Un goût d'absolu

Publié le 14 Mai 2015

Soudain elle te claque

Ô la brutale

Et toi tu craques

Dans ton dédale.

 

 

Puis elle te plaque

Ô la brutale

Et toi pauvre flaque

Tu pleures si mal.

 

 

Un goût d’absolu

Ô la brutale

Et toi tu te sens nue

Et ta vie pâle.

 

 

Soudain tu la ranges

Ô la brutale

Allonge l’Etrange

Dans ta triste malle.

 

 

(14/05/2015)

Rédigé par Suzâme

Publié dans #poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catheau 20/07/2016 16:55

L'aspiration à l'absolu est mise à mal dans la malle. Elle n'y demeurera pas.

ABC 14/05/2015 21:39

tristesse de la malle
qui remballe
loin du rebond de la balle