sous cette forme... faire chanter les mots, je n'ai point ce talent, ce que tu écris est très poètique.


TRès belle fin de journée


Bisous


Prima


 



Suzâme 30/03/2011 13:48



Ah Primavera! J'écris sans orgueil comme j'inventerais de la musique ou des couleurs si j'avais les mains plus habiles, le goût plus confirmé. En poésie, je me sens à l'aise, du mot à la vision,
sans qu'il soit question de paramètre, de versification...Ecouter...Sentir, Regarder...Penser...Ressentir...avant d'écrire.


Tu as une grande sensibilité qui s'exprime autrement et qui génère la communication. Une qualité rare. Cordialement. Suzâme



Lili-la-Rebelle 25/03/2011 09:31



Maintenant, en ce qui concerne l'écrit ci-dessus, j'ai beaucoup apprécié, mais je tenais à préciser que je me bats pour ne PAS mourir ! Juste un p'tit clin d'oeil !


bises pour toi. LILI



Suzâme 30/03/2011 13:53



Bonjour Lili,


La chute de mon poème n'était pas profondément pensée et ressentie, elle s'inscrivait dans le texte du paradoxe et gardait tout son sens, que je ne suivrais pas à la lettre. Lorsque tu me dis "Je
me bats pour ne PAS mourir", là, j'ai comme un retentissement comme lorsqu'il s'agit du parler vrai, du dire... et je m'interroge sur toi... J'irai te rendre visite sur ton blog pour
t'apprivoiser...Suzâme



Lili-la-Rebelle 25/03/2011 09:29



Chère suzâme, je tenais à mettre ici mon opinion quant à le terme de "poétesse", dont tu parles dans la présentation de ton blog, je n'aime pas ce terme, galvaudé depuis des lustres ! Alors j'ai
pour habitude de dire que je suis "POUET", voilà !


bises pour toi. LILI



Suzâme 30/03/2011 13:58



Et bien moi, c'est encore pire avec un ou deux verres de rosé, je me déclare complètement "pouet-pouet". C'est oublié que je suis parfois "mouet-mouet" rieuse!. Sérieusement, j'ai un attachement
pour le terme "poétesse" qui me fait encore rêvé mais suis consciente qu'il ne correspond plus à notre ère. Alors je suis "porteuse de poésie" parce que je l'aime et je l'écris sans prétention.
Cordialement. Suzâme



Elo 24/03/2011 22:23



Quelle inspiration!!! Je m'incline! Bises



Suzâme 30/03/2011 14:03



Une improvisation presque improbable dans laquelle je me suis sentie possédée quelques instant. Délire ! Suzâme



Evy 24/03/2011 21:18



Kikou 


beau poème triste mais si beau passe une douce soirée bisous féerique fée evy






Suzâme 30/03/2011 14:05



Poème inspiré par les contrastes du thème que l'on retrouve d'ailleurs dans l'existence. J'ai eu le vertige. Merci de ta visite. Suzâme